Pauvreté tamoule au Sri Lanka

Pauvreté tamoule au Sri LankaLes habitants de certaines régions et ethnies du Sri Lanka – plus précisément les tamouls, une minorité ethnique hindoue au Sri Lanka – ressentent particulièrement les effets de la pauvreté. Cela fait partie de l’histoire plus longue du pays de tensions ethniques et de guerre civile. Voici des informations sur la pauvreté tamoule au Sri Lanka.

Guerre civile et conflits ethniques

Les conflits ethniques ont été un facteur important de la pauvreté au Sri Lanka parmi les Tamouls. Sous la domination impériale britannique, les autorités ont fortement favorisé les Tamouls par rapport à la majorité bouddhiste cinghalaise de l’île. Lorsque le Sri Lanka a obtenu son indépendance, les Cinghalais – que les Britanniques avaient longtemps exclus – ont commencé à inverser cette tendance à la domination tamoule.

Ce changement au Sri Lanka culminera dans une guerre de 26 ans, se terminant lorsque le gouvernement dominé par les Cinghalais a finalement vaincu les rebelles tamouls en 2009. Le conflit a eu un coût incroyable avec la mort de dizaines de milliers de Sri Lankais. L’ONU a accusé à la fois le gouvernement sri lankais et les rebelles de violations des droits humains pendant le conflit.

Pauvreté post-conflit chez les Tamouls

Les effets économiques durables de la guerre civile ont été importants au Sri Lanka, car les Tamouls souffrent de la pauvreté à des taux beaucoup plus élevés. Les districts à prédominance tamoule sont les plus pauvres du Sri Lanka, et la pauvreté chez les jeunes tamouls est 7 % plus élevée que dans le reste du pays. Dans ces régions, plus de la moitié de la population vit avec moins de 2,50 $ par jour.

De nombreux Tamouls n’ont pas accès au travail au Sri Lanka, et les Tamouls ne peuvent pas interagir avec les autorités gouvernementales car ils ne parlent pas la même langue. Les Tamouls sont confrontés à de mauvaises conditions de travail lorsqu’ils peuvent trouver du travail et ont des difficultés à accéder aux soins de santé. L’éducation est également difficile d’accès et le travail des enfants tamouls est plus répandu que dans le reste du Sri Lanka.

La guerre civile a également considérablement empêché les pêcheurs tamouls de gagner leur vie dans les eaux autour de l’île. Les catastrophes naturelles depuis les cyclones et les inondations semblables à la guerre civile ont lourdement touché les communautés tamoules, et le gouvernement sri-lankais fait peu d’efforts pour aider après de telles catastrophes. Très peu de reconstructions ont eu lieu dans les régions tamoules fortement endommagées par la guerre civile.

Déplacement et discrimination

À ce jour, les déplacements et la discrimination ont un impact sur les Tamouls appauvris au Sri Lanka. Malgré la fin des hostilités, le gouvernement sri-lankais a maintenu une force militaire importante pour occuper les anciens districts tenus par les rebelles. Cela a entraîné la saisie de terres par l’armée, déplaçant de nombreux Tamouls.

La culture et la religion tamoules sont confrontées à une discrimination importante depuis la fin du conflit. Les sanctuaires bouddhistes ont remplacé les sites religieux tamouls sans le consentement des Tamouls locaux. De plus, les communautés tamoules sont soumises à des abus de la part des forces de sécurité opérant avec peu de surveillance. Il y a cependant des signes de promesse, car plus récemment, le gouvernement sri lankais a ouvert la porte au retour des réfugiés tamouls d’Inde où des dizaines de milliers de personnes avaient fui dans le passé.

La pauvreté au Sri Lanka affecte la minorité tamoule de manière disproportionnée plus que le reste du pays. Des décennies de tensions ethniques ont culminé dans une longue guerre civile qui a dévasté les régions tamoules. Actuellement, ces mêmes régions tamoules ont des taux de pauvreté beaucoup plus élevés et un accès beaucoup plus faible aux services essentiels. En outre, l’armée a déplacé de nombreux Tamouls et beaucoup sont victimes de discrimination. Pourtant, un récent programme de rapatriement lancé par le Sri Lanka semble prometteur pour les Tamouls de pouvoir retourner dans leurs communautés.

– Coulter Layden
Photo : Unsplash

*

★★★★★