Pourquoi aider les personnes en situation de pauvreté dans d’autres pays ?

Travaillant pour une organisation à but non lucratif qui aide les enfants vivant dans l’extrême pauvreté dans les pays en développement, j’ai souvent entendu la question : « Pourquoi aider les personnes en situation de pauvreté dans d’autres pays alors qu’il y a beaucoup de personnes dans la pauvreté ici ? »

C’est une bonne question, et une question importante. Notre temps et nos ressources sont limités, mais il semble y avoir un besoin infini. Nous savons que le Seigneur nous a appelés à être gentils avec les personnes pauvres, et nous voulons le faire avec sagesse.

Voici quelques éléments à considérer lorsque vous vous débattez pour vous-même cette question.

Mains tenant un globe

Parfois, nous établissons une fausse dichotomie selon laquelle nous devons choisir entre aider les personnes en situation de pauvreté dans notre cour proverbiale et celles dans le besoin à l’étranger. Chez Compassion, les employés sont passionnés par l’aide aux enfants aux prises avec l’extrême pauvreté dans d’autres pays, mais ils sont également passionnés et actifs dans leurs propres communautés.

Ils sont impliqués dans les familles d’accueil, les banques alimentaires, les refuges pour sans-abri et dans les ministères aux personnes âgées, aux personnes enfermées et aux personnes handicapées. La même compassion qui nous pousse à aider les enfants d’autres pays nous pousse à être des participants actifs dans nos propres communautés.

Notre énergie et nos ressources ne sont pas infinies, alors sérieusement demandez à Dieu où se trouve l’équilibre dans votre vie. Nous pouvons être présents dans le ministère dans nos propres communautés d’une manière que nous ne pouvons pas être dans des ministères éloignés.

D’autre part, notre argent peut avoir des effets importants et salvateurs à distance qui ne seraient pas possibles de la même manière localement en raison des contextes différents. Par exemple, 10 $, qui ne vont pas si loin dans le monde développé, peuvent traiter les parasites ou prévenir le paludisme dans le monde en développement et peuvent littéralement sauver une vie.

Une raison à donner aux autres pays en tant que chrétiens est que Paul a ordonné aux premiers croyants de faire exactement cela.

Dans 2 Corinthiens 8, Paul raconte comment il a pris une collection des Macédoniens pour la donner aux églises d’autres régions qui en avaient besoin. Il a exhorté les Corinthiens à emboîter le pas :

« A présent, votre abondance fournira ce dont ils ont besoin, de sorte qu’à leur tour leur abondance fournira ce dont vous avez besoin » (v 14).

Dès le premier siècle, nous voyons des chrétiens donner pour aider les églises pauvres dans d’autres régions — même lorsqu’ils étaient eux-mêmes entourés de pauvreté. Paul décrit les Macédoniens comme étant dans une « pauvreté extrême » ou littéralement « une pauvreté extrême ». Pourtant ils étaient encore désireux d’aider les chrétiens dans le besoin ailleurs. En tant que Corps du Christ, nous devons aider les autres parties du corps lorsqu’elles en ont besoin.

Comme Galates 6:10 dit,

« Par conséquent, comme nous en avons l’occasion, faisons du bien à tous, en particulier à ceux qui appartiennent à la famille des croyants. »

C’est une chose que j’aime chez Compassion : nous sommes partenaires exclusivement avec les églises locales. Cela signifie que lorsque vous donnez pour aider un enfant dans un autre pays, vous donnez pour aider une église dans l’extrême pauvreté à répondre à ses besoins.

En parlant de précédent biblique, nous ne pouvons pas oublier la merveilleuse, bien qu’omniprésente, histoire du Bon Samaritain. Dans Luc 10, Jésus a offert ce Samaritain comme l’exemple ultime de l’accomplissement du commandement « aimez votre prochain comme vous-même ».

Lorsqu’on lui a posé des questions sur la signification de « voisin », Jésus a raconté cette histoire d’un juif qui a été attaqué, volé et laissé pour mort. Le seul homme qui s’est arrêté pour l’aider était un Samaritain – un étranger d’une secte religieuse détestée. Jésus a précisé que notre « voisin » n’est pas nécessairement quelqu’un de notre ville natale ou même quelqu’un de notre propre religion.

Les besoins dans le monde sont grands et aucun de nous ne peut répondre à tous. Mais Dieu a donné à chacun de nous la capacité de faire une différence.

Ephésiens 2:10 dit,

« Car nous sommes l’ouvrage de Dieu, créés en Jésus-Christ pour faire de bonnes œuvres, que Dieu a préparées à l’avance pour que nous fassions. »

« Travaux manuels » implique que nous sommes chacun créés de manière unique et différente – nous servons des objectifs différents. En même temps, Dieu nous a préparé de bonnes œuvres. Il a préparé des moyens pour moi d’aider les autres et des moyens pour vous d’aider les autres.

Cela ne sera pas le même pour chaque personne. Certains peuvent avoir la passion d’aider les personnes aux prises avec une dépendance. D’autres auront à cœur d’aider les enfants touchés par la pauvreté. D’autres voudront aider les mères célibataires. C’est bon. Dieu aime infiniment chacun de ces groupes et a besoin que son peuple s’approche d’eux. Nous jouons chacun un rôle différent lorsque nous accomplissons le commandement de Dieu d’aimer nos voisins comme nous-mêmes.

C’est souvent une mauvaise idée de comparer la souffrance. Il y a peu de choses plus odieuses que quelqu’un qui, lorsque vous lui parlez d’une maladie particulière qui vous est propre, essaie de vous surpasser avec la sienne. La souffrance est la souffrance.

Mais en même temps, cela vaut la peine de se demander : y a-t-il une différence entre la pauvreté dans le monde en développement et dans le monde développé ?

« L’extrême pauvreté » est définie par la Banque mondiale comme vivant avec moins de 1,90 USD par jour. De nombreuses familles servies par Compassion vivent avec beaucoup moins que cela.

Dans certaines zones rurales de l’Ouganda, par exemple, certaines familles vivent avec l’équivalent de 8 $ par mois comme agriculteurs de subsistance. Si leur récolte est bonne, ils mangent. Si ce n’est pas le cas, ils ne le font pas. Ils n’ont pas accès à de l’eau potable et les enfants peuvent donc contracter la typhoïde, la dysenterie ou le choléra. Lorsque leurs enfants sont malades, ils n’ont pas les moyens de se payer un traitement. Ils n’ont pas non plus de moyen de transport pour se rendre dans une clinique lorsqu’ils sont malades. Il n’y a parfois pas de filets de sécurité gouvernementaux en place pour aider lorsque le pire se produit.

Et ainsi, des millions d’enfants meurent dans le monde en développement en raison de causes facilement traitables qui ne tuent pas d’enfants dans le monde développé.

Une mère et son enfant qui travaillent dur avec des houes dans un champ

En ce qui concerne l’école, de nombreux gouvernements assurent l’éducation, mais les parents doivent fournir des uniformes, des livres et des frais de scolarité, comme ils le font également dans de nombreux pays développés. Ce qui est difficile à fournir à de nombreuses familles à faible revenu dans le monde développé est totalement impossible à fournir aux parents qui ne gagnent que 50 cents pour un dollar ou deux par jour. Et ainsi, les enfants sont laissés sans éducation et perpétuent le cycle de la pauvreté.

L’ampleur du problème est également un facteur à considérer. Aux États-Unis, environ 15 % des personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, défini comme 12 880 $ par an pour une personne. Comparez cela à Haïti, où 58,5% de la population vit avec moins de 1,90 $ par jour.

Le gouvernement américain est en mesure de fournir certains services comme filet de sécurité que de nombreux pays en développement ne peuvent pas (ou ne veulent pas). Cela ne veut pas dire que nous ne devrait pas aider les personnes en situation de pauvreté ici — nous devrions certainement le faire ! Mais cela plaide de manière convaincante pour s’occuper également des personnes qui se trouvent ailleurs dans des situations désespérées.

Chez Compassion, nous voulons aider l’Église au niveau national ainsi que dans d’autres pays. C’est pourquoi nous avons plusieurs ressources pour vous aider à adopter une approche biblique pour aider les personnes en situation de pauvreté :

Nous savons que nous servons un Dieu qui a une profonde compassion pour les personnes vivant dans la pauvreté. Nous prions que Dieu vous guide, comme vous aime ton prochain comme toi-même – à la fois proche et lointain.


Cet article a été initialement publié le 17 juillet 2017. Il a été mis à jour avec les dernières statistiques disponibles.

*

★★★★★