Progrès dans l’arrêt du VIH/SIDA en Argentine

Le VIH/SIDA en Argentine
Selon l’ONUSIDA, 140 000 adultes et enfants vivaient avec le VIH/sida en 2020. De plus, 5 600 nouveaux cas de VIH/sida sont apparus cette même année. Cependant, depuis 2015, le taux d’incidence du VIH/sida en Argentine est en baisse constante. Le gouvernement argentin et diverses organisations s’efforcent d’assurer que chaque personne ait accès au traitement et à l’éducation sur le VIH/SIDA. Ces efforts mènent à une société plus sûre et plus égalitaire.

Efforts passés pour arrêter le VIH/SIDA en Argentine

Des efforts considérables ont été déployés pour réduire le VIH/sida en Argentine au cours des 30 dernières années. En 1992, le ministère national argentin de la Santé a créé le Programme national de contrôle des rétrovirus humains pour diagnostiquer et traiter les patients et assurer l’administration des médicaments à la population. Le programme comprenait davantage de recherches sur la prévention et le traitement du sida tout en fournissant au public l’assistance médicale et l’éducation nécessaires pour prévenir complètement la maladie.

En 1995, le gouvernement argentin a adopté une autre loi garantissant l’accès à l’échelle nationale au traitement du VIH/SIDA, quel que soit le prix des patients. Selon la Banque mondiale, la mise en œuvre des efforts de prévention du VIH/sida a sauvé 4 379 personnes du VIH/sida entre 2000 et 2010.

Puis, en 2015, l’Argentine a commencé à adhérer à l’objectif 90-90-90 dans le but de l’atteindre d’ici 2020. Les objectifs de la règle sont de diagnostiquer 90 % des personnes vivant avec le VIH, de traiter 90 % des personnes avec un TAR et de donner un virus viral indétectable. charge à 90 % de ceux sous ART. Cette cible a fait progresser l’objectif de l’Argentine d’arrêter le VIH/SIDA.

Avancer

Alors que l’Argentine s’emploie à éliminer le VIH/SIDA, plus récemment, son gouvernement s’emploie également à améliorer les droits humains des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Le Congrès argentin a adopté une nouvelle loi qui rend les tests obligatoires illégaux, faisant progresser la société argentine dans le domaine des droits de l’homme. Cette nouvelle loi protège les Argentins qui ont le VIH/SIDA contre la discrimination et leur permet de garder la confidentialité sur leurs diagnostics médicaux.

Les Argentins s’efforcent de mettre fin à la stigmatisation du VIH et de protéger la confidentialité de ceux qui en sont atteints. D’autres organisations se consacrent également à stopper la propagation du VIH/SIDA en Argentine. Créée en 1987 à Los Angeles, la AIDS Healthcare Foundation (AHF) a pour objectif de fournir des soins aux patients atteints du VIH/SIDA à tout moment de leur vie.

En Argentine, de 2016 à aujourd’hui, AHF a fourni 120 000 tests de dépistage du VIH et soutenu sept cliniques avec plus de 120 000 patients à travers l’Amérique du Sud. Leurs efforts permettent à un plus grand nombre de personnes d’avoir accès à des traitements pour lutter contre le VIH/sida, et ils ne sont qu’une des nombreuses organisations qui œuvrent pour arrêter la propagation du VIH/sida.

Le VIH/SIDA en Argentine continue d’être un problème de société. Cependant, avec tous les efforts du gouvernement argentin et de diverses organisations, de plus en plus de personnes peuvent accéder aux traitements et aux soins de santé. Plus de travail est nécessaire pour éradiquer complètement le VIH/SIDA de l’Argentine, l’Argentine est sur la bonne voie pour atteindre son objectif de devenir totalement exempt de VIH/SIDA.

-Janae O’Connell
Photo : Wikipédia Commons

*

★★★★★