Production laitière en Afrique: le substitut du lait de l’UE nuit aux agriculteurs

Production laitière en Afrique
La production laitière en Afrique joue un rôle central dans le développement économique et durable de la région. Il contribue à la sécurité alimentaire, combat la malnutrition et réduit la pauvreté dans la région. La production laitière en Afrique a également créé des emplois ruraux (près de 80% de la population africaine réside à la campagne) et augmenté le potentiel économique des zones pastorales. Les experts s'attendent même à une forte croissance de la production dans la région en raison de l'abondance de vaches, de chèvres et de moutons.

Production laitière locale

La production locale de lait en Afrique de l'Ouest a déjà augmenté de 50% entre 2000 et 2016 pour atteindre environ 4 milliards de litres en 2019. La production et la vente de lait constituent une importante source de revenus pour les habitants. Environ 48 millions d'éleveurs nomades et d'agropasteurs participent au secteur laitier, tandis que d'autres travaillent dans le commerce et le transport de produits. De plus, le secteur crée des emplois dans la transformation et la commercialisation.

Malgré une croissance substantielle ces dernières années, le secteur laitier en Afrique est confronté à des inconvénients majeurs tels que des coûts de production élevés et de faibles rendements. Cela est dû au manque d'infrastructures et d'équipements appropriés dans le processus de production. Un autre facteur est l'alimentation de qualité inférieure qui affecte la santé animale.

La production locale n'a pas encore la capacité de répondre à 100% des demandes du secteur. Seulement 50% de la consommation provient de la production locale, et le lait en poudre importé permet de répondre aux besoins restants. En plus des contraintes internes existantes, la production laitière en Afrique doit concurrencer les produits à base de lait bon marché importés de l'Union européenne (UE). Ces produits étrangers continuent d'augmenter en quantité et menacent de dépasser le marché africain.

Impact des importations de lait en poudre rempli de graisse

En 2018, l'Union européenne a exporté 92 620 tonnes de lait en poudre vers l'Afrique de l'Ouest et 276 982 tonnes de lait en poudre gras. Cela représente une augmentation de 234% depuis 2008. Les mélanges de lait gras contiennent des constituants du lait et des huiles végétales, comme l'huile de palme, les enrichissent. Ce dérivé du lait se vend 30% moins cher que le lait entier en poudre sur les marchés africains, générant une concurrence déloyale pour les producteurs laitiers africains.

Par exemple, au Burkina Faso, 1 litre de lait local pasteurisé coûte 91 cents, contre seulement 34 cents pour le lait fabriqué à partir de mélanges en poudre importés de l'UE. La concurrence étant presque impossible, les éleveurs locaux subissent d'énormes pertes financières à mesure que les importations augmentent. «J’ai essayé de vendre mon lait, mais la plupart du temps, il est gaspillé et finit par être jeté», a déclaré Hamidou Bande, président de l’Union nationale des éleveurs du Burkina Faso.

De plus, les experts affirment que le sosie du lait ne contient pas la même valeur nutritionnelle que le lait entier en ce qui concerne sa teneur en acides gras, minéraux et vitamines. Les habitants sont préoccupés par l'impact sur la santé que l'importation de lait pourrait avoir sur leur communauté. «C’est un lait qui inonde nos écoles et qui est très malsain pour nos enfants», a déclaré Sommanogo Koutou, ministre des ressources animales du Burkina Faso. Néanmoins, ces produits se vendent à grande disponibilité en raison de leur large base de consommateurs, qui ont moins de pouvoir d'achat et préfèrent donc l'option la moins chère.

Le changement est à venir

Les membres de l'UE, les gouvernements ouest-africains et les entreprises privées ont tous pris des mesures pour soutenir le marché laitier local.

Vétérinaires Sans Frontières est une ONG belge qui soutient l'agriculture et l'élevage dans huit pays africains. Il s'est engagé à aider les agriculteurs à améliorer toutes les étapes de la production, y compris l'alimentation du bétail, la santé du troupeau et l'hygiène animale, la collecte et la transformation du lait ainsi que la commercialisation de leurs produits.

Fairebel, une marque de lait belge, a créé la «marque de promotion» Fairefaso. Il s'est associé avec des producteurs de lait locaux au Burkina Faso pour soutenir les petits agriculteurs locaux en les aidant à maximiser leurs ventes et leurs profits.

La CEDEAO, abréviation de Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, a lancé l'Offensive régionale pour la promotion du lait local. Il vise à augmenter la production et la collecte de lait frais.

Avec la coopération des producteurs européens et le soutien institutionnel, des changements sont à venir pour les éleveurs et les agriculteurs africains. Avec un financement accru et de nouvelles réglementations d'importation, les projections ont déterminé que la production laitière en Afrique continuera de croître pour répondre aux besoins des communautés locales et au-delà.

Alice Nguyen
Photo: Flickr

*

★★★★★