Programme Let Our Girls Succeed au Kenya

Laissez nos filles réussir
Alors que le Kenya se rapproche de son objectif de devenir un pays à revenu intermédiaire supérieur, de nombreuses filles n’ont toujours pas de possibilités d’éducation, ce qui entraîne des disparités entre les sexes à mesure que le pays se développe. Les filles vivant dans les bidonvilles urbains et les « terres arides et semi-arides » (TASA) sont particulièrement exposées au risque de pauvreté. Pour résoudre ces problèmes, UK Aid a développé un programme, qui se déroulera de mai 2017 à mars 2023, appelé Wasichana Wetu Wafaulu, Swahili signifiant « laissez nos filles réussir », dans le cadre du Girls’ Education Challenge.

Le programme Let Our Girls Succeed

L’Education Development Trust a mis en œuvre le programme Let Our Girls Succeed dans « huit comtés du [ASALs] et bidonvilles urbains » au Kenya. Le programme cible 72 000 écolières marginalisées du primaire, leur fournissant une assistance pour terminer leur niveau d’éducation actuel avec des résultats optimaux et passer à la phase d’apprentissage suivante. Le programme s’appuie sur le programme original Wasichana Wote Wasome, qui signifie «laisser toutes les filles apprendre», qui a débuté en 2013. Le programme Let All Girls Learn visait à améliorer «l’inscription, la rétention, l’assiduité et l’apprentissage». Dans l’ensemble, le programme Let All Girls Learn a connu du succès, bénéficiant à 88 921 filles.

Méthodologies du programme

Le programme utilise plusieurs méthodes pour aider les filles à réussir :

  • Let Our Girls Succeed considère les filles dans tous les contextes : Le programme répond aux besoins des filles au niveau individuel ainsi qu’aux besoins de la fille dans son foyer, dans son école et au sein de la communauté. L’intervention à chacun de ces niveaux permet une « approche holistique » pour affronter les problèmes qui entravent la réussite des filles.
  • Coaching en milieu scolaire pour les enseignants : La taille moyenne des classes primaires au Kenya est d’environ 40 élèves. Avec cette grande taille de classe, il est impératif que Education Development Trust offre une formation sensible au genre aux enseignants afin qu’ils puissent enseigner d’une manière qui soutient les filles, en s’assurant qu’elles se sentent suffisamment à l’aise et en confiance pour retourner en classe. Ainsi, « plus de 2 300 » éducateurs ont reçu une formation sur la méthodologie et les modèles améliorés, y compris les compétences en matière d’inclusion des genres.
  • Le déploiement des agents de santé communautaires dans les foyers pour filles : Le ministère de la Santé envoie des agents de santé communautaires dans les ménages pour parler aux filles et à leurs familles de l’importance de l’école. De 2013 à 2017, ces travailleurs ont effectué plus de 15 000 visites à domicile, entraînant une augmentation du taux de scolarisation des filles. En 2020, lors des fermetures d’écoles dues au COVID-19, les agents de santé communautaires étaient « le seul point de contact en matière d’éducation » pour la plupart des filles marginalisées au Kenya.
  • Éducation et participation communautaires : Le programme fait appel aux leaders communautaires en sollicitant leur implication dans l’éducation des filles. Le projet précédent a connu du succès à cet égard. Au début du projet Let All Girls Learn, 43 % des leaders communautaires n’étaient pas d’accord avec le fait que « les filles vulnérables [the] communauté devrait aller à l’école. À la fin du projet, seulement 16 % n’étaient pas d’accord.
  • Mise en place de centres de rattrapage : Les centres permettent aux filles qui ont abandonné l’école de revenir et de rattraper leurs camarades de classe. Rasol a abandonné l’école en raison d’une grossesse, mais fréquente maintenant le centre de rattrapage pour pouvoir se réinscrire à l’école primaire. Le centre se concentre principalement sur les filles âgées de 10 à 15 ans. En règle générale, les filles passent entre six et 12 mois dans des centres de rattrapage. En 2019, le centre a vu plus de 650 filles suivre ces cours.
  • Le programme de transferts monétaires aide les ménages mal desservis : Plus de 3 200 « ménages ont reçu des transferts monétaires mensuels » pour permettre aux ménages de subvenir à leurs besoins de base et de financer les frais de scolarisation des filles.
  • Parcours alternatifs : Let Our Girls Succeed pousse les filles à fréquenter l’école secondaire ou l’EFTP (enseignement et formation techniques et professionnels) après l’école primaire. Fatuma et sa sœur ont terminé l’école primaire en 2018, toutes deux avec la perspective d’aller à l’école secondaire. Cependant, les parents de Fatuma ne pouvaient payer que le coût de l’éducation d’une fille. La sœur de Fatuma a fréquenté l’école secondaire et Fatuma a choisi de fréquenter un centre d’EFTP pour suivre un cours de couture. Cependant, ses parents ne pouvaient toujours pas payer ces frais. Le programme lui a offert une bourse pour ce cours ainsi qu’un « kit de démarrage pour lui permettre de démarrer une entreprise ». Le programme a accordé des bourses à plus de 3 700 filles pour l’enseignement secondaire et la formation professionnelle.

Regarder vers l’avant

Le programme Let our Girls Succeed joue un rôle crucial en offrant une voie aux filles marginalisées au Kenya pour obtenir une éducation afin qu’elles puissent se sortir de la pauvreté. Avec une éducation, les filles sont plus susceptibles d’avoir accès à des emplois mieux rémunérés, acquérant ainsi la capacité de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille.

– Amy Helmendach
Photo : Flickr

*

★★★★★