Programmes de lutte contre le VIH/SIDA au Mexique

VIH/SIDA au Mexique
Pour mieux comprendre la crise du VIH/SIDA au Mexique, les chiffres seuls ne représentent que la moitié de l’équation. En 2020, l’ONUSIDA a signalé 340 000 personnes vivant avec le VIH, soit une augmentation de 55 % par rapport au rapport de 2018 de 230 000. La stigmatisation entourant la séropositivité au VIH joue un rôle important en décourageant le dépistage et le traitement du VIH. Cependant, plusieurs programmes au Mexique visent à rendre le traitement plus accessible et à résoudre les problèmes sous-jacents liés au VIH/SIDA au Mexique.

VIH/SIDA au Mexique

La prévalence du VIH au Mexique est particulièrement élevée chez les hommes homosexuels, les prisonniers, les personnes transgenres et les professionnel(le)s du sexe. Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) représentent le plus grand nombre de personnes infectées, avec environ 1,2 million d’hommes touchés dans cette catégorie. Malgré ce fait, environ 40 % seulement de ces personnes se soumettent à un test de dépistage du VIH et connaissent leur statut VIH/SIDA. L’homophobie et la culture machiste signifient que « le sexe entre hommes est fortement stigmatisé ». Par conséquent, les personnes de cette catégorie hésitent à accéder au dépistage du VIH. Le dépistage régulier du VIH est significativement plus élevé dans les communautés transgenres et professionnelles du sexe à 62 % et 66 % respectivement. La stigmatisation entourant le VIH laisse de nombreuses personnes ignorantes de leur statut et exposées à une transmission potentielle.

« Préparer » pour un avenir meilleur

La lutte contre le VIH/SIDA au Mexique commence avec le programme PrEP des Nations Unies. Le 13 septembre 2018, l’ONU a lancé son programme pilote de PrEP dans le but de cibler les personnes séronégatives à haut risque. La PrEP ou (prophylaxie pré-exposition) est un traitement préventif pour les personnes séronégatives qui ont une probabilité accrue d’entrer en contact avec le virus, comme les professionnel(le)s du sexe et les personnes dont les partenaires sont séropositifs.

Le programme a reçu 26 millions de dollars de financement pour le traitement du VIH pour aider « 7 500 personnes à risque au Mexique, au Brésil et au Pérou » jusqu’en 2020. Au Mexique, le programme PrEP était ouvert pour aider jusqu’à 3 000 personnes avec des traitements gratuits dans quatre villes mexicaines, dont Puerto Vallarta, Mexico, Mérida et Guadalajara. De plus, les patients ont reçu gratuitement des tests de dépistage des MST, des conseils et des préservatifs.

Dans un communiqué de presse de 2018, le Dr Ariel Campos du Conseil d’État pour la prévention du sida de Jalisco (COESIDA) a déclaré qu’à Puerto Vallarta, 300 personnes recevraient un approvisionnement d’un mois en Truvada dans le cadre du programme. Après le premier mois, le plan était de re-tester les patients pour le VIH et d’autres MST, puis de les mettre sur un « programme de trois mois » de Truvada. Des études montrent que la PrEP réussit à 99 % à prévenir l’infection par le VIH « lorsqu’elle est prise conformément aux prescriptions ».

Protéger les prisonniers

Le Mouvement mexicain pour une citoyenneté positive (MMPC) aide à lutter contre le VIH/sida au Mexique en aidant les personnes « invisibles pour la société ». Beaucoup de personnes vivant avec le VIH dans les prisons mexicaines manquent souvent de soins médicaux de base, y compris les détenus aux stades avancés de la maladie du SIDA. Les personnes vivant avec le VIH en prison ont personnellement affecté chaque femme travaillant avec le MMPC.

Depuis 30 ans, Georgina Gutiérrez, militante des droits humains et représentante du MMPC, travaille avec les Mexicains vivant avec le VIH. Son partenaire a fait face à huit ans d’emprisonnement au pénitencier de Santa Martha Acatitla où la réalité du système pénitentiaire lui a ouvert les yeux. MMPC est l’une des 30 initiatives de l’ONUSIDA encourageant le travail communautaire sur le VIH. MMPC « a reçu un prix de 5 000 $ » pour mener à bien ses travaux. À ce jour, le MMPC a aidé 180 détenus séropositifs au pénitencier de Santa Martha Acatitla, en leur fournissant à la fois des EPI COVID-19 et une formation sur le VIH/SIDA. Un millier de prisonniers et membres du personnel supplémentaires ont « bénéficié du projet ».

Les efforts de lutte contre le VIH/sida au Mexique continuent de croître avec l’aide des citoyens ordinaires, les engagements des organisations et les progrès de la médecine. Si le soutien continue de croître, la stigmatisation derrière le VIH/SIDA au Mexique appartiendra bientôt au passé et le Mexique aura sa crise du VIH/SIDA bien sous contrôle.

– Sal Huizar
Photo : Flickr

*

★★★★★