Pour mieux servir les pauvres, les systèmes financiers doivent se parler : annonce d’un nouveau programme de recherche sur les paiements interopérables

Service financier numérique en Indonésie

Imaginez recevoir votre salaire ou un transfert d’argent directement sur votre compte bancaire, mais ne pas pouvoir ensuite transférer une partie de cet argent à votre mari pour payer l’épicerie, même s’il vit sous le même toit car son compte est dans une autre banque. Imaginez alors ne pas pouvoir utiliser une carte de débit ou une application mobile pour payer l’essence, même si la station accepte les paiements numériques car le propriétaire de la station-service utilise toujours une banque différente. Il n’est pas étonnant que des millions de personnes dans cette situation trouvent qu’il soit plus facile d’utiliser de l’argent liquide. L’incapacité de deux institutions financières à se parler signifie qu’elles ne sont pas interopérables. L’interopérabilité est importante pour le développement d’un écosystème financier numérique plus large, de sorte que les gens utilisent leurs produits financiers formels, de la même manière qu’ils devraient effectuer des transactions en espèces.

En théorie, l’interopérabilité profite à un ensemble diversifié de parties prenantes. Pour les consommateurs, cela signifie que vous pouvez dépenser de l’argent dans un endroit où votre banque n’est pas la banque locale dominante. Il autonomise les femmes, leur offre plus de fonctionnalités sur leurs comptes, leur permet d’envoyer/recevoir sur différents réseaux, de payer les frais de scolarité directement sur des comptes scolaires dans d’autres institutions financières, d’effectuer des achats domestiques chez des commerçants sur différents réseaux, d’effectuer des transactions de commerce électronique, entre autres. Il crée plus d’opportunités pour les utilisateurs d’effectuer des transactions numériques en leur donnant accès à un plus grand réseau de commerçants. De même, l’interopérabilité permet aux petites entreprises d’effectuer et de recevoir des paiements auprès de différents fournisseurs. Lorsque les marchés deviennent interopérables, de nouveaux fournisseurs et de plus petits acteurs peuvent accéder à une base de consommateurs existante d’argent mobile, favorisant une nouvelle concurrence, tandis que les fournisseurs existants sont encouragés à innover et à construire une variété de cas d’utilisation pour servir leurs utilisateurs.

Au cours des trois prochaines années, le programme d’inclusion financière (FIP) d’Innovations for Poverty Action (IPA) évaluera des systèmes de paiement interopérables pour répondre à des questions clés afin d’aider à la prise de décision concernant la conception et l’impact de ces systèmes de paiement complexes. Bien que de tels systèmes de paiement soient mis en œuvre dans de nombreux pays, il subsiste des lacunes considérables dans les connaissances. L’IAP, qui a pour objectif de créer des preuves sur les résultats du développement, visera à combler ces lacunes en matière de connaissances, en particulier sur les frais facturés pour les transferts de paiement vers différents réseaux, la meilleure façon de persuader les institutions financières, les commerçants et les autres parties prenantes du côté de l’offre de rejoindre le système de paiement, quels avantages économiques plus larges sont générés et d’autres domaines d’importance qui seront identifiés au cours de ce projet.

Ce que nous faisons maintenant

Libérer la manière dont l’argent peut circuler entre les personnes, entre les banques, entre les acheteurs et les vendeurs, et entre tous ces groupes aura probablement de nombreux impacts, et il est essentiel d’apprendre à le faire correctement. Pour mieux comprendre les perspectives de tous les acteurs, nous travaillerons en partenariat avec des banques centrales, des prestataires de services financiers (PSF) tels que des banques grand public et des fournisseurs d’argent mobile, des sociétés de technologie financière et des agences donatrices dans plusieurs pays. Nous aiderons à coordonner la prise de décision et à garantir qu’il existe un programme d’apprentissage solide au fur et à mesure de la mise en œuvre de nouveaux systèmes, en fournissant une assistance technique en matière de suivi et d’évaluation (S&E) et en aidant à collecter des données par le biais de l’Unité des preuves Right-Fit de l’IPA.

Ce que nous espérons faire

Au cours des trois prochaines années, la FIP entreprendra un total de sept à huit études de recherche. Pour que l’interopérabilité soit correcte, il faut comprendre son fonctionnement dans l’ensemble de l’économie, pour s’assurer que les responsables de la mise en œuvre du monde entier peuvent permettre aux gens d’utiliser leur argent numériquement aussi facilement qu’ils utilisent de l’argent liquide.

Si vous êtes intéressé par un partenariat avec nous sur la recherche ou pour recevoir une assistance technique, veuillez contacter financial-inclusion-team@poverty-action.org.

*

★★★★★