Prioriser les réponses factuelles au Burkina Faso pour atténuer les effets économiques du COVID-19: leçons tirées de RECOVR

Par Luciana Debenedetti, Shahana Hirji, Marius Ogoukonle Chabi et Tessa Swigart

Au Burkina Faso, la pandémie de COVID-19 a exacerbé une situation sécuritaire déjà en voie de détérioration dans le pays. Dans un pays d'environ 20 millions d'habitants, plus de 921 000 personnes ont été déracinées de leurs foyers et près de trois millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire. Comprendre les effets immédiats de la crise sur la vie des gens est essentiel pour que les décideurs puissent planifier l’assistance économique et la reprise.

L'IPA a développé l'enquête RECOVR pour mieux comprendre ces réalités et permettre des réponses politiques fondées sur des données. Nous avons travaillé avec nos partenaires clés des ministères de l'Emploi, de l'Organisation internationale du travail (OIT) et de l'Agence française de développement (AFD) pour garantir que l'enquête puisse fournir des informations utiles aux décideurs sur le travail et les revenus. Nous avons également inclus un module pour évaluer l’impact de la pandémie sur la planification familiale, développé en collaboration avec Development Media International (DMI). Dans cet article de blog, nous rapportons les principales conclusions et les enseignements à tirer de l'enquête sur le Burkina Faso.1

Une majorité de répondants déclarent avoir adopté d'autres comportements préventifs et ne se sentent pas à risque de contracter le COVID-19.

39% des répondants se sentent à risque de contracter le COVID-19, et la plupart de ceux qui ne se sentent pas en sécurité parce qu’ils disent suivre des mesures préventives. 65% déclarent se laver les mains plus souvent, bien que suivre des comportements préventifs puisse être difficile pour ceux au Burkina Faso qui ont été touchés par l'escalade de la violence dans le pays, car on estime que 350 000 personnes sont désormais sans abri ou n'ont pas de logement adéquat.

Certains répondants ont dû retarder ou sauter des rendez-vous médicaux de routine.

8 pour cent des répondants ont déclaré avoir dû retarder ou sauter un rendez-vous médical de routine, invoquant de longs délais d'attente ou des cliniques en sous-effectif. En outre, la crise humanitaire actuelle a gravement compromis l’infrastructure sanitaire du pays, où près de trois cents établissements de santé ont été fermés dans tout le pays dans des zones touchées par la violence ou fonctionnent au minimum.

Avec une majorité de répondants sans travail, le gouvernement s'efforce de fournir des secours.

40 pour cent des répondants ont déclaré avoir travaillé la semaine dernière, contre 60 pour cent en février. Parmi ceux qui travaillent encore, 61% déclarent gagner moins et 57% travaillent moins d'heures. En réponse à ces problèmes de revenus, le gouvernement fournit un soutien aux services publics, notamment des subventions et la suppression des pénalités pour les factures d'eau et d'électricité, une réduction des coûts des kits de panneaux solaires pour les ménages pauvres et des subventions sur les coûts de l'eau et de l'électricité pour les vendeurs du marché. Ils fournissent également des transferts en nature aux vendeurs du marché et des transferts en espèces aux travailleurs du secteur informel (vendeurs de fruits et légumes).

De nombreux répondants souffrent d'insécurité alimentaire.

Bien que moins de Burkinabés connaissent l'insécurité alimentaire par rapport à ce que nous avons vu dans les résultats d'autres enquêtes RECOVR, nous constatons toujours des impacts marquants: 30% des personnes interrogées déclarent épuiser leurs économies pour payer la nourriture, 48% déclarent avoir moins acheté en raison de revenu, et 25 pour cent ont réduit les portions de repas consommés. Cette situation est susceptible de s'aggraver avec les pics saisonniers de malnutrition et de paludisme.

Les écoles restent fermées et l'avenir est incertain pour de nombreux enfants.

Les écoles étant toujours fermées, environ la moitié seulement des élèves continuaient d'apprendre à la maison après plusieurs mois d'apprentissage à distance. Comme l’enquête RECOVR l’a révélé dans d’autres pays, les livres et l’instruction des adultes du ménage sont la source d’éducation la plus courante.

Environ 50% enfants.png

Plus de 80% des répondants ont déclaré que leurs élèves retourneraient certainement ou très probablement à l'école une fois qu'ils rouvriraient, les autres ayant répondu qu'ils n'étaient «pas susceptibles de revenir» (moins de 10%) ou qu'ils «ne reviendraient certainement pas» (environ 10 pour cent). Ces résultats suggèrent que la fermeture peut avoir des conséquences à long terme pour ces enfants, similaires à ce qui a été observé au lendemain de la pandémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, où environ 25 pour cent des enfants au Libéria et 13 pour cent en Sierra Leone ont quitté définitivement l'école. Les attaques récentes ont en outre contraint les enfants à quitter l'école et 2 512 écoles ont fermé à ce jour en raison de l'insécurité, touchant 350 000 enfants à travers le pays.

Chez les enfants de l'école primaire.png

L'accès aux ressources de planification familiale est plus difficile pour certaines personnes interrogées au Burkina Faso.

L'IPA a travaillé avec Development Media International (DMI) pour évaluer une campagne radiophonique sur la planification familiale sur huit stations de radio à travers le pays. Avec le ministère de la Santé, DMI pilote actuellement une campagne d'information dans les médias de masse (avec 39 partenaires radio existants dans 10 langues) pour promouvoir des messages de santé essentiels sur le COVID-19.

Grâce à l'enquête RECOVR, nous avons constaté qu'environ un quart des femmes en âge de procréer ont déclaré avoir plus de difficulté à accéder aux services de planification familiale depuis le début de la pandémie. Alors que moins de 30 pour cent des femmes utilisaient actuellement une méthode contraceptive, plus de 50 pour cent ont exprimé leur intention de le faire à l'avenir. Environ les trois quarts (76 pour cent) de tous les répondants ont déclaré avoir entendu des messages radio à ce sujet, ce qui suggère que cette forme de message est efficace.

Accès aux ressources de planification familiale.png

Mireille Belem et Tessa Swigart de DMI ont discuté de ces résultats au cours du webinaire, en mentionnant comment les impacts économiques de la pandémie déplacent naturellement les priorités de la planification familiale vers les besoins quotidiens. Ce changement de priorité met en évidence l'importance de continuer à diffuser des messages sur la planification familiale, de s'approvisionner en contraception et de mettre en évidence les méthodes à action prolongée. Alors que le gouvernement du Burkina Faso a récemment déployé la contraception gratuite, DMI commencera également à mettre en évidence comment les gens peuvent accéder à ces services gratuits.

Points à retenir de la politique

Dans les semaines à venir, nous discuterons de ces résultats et de leurs implications politiques avec nos partenaires et déterminerons ensemble les questions à inclure dans la deuxième ronde de l'enquête pour éclairer la prise de décision. Les questions de politique prioritaires comprennent:

  • Comment les préoccupations concomitantes concernant l'atténuation du COVID-19 et les besoins continus en matière de planification familiale peuvent-elles être équilibrées efficacement?
    Une majorité de répondants à l'enquête ont indiqué avoir entendu des messages sur la planification familiale à la radio, confirmant que ce média est un moyen efficace de diffuser des messages de santé publique. Des efforts de communication supplémentaires, tels que des rappels par SMS, peuvent compléter les efforts de sensibilisation et de distribution existants.
  • Comment pouvons-nous nous assurer que les enfants non scolarisés apprennent?
    Pour aider les enfants non scolarisés en raison à la fois de la pandémie et de la violence persistante dans le pays, le Ministère de l’éducation du Burkina Faso a commencé à diffuser des cours à la radio et à la télévision. La recherche suggère que les meilleures pratiques incluent l'incitation à l'interaction avec le matériel (plutôt que de s'arrêter à l'écoute uniquement), et ces leçons pourraient également être associées à des messages texte aux parents pour les encourager à s'engager avec le matériel. Il a été démontré que les interventions directes auprès des parents via SMS ou d'autres canaux augmentent et soutiennent la participation des parents à la maison et à l'école, ce qui se traduit par des gains d'apprentissage. Étant donné que les résultats de l'enquête démontrent que la plupart des parents et des apprenants utilisent des livres, des interventions peu technologiques telles que les SMS et les appels téléphoniques directs pourraient également être envisagées pour accroître l'engagement des parents et améliorer les résultats d'apprentissage.
  • Comment le gouvernement peut-il continuer à soutenir ceux qui ont perdu leur emploi ou qui travaillent pour moins de salaires?
    Les transferts monétaires sont apparus dans le monde entier comme une mesure importante de stabilisation des revenus – avec 139 pays mettant en œuvre des programmes de transferts monétaires (en juillet 2020). Nous avons souligné divers efforts en cours au Togo et dans d'autres pays d'Afrique lors d'un récent webinaire. Le Burkina Faso peut s'appuyer sur ses programmes existants de transferts en nature et en espèces, et au fur et à mesure que des images continuent d'apparaître sur des secteurs ou des groupes spécifiques (tels que les travailleurs informels), le gouvernement peut cibler davantage cette assistance. Le soutien aux entreprises et aux PME au moyen d'autres mesures d'allégement fiscal – en mettant l'accent sur le maintien de l'emploi dans la mesure du possible – sera également essentiel.

1. L'enquête a été menée du 1er au 15 juin en utilisant la composition aléatoire d'un échantillon national de numéros de téléphone mobile et a atteint 1 329 répondants.


Luciana Debenedetti est une associée principale temporaire en politiques et communications pour IPA.

Shahana Hirji est la responsable des politiques de l'IPA.

Marius Ogoukonle Chabi est le directeur national de l'IPA Afrique de l'Ouest francophone.

Tessa Swigart est responsable de la recherche pour Development Media International (DMI).

*

★★★★★