Catégories
Solidarité et entraide

Progrès concernant les droits des femmes à Oman

Droits des femmes à Oman
Avant 1994, les femmes d’Oman n’avaient pas la permission de voter. Avant 2008, les femmes n’avaient pas la même propriété de propriété que les hommes. Ce sont un petit aperçu de nombreux droits fondamentaux que certains pays refusent aux femmes. Les notions préconçues sur les rôles des femmes dans la société sont difficiles à modifier après des générations de respect; cependant, Oman commence à faire des progrès significatifs dans le domaine des droits des femmes.

Droit de vote des femmes en Oman

Lors des élections de 2003 à Oman, les hommes et les femmes ont eu une chance égale de voter pour la première fois. Les femmes ont obtenu l’autorisation de voter pour les membres du Majlis al-Shura, l’organe directeur élu d’Oman, et pourraient même se présenter comme candidates en 2012. Le commentateur Muhammad Al Hinai a observé que «la société prend de plus en plus conscience de l’importance du rôle de la femme, en poussant les roues du développement dans le pays avec les hommes », dans une interview de Gulf News. Lors des récentes élections de Majlis al-Shura qui ont eu lieu en octobre 2019, 47,3% des électeurs étaient des femmes et les organes gouvernementaux ont représenté plus du double du nombre de femmes depuis les élections de 2012.

Droit des femmes omanaises à l’égalité de rémunération

Les femmes d’Oman sont confrontées à de nombreux défis au quotidien, notamment leur droit à l’égalité de rémunération. En vertu de la Loi fondamentale du gouvernement d’Oman, les femmes ont droit au même salaire et au même traitement que les hommes. Dans la pratique, cependant, la loi néglige la discrimination sur le lieu de travail et les préjugés que les employeurs ont à l’égard des femmes. Les femmes continuent de rencontrer des difficultés pour obtenir une indépendance égale lorsqu’elles doivent compter financièrement sur leur mari pour être le soutien de la famille. En raison des salaires inférieurs, les femmes d’Oman sont plus susceptibles de faire face à des difficultés financières plus importantes que les hommes et sont souvent incapables d’échapper au cycle de la pauvreté. Malgré ce problème, des lois et des articles récents ont attiré l’attention des citoyens omanais sur l’écart salarial entre les sexes.

Le quotidien national Times of Oman rapporte qu’entre 2010 et 2016, le salaire des femmes a augmenté de plus de 160%. L’Association des femmes omanaises, organisation non gouvernementale créée en 1972, est une fervente défenseure des droits des femmes à Oman. Son travail promeut la justice sociale et l’égalité des chances en encourageant les femmes à postuler pour un emploi et à obtenir une source de revenus, éliminant ainsi la dépendance vis-à-vis des membres de la famille. Les opportunités offertes par l’organisation comprennent la fourniture de cours d’alphabétisation, ainsi que la mise en place de programmes familiaux pour permettre aux femmes d’explorer des domaines d’intérêt en dehors de la garde. L’Association des femmes omanaises compte actuellement 58 associations à travers Oman.

Lois relatives au mariage

Bien qu’Oman ait fait plusieurs percées en ce qui concerne la capacité des femmes à choisir leur conjoint et à divorcer de leur mari, le système patriarcal fait en sorte que les femmes restent dépendantes des hommes. Selon l’article 17 de la loi fondamentale d’Oman, les femmes peuvent se marier librement. Cependant, la loi sur le statut personnel conserve une autorité plus élevée en matière de tutelle, de garde d’enfants et d’héritage. En échange d’une protection, les femmes omanaises doivent se lier à leur mari et ne peuvent pas recevoir de compensation financière en cas de divorce. En conséquence, les femmes ne sont pas en mesure d’exercer pleinement leurs droits.

Néanmoins, le gouvernement d’Oman a indiqué dans un rapport de 2016 qu’il tentait de «[address] des lacunes dans l’application de la loi sur le statut personnel en la modifiant pour garantir aux femmes l’exercice optimal de leurs droits. » En plus d’accorder aux femmes une liberté plus fondamentale, le Gouvernement d’Oman construit des écoles afin de fournir aux femmes une éducation et d’améliorer la question des droits des femmes à Oman.

L’importance de la sensibilisation aux droits des femmes à Oman

La première étape pour créer un état d’esprit progressiste dans la société est d’informer et d’éduquer les civils. Sans connaissance, des pays comme Oman ne peuvent pas obtenir de changement simplement par la législation et, souvent, les femmes de pays comme Oman ne sont même pas conscientes de leurs droits fondamentaux.

La prise de conscience des droits et la nécessité de remettre en question la pensée traditionnelle a conduit à l’adoption de nombreuses lois réussies à Oman. Dans la capitale omanaise de Mascate, des femmes omanaises ont organisé une manifestation de trois jours devant le quartier général de la police générale pour plaider en faveur d’un meilleur accès des femmes aux soins de santé. Alors que deux des femmes ont subi une détention inéquitable sans une audition appropriée, les autorités les ont finalement relâchées en leur imposant des accusations.

À la suite des nombreuses manifestations dans la capitale, le gouvernement d’Oman a tenté de faire adopter des lois pour améliorer l’état des droits des femmes à Oman. Par exemple, en 2008, la législation omanaise a adopté une loi déclarant que les tribunaux considéreraient les témoignages d’hommes et de femmes comme égaux. En outre, une loi de 2010 a déclaré que les femmes omanaises mariées n’avaient plus besoin du consentement de leur mari pour obtenir un passeport, une loi qui instaurait une grande liberté pour les femmes. La promotion des droits des femmes est une composante essentielle de l’autonomisation et du soutien des femmes dans les pays en développement.

– Esha Kelkar
Photo: Flickr

*