Pollution de l’air en Afrique subsaharienne

Pollution de l'air en Afrique subsaharienne
La pollution de l’air est le rejet de polluants dans l’air qui sont nocifs pour la santé humaine et l’environnement. Ces polluants peuvent être des gaz, des particules ou des molécules biologiques. La moindre augmentation ou diminution de la structure des gaz pourrait réduire les chances de survie de tout être vivant. La pollution de l’air en Afrique subsaharienne est un défi particulier qui nécessite une attention particulière.

Pourquoi les populations à faible revenu sont-elles polluées par l’air ?

« La pollution de l’air est une menace pour la santé dans tous les pays, mais elle frappe le plus durement les habitants des pays à revenu faible et intermédiaire », a déclaré le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

La relation entre la pauvreté et la pollution de l’air dans les pays subsahariens est évidente puisque les pauvres sont les plus susceptibles d’être exposés à des concentrations plus élevées de polluants atmosphériques. En revanche, les pays à revenu élevé semblent avoir un taux d’exposition à la pollution atmosphérique plus faible.

Les experts en environnement Paul Mohai et Robin Saha ont mené une étude en 2015. Elle a examiné les communautés américaines avant et après la présence d’installations de déchets dangereux. L’étude a révélé qu’entre 1966 et 1995, les établissements ont choisi de s’installer dans des régions comptant des populations familiales à faible revenu.

Mohai et Saha pensent que les installations se déplacent vers les zones à faible revenu en raison du coût peu élevé des terres, du faible coût de la main-d’œuvre et de la résistance minimale de la communauté. La présence de ces installations et la pollution de l’air laissent les pays à faible revenu face aux conséquences.

Quels sont les effets sur la santé de la pollution atmosphérique ?

La pollution de l’air a le plus grand impact environnemental sur la santé humaine. Il peut entraîner une réduction de la croissance et de la fonction pulmonaires, des infections respiratoires et une aggravation de l’asthme chez tout enfant exposé. Selon CNN, tous les adultes sont à risque de développer un cancer, une bronchite chronique, de l’asthme et d’autres maladies respiratoires.

Plus précisément, les maladies cardiovasculaires sont une maladie qui sévit en Afrique subsaharienne en raison de la pollution de l’air domestique. Les combustibles solides pour la cuisine, le chauffage et l’éclairage sont les principaux responsables de cette maladie.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution de l’air domestique (HAP) était responsable de 4,3 millions de décès prématurés en 2012 dus aux maladies respiratoires et cardiovasculaires et aux cancers. La recherche prouve que le niveau de HAP dépasse les recommandations de l’OMS et le nombre de personnes exposées aux polluants est passé de 333 millions à 646 millions.

Les affections respiratoires sont très courantes chez les enfants des villes à fortes concentrations de polluants. Selon l’Open Knowledge Repository, cela nuit à leurs capacités d’apprentissage et de développement. Malheureusement, en tant qu’adultes, ils se retrouvent avec des qualifications et des compétences minimales. Avec peu d’éducation et d’expérience, ils luttent économiquement et vivent dans la pauvreté.

Des traitements sont disponibles pour de nombreux problèmes de santé liés à la pollution de l’air. Cependant, vivre dans des pays à faible revenu rend impossible l’accès à des soins de santé abordables. La relation entre mauvaise santé et pauvreté semble de ce fait inévitable.

Les personnes défavorisées n’ont pas les moyens de se payer des soins de santé, ce qui fait de la pauvreté un obstacle à surmonter avant de recevoir des soins adéquats. En conséquence, les familles doivent faire face à la perte de revenus provenant des frais remboursables. Pour s’occuper de parents, certains membres de la famille peuvent avoir à quitter l’école ou leur emploi. Ainsi commence le cycle sans fin des familles à faible revenu en difficulté.

Surveillance de la pollution atmosphérique

Il y a un problème important avec la pollution de l’air. Cependant, l’étendue exacte du problème est inconnue et incommensurable en raison du manque de surveillance. Conscient de la situation en 2019, Dan Westervelt, chercheur associé à l’Observatoire de la Terre de Lamont-Doherty a reçu un financement pour installer un réseau de surveillance de la pollution atmosphérique en République démocratique du Congo (RDC) ; Kampala, Ouganda ; et Nairobi, Kenya. Westervelt pense que le problème de la pollution de l’air ne peut pas être résolu sans données quantifiables.

La surveillance a fourni des données à Kinshasa, illustrant le niveau moyen de particules fines cinq fois supérieur au niveau normal. Comme à Kinshasa, davantage de données seront fournies dans les deux autres mégalopoles et étudiées afin de lutter contre l’épidémie de pollution atmosphérique.

Mise à jour des directives de l’OMS sur la qualité de l’air

Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé fournit des directives pour assurer une bonne santé. Après 15 ans, l’OMS a mis à jour ses directives pour améliorer la qualité de l’air. Les nouvelles directives précisent les dommages que la pollution de l’air cause au corps humain. Leur solution pour revitaliser la santé humaine consiste à réduire les niveaux des principaux polluants atmosphériques et des émissions.

Six polluants pourraient avoir des impacts majeurs sur la santé s’ils y étaient exposés. Ces polluants sont « les particules, l’ozone, le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre et le monoxyde de carbone ». Les combustibles fossiles, les feux de forêt et l’agriculture produisent des particules.

L’ozone troposphérique provient de l’émission des voitures, des usines, des usines et même de certains solvants. La combustion de combustibles fossiles produit du dioxyde d’azote et du dioxyde de soufre polluants. Une combustion incomplète contenant du carburant crée des polluants de monoxyde de carbone.

Si les pays restent en deçà des niveaux recommandés pour la qualité de l’air, des risques importants pour la santé pourraient diminuer. Bien que cela puisse avoir un faible impact sur les communautés à faible taux de pollution atmosphérique, cela aurait un impact immense sur celles qui souffrent de taux plus élevés. Avec des taux de pollution atmosphérique plus faibles, les communautés défavorisées pourraient avoir un taux de survie plus élevé et moins de problèmes de santé.

La pollution de l’air domine ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir une vie de meilleure qualité. En plus de cette incapacité, les problèmes de santé les pèsent davantage, ce qui en retour déclenche le cycle d’une certaine pauvreté dans les pays d’Afrique subsaharienne.

Les directives actualisées de l’OMS sur la qualité de l’air ont pour objectif d’éliminer les futurs problèmes de pollution de l’air et de sauver des millions de vies. Avec ces directives, la pollution de l’air en Afrique sub-saharienne devrait diminuer et les pays sub-sahariens pourraient inévitablement voir une amélioration de leur qualité de vie.

– Destin Jackson
Photo : Flickr

*

★★★★★