Période de pauvreté en Irak – Le projet Borgen

Période de pauvreté en Irak
Les débris de la guerre reposent lourdement en Irak. Les conflits constants du pays avec l’Etat islamique, que les divisions sectaires internes et les différends kurdes ont exacerbés, ont conduit à détourner l’attention d’autres questions vitales. La pauvreté menstruelle en Irak – le manque d’accès aux produits d’hygiène menstruelle, à l’eau et aux installations sanitaires et à une bonne connaissance de la menstruation – est l’un de ces problèmes.

Tabou sur les règles

Dans la plupart des pays développés, les discussions sur la puberté et le développement sexuel sont normales. Dans des pays profondément conservateurs comme l’Irak, cependant, la société considère le sujet des menstruations comme tabou. Cela entraîne non seulement un manque de préparation, mais également un sentiment de honte lorsque les adolescentes commencent à avoir leurs règles. Dans un article publié par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), Rusul, une jeune femme irakienne, s’est confiée sur son expérience de ses premières règles. Elle a mentionné qu’elle se sentait confuse et effrayée, et « pensait qu’elle avait fait quelque chose de mal ».

L’UNFPA a créé un centre social pour femmes dans le quartier de Rusul quelques années après son expérience déchirante. Le Centre organise des sessions éducatives sur des problèmes affectant les filles et les femmes, comme la menstruation, afin de sensibiliser et d’éduquer les filles sur la façon dont les règles les affectent à la fois mentalement et physiquement. En dissipant les mythes et en étant ouvertes sur les faits biologiques, les femmes irakiennes peuvent se sentir à l’aise avec leurs processus corporels et suffisamment confiantes pour prendre les mesures nécessaires pour maintenir une bonne santé et une bonne hygiène.

Les sentiments de peur et de gêne par rapport aux règles sont encore plus répandus chez les personnes à faible revenu qui ont encore moins accès à l’information et aux produits comme les serviettes hygiéniques. L’UNICEF pense qu’en éduquant les filles sur les cycles menstruels à un âge précoce, l’organisation peut aider les filles à développer des pratiques menstruelles saines. L’organisation a commencé à travailler dans les régions d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient pour fournir aux personnes de tous les sexes les informations nécessaires sur les menstruations pour aider à lutter contre les idées fausses, prévenir la discrimination et réduire les stigmates.

En Irak plus précisément, l’un des projets en cours de l’UNICEF vise à développer et à renforcer les connaissances sur la gestion de l’hygiène menstruelle chez les enseignants. En transmettant leurs connaissances sur les menstruations aux écolières et en normalisant leurs règles, les éducatrices « renforceront la confiance et encourageront des habitudes saines » chez les filles menstruées.

Période de pauvreté pendant la pandémie

La pandémie de COVID-19 a exacerbé les problèmes de pauvreté menstruelle en Irak et dans le monde. La récession économique et la crise de la chaîne d’approvisionnement qui ont suivi ont rendu les fournitures menstruelles et les produits d’hygiène encore moins accessibles, en particulier pour les personnes vivant dans la pauvreté. Lorsque les filles et les femmes n’ont pas accès aux produits menstruels, elles ont souvent recours à des méthodes insalubres, telles que l’utilisation de vêtements sales ou de sacs en plastique pour contenir les saignements. Par conséquent, ces filles et ces femmes s’exposent au risque d’infections.

De plus, pendant la pandémie, des mesures telles que le confinement et la fermeture de centres sociaux et médicaux bloquent l’accès à l’éducation menstruelle et aux ressources menstruelles gratuites. La situation est pire pour les personnes dans les camps de réfugiés, les prisons et autres institutions. Une femme de Kirkouk, en Irak, a déclaré à l’UNFPA que pendant le confinement en 2020, le fait d’être dans un centre de détention a donné aux détenus le sentiment d’être oubliés « mais [their] les besoins intimes comptent.

Solutions pour combattre la pauvreté menstruelle

En réponse aux problèmes posés par la pandémie de COVID-19, l’UNFPA a organisé la distribution de kits de dignité aux familles pendant la pandémie. Pendant les périodes de conflit avec l’Etat islamique, en particulier de 2014 à 2015, l’UNFPA a distribué environ 95 000 kits de ce type. Le kit se compose de « brosses à dents, dentifrice, shampoing, savon, serviettes hygiéniques et sous-vêtements ». Lors de la distribution, le personnel de l’UNFPA peut rencontrer des femmes pour évaluer leurs besoins et leur parler des services psychologiques et reproductifs offerts par l’organisation.

Le HCR a collaboré avec des partenaires en 2020 et a aidé 77 786 filles et femmes en Irak en leur fournissant des produits sanitaires.

L’UNICEF a également aidé à organiser des fournitures d’eau potable et d’assainissement pour les femmes dans les maisons de soins, les établissements correctionnels et les hôpitaux. De plus, des messages vidéo publics et des annonces créés par l’UNFPA ont aidé les enseignants, les parents et les élèves à prendre conscience de la santé menstruelle, même si les écoles avaient effectivement fermé.

Ces mesures pour lutter contre la pauvreté menstruelle en Irak portent leurs fruits. Les données que l’UNICEF et l’OMS ont recueillies dans les camps de réfugiés en Irak en 2020 montrent que près de 100 % des femmes se sont senties satisfaites de la fourniture de « matériel et installations menstruels ». De plus, selon les données d’une enquête recueillies en Irak entre 2016 et 2020, 94 % des femmes âgées de 15 à 49 ans avaient un endroit privé pour se laver et se changer et 97 % « disposaient d’installations de base pour se laver les mains ».

Bien que des solutions soient en cours, seuls des efforts continus et des engagements inébranlables pour réduire la pauvreté menstruelle en Irak assureront un changement à long terme et des impacts durables.

– Anushka Raychaudhuri
Photo : Unsplash

*

★★★★★