Pourquoi les femmes autochtones sont la clé de la résilience climatique –

En ce Jour de la Terre, j’ai beaucoup pensé aux femmes et aux filles autochtones du Guatemala – non seulement aux effets néfastes du changement climatique sur leur vie, mais aussi au potentiel qu’elles ont de transformer leurs communautés pour qu’elles soient résilientes à ces effets. Les praticiens du développement au Guatemala ont peut-être entendu le dicton : « Le visage de la pauvreté est le visage d’une femme autochtone ». Chez Food for the Hungry (FH), nous défions ce dicton d’être « Le visage de résilience, espoir et dignité est le visage d’une femme indigène.

« Le visage de la résilience, de l’espoir et de la dignité est le visage d’une femme autochtone. »

En plus de l’inégalité et de la disparité entre les sexes dont le monde est témoin chaque jour, partout, les femmes et les filles des communautés autochtones sont confrontées à un fardeau élevé de discrimination en raison de l’intersectionnalité des vulnérabilités, ce qui les expose à un risque élevé de ne pas être en mesure de gérer les crises, y compris événements météorologiques extrêmes liés au changement climatique. L’USAID le décrit dans sa stratégie d’engagement des peuples autochtones : « Les indicateurs sociaux et économiques pour les femmes autochtones sont les plus difficiles au Guatemala, qui est une société patriarcale et dominée par les hommes, caractérisée par l’exclusion historique des populations autochtones en général, et les femmes en particulier. »

Les femmes autochtones dans les zones rurales sont également touchées par l’accaparement et la dépossession de terres à grande échelle en raison de leur accès et de leur contrôle inégaux à la terre, aux territoires et aux ressources naturelles. Ceci est intensifié par leur mobilité limitée, leur manque d’accès à la justice et leur faible pouvoir de décision au sein du ménage et de la communauté. Les impacts négatifs de la pandémie de COVID-19 sur la société ont encore exacerbé les vulnérabilités existantes des femmes et des filles autochtones. Au Guatemala, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les zones avec un plus grand nombre de personnes migrantes sont celles avec un pourcentage plus élevé de populations autochtones, comme Huehuetenango, El Quiche, San Marcos, et dans la région orientale du pays.

Les femmes, la Terre et le changement climatique

Ces statistiques qui donnent à réfléchir ne fournissent qu’un côté de l’histoire. La richesse de la vision du monde des populations autochtones peut apporter de l’espoir, alors que le monde essaie de toute urgence de s’adapter pour minimiser les impacts négatifs du changement climatique. Au Guatemala, la vision du monde des groupes ethniques mayas se concentre sur la relation harmonieuse entre tous les éléments du monde et considère les êtres humains comme un élément de cet état de vie harmonieux. Ces groupes mayas voient également la terre comme mère, soutenant toute vie. Cette vision du monde a été transmise de génération en génération, et les femmes ont joué un rôle clé dans le maintien de ces connaissances ancestrales qui comprennent des pratiques agricoles traditionnelles et des technologies pour prendre soin de la terre. Les connaissances des femmes autochtones sont un outil puissant dans la stratégie d’adaptation menée localement, qui donne aux communautés locales le pouvoir de décision pour être des agents de transformation et d’adaptation afin de minimiser les impacts négatifs du changement climatique.

Chez FH, nous nous efforçons de respecter la culture et les coutumes des personnes que nous servons afin de préserver leur humanité et leur dignité. Reconnaître la richesse et l’importance de la vision du monde de la culture maya pour les personnes que nous servons est impératif pour éclairer des approches efficaces dans le travail avec les groupes autochtones. Au Guatemala, 35% de la population s’identifient comme Mayas et 49,4% des Mayas ont l’agriculture comme principal moyen de subsistance. FH investit dans les femmes autochtones du Guatemala en tant qu’agents de transformation, favorisant l’espoir, la résilience et la dignité. Nous renforçons les compétences en leadership des femmes autochtones et favorisons la résilience économique, environnementale, sécuritaire, politique et sociale de ces femmes dans les groupes ethniques mayas de Mam, Quiche, K’iche’, Q’eqchí’, Kaqchiquel, Poqomchi’ , et bientôt Ch’orti.

Food for the Hungry est au service des femmes et des filles guatémaltèques.

En cette Journée internationale de la Terre, nous célébrons l’opportunité de faire une différence pour des milliers de communautés autochtones rurales à travers le monde, en apprenant de leur vision du monde et de leurs connaissances pour renforcer la résilience de leurs communautés.

L’histoire de Maria

Maria vient d’une des communautés où travaille FH à Santiago Chimaltenango, Huehuetenango. Elle appartient au groupe ethnique maya Mam, l’un des principaux groupes indigènes vivant dans les hautes terres du Guatemala.

Maria vient de rejoindre l’un des groupes de sécurité alimentaire et de subsistance soutenus par FH Guatemala. Comme beaucoup de femmes en milieu rural, Maria est célibataire et chef de famille. Elle est le principal soutien de famille de deux jeunes filles et de sa mère. Son enthousiasme à partager son histoire est contagieux. Dans son sourire, le visage de l’espoir, de la résilience et de la dignité. Voici son histoire et ses remerciements, dans ses propres mots (traduits de Mam en anglais) :

« Je suis très content des légumes qu’ils me donnent, des semences que FH nous donne. Je prépare mon jardin et les gens achètent chez moi, et c’est ainsi que je peux gagner de l’argent. J’ai aussi acheté güicoy [squash] graines et oignons à planter. Les gens m’achètent aussi des avocats.

« Je prépare mon engrais organique et mon compost avec du fumier animal. Puis je le place dans le jardin quand tout est prêt. Quand j’ai fini de préparer la plantation, je commence à nettoyer avec la houe et grâce à ça je gagne mon argent. Je gagne de l’argent avec la vente de coriandre, de carottes, de radis, d’épinards et de betteraves, et pour cela je suis très heureux.

« Merci à toi d’être venu nous laisser des légumes et toutes ces graines que je vais planter et dont je vais prendre soin. Les graines qu’ils nous laissent germent toutes et sont très belles.

« Les gens repartent heureux lorsqu’ils m’achètent leurs légumes. Je prends aussi ce qui reste pour ma famille à manger.

Maria s’occupant de ses légumes.

Appel à l’action

Rejoignez-nous dans ce voyage de renforcement de la résilience des femmes comme Maria dans les communautés rurales et autochtones au Guatemala et dans d’autres parties du monde, y compris l’Amérique latine et les Caraïbes, l’Asie et l’Afrique. En investissant dans les femmes autochtones, nous investissons dans notre planète.

Michèle Gonzalez-Mendia (Twitter: @gonzale_michele) est le directeur des partenariats et de la mobilisation des ressources de Food for the Hungry pour l’Asie, l’Amérique latine et les Caraïbes. Michele est originaire du Guatemala et a plus de 20 ans d’expérience en développement international avec une expertise en matière de migration, d’autonomisation des femmes, de relations gouvernementales et d’engagement avec le secteur privé. Elle est titulaire d’un MBA de l’Université de l’Est. Elle a également complété des études à l’Université de Harvard sur l’impact du changement climatique sur la santé et la migration, et sur la capture et le stockage du carbone avec l’Université d’Édimbourg.

Pour plus de lecture :

De Brookings.edu : les États fragiles et la recherche de ce qui fonctionne

De USAID.gov : Stratégie d’engagement des peuples autochtones


*

★★★★★