Pourquoi les règles ne sont plus un feu rouge

Pour des millions de filles dans le monde, leurs règles sont source de honte, de confusion et de stigmatisation. Découvrez comment les filles du Brésil, du Honduras, du Sri Lanka et du Togo trouvent l’éducation et l’autonomisation avec le soutien de Compassion.

Maria Rita porte une chemise rouge et un jean.  Elle tient un ruban rouge dans chaque main et saute en l'air.  Sa ville est en arrière-plan.

Chaque 11 octobre, les Nations Unies célèbrent la Journée internationale de la fille. C’est un jour pour nous de rêver et de travailler vers un monde où les filles sont libérées de la violence sexiste, des pratiques néfastes, du VIH et du SIDA, et des opportunités limitées en fonction de leur genre.

Nos partenaires d’églises locales à travers le monde travaillent dur pour faire de ce monde une réalité. Un moyen important pour eux de donner aux filles les moyens de mener un avenir brillant et percutant est de les éduquer sur la façon de prendre soin de leur corps.

De nombreuses filles en situation de pauvreté luttent contre un tabou sur les menstruations. À cause de ce tabou, les filles ne sont souvent pas préparées à la puberté et sont effrayées et confuses au début de leurs règles. Lorsqu’elles ont leurs règles, d’autres membres de leur communauté les traitent comme sales et elles ont du mal à aller à l’école. En conséquence, malheureusement, certaines filles ont honte d’être des filles, craignant que leur sexe ne limite leur avenir.

Alors, qu’est-ce que ça fait d’être une fille dans une communauté comme celle-ci et de relever le défi d’être une femme ?

Qu’est-ce qui m’arrive?

Quelque part dans le monde, une fille commence à avoir mal au ventre. C’est inhabituel; elle ne l’a jamais ressenti auparavant. Plus tard, elle cherche la salle de bain la plus proche. Quand elle baisse les yeux, elle voit le sang. C’est le jour de ses premières règles, ses premières règles.

Autant de questions et de réflexions s’ensuivent. « Qu’est-ce que c’est? Comment vais-je nettoyer ? A qui vais-je le dire ? Qu’est-ce que je vais utiliser ? » Beaucoup de filles demandent : « Qu’est-ce que je vais faire maintenant ?

Pour certaines filles, ce sont des questions faciles avec des réponses claires. Ils étaient préparés pour cette journée. Alors, elles prennent une douche, appellent leurs mères et leur demandent des produits d’époque. On peut les féliciter ou leur dire qu’elles sont devenues une femme. Ils se sentent propres, en sécurité et protégés.

Cependant, pour de nombreuses autres filles, leurs premières règles peuvent être source de désespoir. C’est ce que ressentait Adrienne au Togo.

«Quand j’ai eu mes premières règles, je me sentais tellement mal à l’aise et choquée. Je n’en savais rien et j’avais aussi honte d’en parler à qui que ce soit », dit-elle. « Je n’ai pas eu l’audace de parler à ma mère quand j’ai eu mes premières règles. Elle l’a découvert d’elle-même parce que j’étais stressée, que je ne bougeais pas de mon siège et que je prenais des bains constants.

Au Brésil, le désespoir a aussi été la réaction de Maria Rita. Elle n’avait que 12 ans lorsqu’elle a dû comprendre ce qui arrivait à son corps.

« Quand j’ai eu mes premières règles, je pensais que je m’étais coupé, mais je ne savais pas comment », explique Maria Rita, maintenant âgée de 17 ans. « J’entendais les gens parler de règles à cette époque, mais je ne savais pas ce que cela signifiait vraiment. Nous n’avions pas de serviettes hygiéniques à la maison ce jour-là, alors j’ai utilisé des chiffons que j’avais à la maison. J’étais dégoûté de tout ce sang. Je me détestais. J’ai pleuré dans la salle de bain parce que je ne voulais plus être une fille si je devais vivre ça.

Comment vais-je obtenir ce dont j’ai besoin ?

Selon ActionAid et GlobalCitizen, les femmes ont leurs règles pendant environ 2 535 jours au cours de leur vie et dépensent environ 1 773 $ US en produits menstruels. Au Sri Lanka, les serviettes hygiéniques sont considérées comme un article de semi-luxe, et au Malawi, un paquet de serviettes est plus qu’une journée complète de salaire.

De nombreuses familles préfèrent dépenser leur argent en nourriture ou autres articles essentiels plutôt qu’en « problèmes de femmes ». C’est une réalité qu’Adrienne vit dans sa communauté au Togo.

« En moyenne, un paquet de 10 serviettes périodiques coûte 1 $ US. Ce sont la qualité la plus basse, mais assez bonne pour nous rendre propres. Pour des fournitures d’époque de meilleure qualité, nous payons environ 3 $ US. Mais toutes les filles ne peuvent pas se le permettre, même pas les moins chères, faute d’argent. Ils utilisent donc des morceaux de tissu pliés au lieu de tampons », dit-elle.

Dans de nombreuses communautés, les maisons sont petites – parfois une seule pièce – et serrées les unes contre les autres. Ils n’ont pas non plus leurs propres toilettes. En conséquence, de nombreuses filles ont du mal à changer et à avoir de l’intimité chez elles, ce qui est particulièrement pénible lorsqu’elles ont leurs règles.

Adrienne porte une jupe blanche avec une chemise marron, rouge et blanche.  Elle porte un tissu rouge noué autour de son poignet et porte un seau dans l'entrée de sa maison.
Adrienne se réveille à 3 heures du matin pour avoir l’intimité pour prendre son bain avant que les autres dans sa maison ne fassent la queue pour prendre le leur.

Pourquoi les autres n’en parlent pas ?

En plus des limitations physiques, les filles font face à des stigmates liés à leurs règles. Au Brésil, quand une fille a ses règles, les gens disent qu’elle est à chico. Cette expression fait référence à « porcherie » en portugais. Culturellement, les filles sont considérées comme des cochons lorsqu’elles ont leurs règles.

Lorsque la directrice du centre Compassion Wendy parcourt sa communauté au Honduras et rend visite aux familles, elle constate que les règles sont encore un sujet tabou pour la plupart des gens.

« Les parents ne se sentent pas à l’aise de dire à leurs filles qu’elles connaîtront non seulement des changements physiques, mais qu’elles devront également faire face aux cycles menstruels. Certains parents refusent même d’acheter des fournitures de règles pour leurs filles, non pas parce qu’ils n’en ont pas les moyens, mais parce qu’ils pensent que leurs filles n’en ont pas besoin. Ce manque d’information et d’éducation sur la puberté entraîne des problèmes plus importants, comme un niveau élevé de grossesse chez les adolescentes », dit Wendy.

Au Brésil, des filles comme Maria Rita sont réprimandées pour avoir adopté un comportement tabou lorsqu’elles ont leurs règles. Même si de nombreux mythes ne sont plus pris au sérieux, ils imprègnent toujours la vie quotidienne de nombreuses filles. Quelque chose d’aussi simple que de manger une tranche de pastèque peut leur valoir une réprimande.

« Les anciens disent que nous ne pouvons pas manger de pastèque, d’ananas [or] œufs ou boire du lait pendant les règles. On ne peut pas non plus marcher au soleil, passer sous un citronnier ou marcher pieds nus », explique Maria Rita. « Ils disent aussi que nous ne pouvons monter aucun animal, comme un cheval, sinon il mourra, car notre sang est pourri. »

Maria Rita porte une chemise rouge et un jean.  Elle est assise devant un immeuble vert avec deux de ses amis.  Ils mangent tous de la pastèque.
Maria Rita (à gauche) et ses amis s’efforcent de briser la stigmatisation liée aux menstruations.

A un continent éloigné de Maria Rita, Adrienne fait face à une réalité similaire au Togo. Dans sa culture, les filles sont empêchées de faire beaucoup d’activités lorsqu’elles ont leurs règles.

« Dans la culture de notre tribu kabye, une femme menstruée est considérée comme impure et n’a pas le droit de poser ses pieds dans certains endroits considérés comme sacrés. De plus, les femmes en période de règles ne devraient pas cuisiner pour leur mari ou leur père. J’adore cuisiner, alors quand je cuisine pendant que j’ai mes règles, je ne sers pas mon père.

Comment vais-je aller à l’école ?

La stigmatisation des règles n’a pas seulement un impact sur les activités sociales des filles, elle a également un impact sur leur éducation.

Selon ActionAid, environ 50 pour cent des filles d’âge scolaire au Kenya n’ont pas accès aux produits menstruels. Au Rwanda, de nombreuses filles manquent jusqu’à 50 jours d’école ou de travail chaque année en raison de la pauvreté menstruelle et de la stigmatisation.

« Il est difficile pour certaines filles d’acheter leurs fournitures menstruelles en raison du manque d’argent. À cause de cela, ils manquent les examens scolaires s’ils ne peuvent pas rester propres et en sécurité. Au fil du temps, certains d’entre eux se sentent tellement découragés qu’ils abandonnent l’école », explique Jacqueline, directrice du centre Compassion au Togo.

Répondre à ses questions

Les gens sont habitués à voir du sang tout le temps dans les jeux vidéo, les films et les sports violents. Pourtant, quand cela vient d’une femme, dans un processus naturel, c’est considéré comme dégoûtant. C’est pourquoi la façon de lutter contre le désespoir et la stigmatisation passe par la connaissance et l’autonomisation.

La première période de Monserrath n’a pas été une grande surprise pour elle car sa mère et les bénévoles du centre en avaient déjà discuté. Elle savait exactement quoi faire quand elle a vu du sang sur ses sous-vêtements à l’école.

Quand Adrienne a pensé que les changements de devenir une jeune femme la limiteraient, elle a trouvé l’éducation, la protection et l’autonomisation dans son centre Compassion au Togo.

« Deux jours après avoir eu mes premières règles, je suis allée au centre et les bénévoles du centre nous ont parlé des menstruations », dit-elle. « Au début, j’avais honte de parler de mes règles en public, mais ils m’ont conseillé sur la façon de prendre soin de moi, m’ont instruit sur les pratiques d’hygiène et m’ont acheté des fournitures pour mes règles. Puis j’ai compris que je n’étais pas la seule fille à faire face à ça. Je n’ai jamais manqué l’école faute de fournitures pour les règles parce que le centre les a toujours fournies.

Dans le centre de Maria Rita au Brésil, il existe un groupe pour filles appelé Jasmine Flower, où les bénévoles soutiennent et éduquent les filles sur la puberté. Grâce au soutien de la volontaire, Maria Rita a commencé à voir les règles non pas comme une honte, mais comme un processus normal dans la vie d’une fille.

Maria Rita porte une chemise rouge et un jean.  Elle est assise à l'extérieur du centre avec deux de ses amis et un tuteur.  Ils parlent de serviettes et de menstruation.
Maria Rita (vêtue d’une jupe rouge) discute des serviettes hygiéniques et des règles avec deux de ses amies et un tuteur.

« Je ne sais même pas ce que je serais sans le centre. Dans notre groupe de filles, nous apprenons tout sur le fait d’être une femme : notre corps, nos maladies et nos soins personnels. Ils nous expliquent tout et répondent à tout ce que nous demandons sans jamais nous juger par nos questions », dit-elle. « Chaque fois que nous avons besoin de serviettes hygiéniques ou d’autres produits d’hygiène, nous savons que nous pouvons toujours venir ici et demander aux bénévoles du centre. Ils ne nous refusent jamais rien. C’est formidable de savoir que nous pouvons toujours compter sur eux.

Selon Wendy, qui dirige également un groupe de filles au Honduras, leur objectif est de préparer mentalement et psychologiquement les filles à leurs changements physiques.

« Nous parlons de l’importance de l’hygiène personnelle et de la façon dont les filles doivent se doucher et se nettoyer, changer régulièrement leurs serviettes hygiéniques et mener une vie normale. Les filles sont très reconnaissantes pour l’atelier, et au cours des dernières années, nous avons sensibilisé les parents à soutenir leurs filles lorsqu’elles ont leurs règles », dit-elle.

Donner le feu vert aux filles pour un avenir puissant

Les règles ne devraient pas être un feu rouge pour les filles, les empêchant de réaliser leur plein potentiel. Quand une fille croit à de tels mensonges, ses rêves sont rabougris. Soutenir les filles à travers les défis des règles, c’est soutenir leur confiance en elles, leurs rêves et leur avenir.

Si Maria Rita se détestait autrefois d’être une fille, elle aime maintenant être un exemple pour les jeunes filles du centre.

« Je ne me sens plus gêné de qui je suis. J’aime être une femme, et à cause de cela, je veux que les gens respectent les femmes. … Je veux devenir avocate ou juge et devenir un exemple pour les autres filles », dit-elle.

Lorsque Monserrath pense à son avenir, rien ne peut la retenir. «Quand je pense à mon avenir, je m’imagine médecin et parlant cinq langues», dit-elle. «Je sais que cela semble fou, mais je me battrai pour cela. Je veux aussi être un défenseur des droits des enfants et des femmes. Je suis contre toute forme de discrimination et j’élève toujours la voix pour briser les tabous et les idées fausses.

Quelque part dans le monde, une fille se réveille le matin en sachant que la journée sera difficile. Elle prend une douche, choisit sa tenue, ouvre un paquet de serviettes hygiéniques et en met dans son sac. La journée sera difficile non seulement à cause de ses règles, mais aussi parce qu’elle a un examen important à l’école et un match de football l’après-midi. Elle sait que la vie est vécue avec de la sueur, des larmes et du sang, mais aucun sang ne peut la retenir.


Vous voulez ouvrir la voie à une fille en situation de pauvreté pour qu’elle ait un avenir puissant et influent ? Si vous souhaitez célébrer la Journée internationale de la fille de cette manière, envisagez de donner n’importe quel montant pour un lot Aidez une fille à risque dans notre catalogue de cadeaux.


Reportage et photographie de terrain par et Odessa B, Sara Navarro, Juana Ordonez et Akpene Samaty.

*

★★★★★