Pauvreté liée au climat en Amérique centrale

Pauvreté liée au climat en Amérique centrale
L’ouragan Bonnie est la dernière des nombreuses catastrophes naturelles à frapper les côtes d’Amérique centrale. Parallèlement, de fortes pluies et des inondations ont provoqué des dégâts et des décès considérables au Nicaragua et au Salvador en juillet 2022. Cependant, ce n’est pas une situation inconnue. En 2020, les ouragans Eta et Iota ont causé 2 milliards de dollars de dégâts au Honduras tout en laissant des millions de personnes au Guatemala et au Nicaragua confrontées à l’insécurité alimentaire et au déplacement interne. En 2021, l’ouragan Grace a provoqué des glissements de terrain et des morts au Mexique, ainsi que des millions de dollars de dégâts. Plus inquiétant est le fait que ce schéma n’est devenu que plus fréquent. Au cours des 20 dernières années, les catastrophes liées au climat ont coûté aux pays d’Amérique latine et des Caraïbes (ALC) combinés « l’équivalent de 1,7 % du PIB annuel ». D’ici 2030, les conditions météorologiques extrêmes pourraient plonger jusqu’à 5,8 millions de personnes dans des conditions d’extrême pauvreté dans la région ALC. À ce titre, la pauvreté liée au climat en Amérique centrale est une préoccupation importante.

Des millions de personnes en Amérique centrale vivent déjà dans ce que l’on appelle le « corridor sec », une zone qui fait face à une alternance d’épisodes de sécheresse et d’événements météorologiques extrêmes tels que des ouragans. Ces circonstances laissent la population en grande partie rurale vulnérable à la pauvreté, à la faim et à la malnutrition liées au climat.

Impact agricole et sécurité alimentaire

Selon la Banque mondiale, en 2019, le secteur agricole représentait 14 % de l’emploi total dans la région ALC. Cependant, environ 70 % des adultes en situation d’extrême pauvreté dans la région ALC travaillent dans l’industrie agricole, une population vulnérable qui subit les impacts disproportionnés des phénomènes météorologiques extrêmes.

La dépendance des emplois à l’agriculture varie également selon les pays. Par exemple, près de 40 % de la population du Honduras travaille dans l’agriculture, selon le Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Les conditions météorologiques difficiles ont eu un effet significatif sur l’agriculture en termes d’emploi et de production alimentaire.

Les ouragans Iota et Eta ont ruiné les récoltes de la deuxième saison de croissance en Amérique centrale, affectant à la fois les exploitations agricoles à petite et à grande échelle. Dans le nord du Honduras, les ouragans ont provoqué une forte augmentation du chômage en raison des pertes subies dans les plantations de bananes de la région. La production de café, qui représente une grande partie des exportations d’Amérique centrale et soutient les ménages à faible revenu, a également subi des dommages aux cultures et aux systèmes d’irrigation à cause des fortes pluies.

Au-delà de l’emploi, les impacts agricoles de ces phénomènes météorologiques affectent également la production alimentaire. Les ouragans de 2020 ont provoqué une augmentation des prix des denrées alimentaires en raison des dommages aux cultures et de l’augmentation des coûts de transport.

L’Organisation météorologique mondiale estime que jusqu’à 7,7 millions de personnes au Guatemala, au Salvador et au Nicaragua ont été confrontées à « des niveaux élevés d’insécurité alimentaire en 2021 » en raison des ouragans et de l’impact exacerbé de la pandémie de COVID-19 également.

Dommages aux infrastructures

L’ouragan Bonnie de juillet 2022 a laissé des milliers de personnes au Nicaragua sans électricité ni eau tandis que les routes du Salvador étaient inondées ou effondrées.

Il y a deux ans, les ouragans Eta et Iota ont détruit des bâtiments gouvernementaux, des hôpitaux et des milliers de maisons au Nicaragua, au Honduras et au Guatemala. Au total, ReliefWeb rapporte qu’Eta et Iota ont causé des dommages équivalant à 1,86 milliard de dollars au Honduras, 742 millions de dollars au Nicaragua et 775 millions de dollars au Guatemala. Les zones rurales ont été les plus durement touchées par les inondations, les fortes pluies et les glissements de terrain qui ont frappé les maisons, les rues et les centres communautaires. Les ouragans ont également provoqué une contamination de l’eau après avoir endommagé les systèmes d’égouts, menaçant l’approvisionnement en eau potable.

Migration et déplacement

Tant en 2020 qu’en 2022, de nombreuses familles ont subi des pertes importantes après la destruction de leurs maisons par les ouragans, les plongeant dans l’extrême pauvreté. Les ouragans Eta et Iota en 2020 ont déplacé 1,5 million de personnes en Amérique centrale, selon les estimations de l’Observatoire des déplacements internes.

Outre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la violence, les phénomènes météorologiques extrêmes sont un facteur majeur de migration en Amérique centrale, poussant des milliers de personnes vers les États-Unis chaque année. Selon la Brookings Institution, la migration de pays comme le Guatemala vers les États-Unis est liée à l’appauvrissement rural et au « stress agricole lié au changement climatique ». Sur le plan interne, la migration des zones rurales vers les centres urbains à travers l’Amérique centrale devient également plus courante en raison de l’instabilité de l’emploi dans l’agriculture.

À l’échelle mondiale, le Rapport sur la migration dans le monde 2022 indique que les événements météorologiques extrêmes et les catastrophes entraînent le déplacement de plus d’individus que les conflits et la violence, et ce nombre ne fera qu’augmenter sans une intervention rapide.

Implications politiques

Les initiatives soutenues par le Programme alimentaire mondial et le Programme des Nations Unies pour l’environnement encouragent les politiques de résilience climatique pour éliminer la pauvreté liée au climat en Amérique centrale. Par exemple, le PAM a introduit des pratiques de gestion des risques climatiques, y compris des initiatives d’assurance destinées à protéger les personnes vivant dans des régions sensibles aux phénomènes météorologiques extrêmes. Le PAM a également introduit des techniques de «finance basée sur les prévisions» dans des pays comme la République dominicaine, qui fourniront une aide à 10 000 personnes au cas où le pays anticipe une catastrophe climatique telle que des inondations. En 2021, le PAM estime que ses «solutions de gestion des risques climatiques» ont aidé environ 441 000 personnes dans la région ALC.

CityAdapt, une organisation travaillant avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement et financée par le Fonds pour l’environnement mondial, met en œuvre des « solutions fondées sur la nature » ​​dans les villes et les régions périurbaines du Mexique et d’El Salvador. Il utilise les écosystèmes naturels pour lutter contre les effets des changements climatiques extrêmes, en promouvant « les infrastructures vertes et bleues telles que les parcs urbains, les toits et façades verts, la plantation d’arbres, la conservation des rivières », et plus encore, selon son site Web. CityAdapt a également lancé un cours en ligne en 2020 pour 40 villes de 14 pays d’Amérique latine afin d’éduquer les gens sur les solutions basées sur la nature pour faire face aux conditions météorologiques extrêmes.

Bien que l’objectif final soit de prévenir la survenue d’événements météorologiques extrêmes, ces approches innovantes et résilientes ont le pouvoir de réduire l’impact de la pauvreté liée au climat en Amérique centrale et dans d’autres régions vulnérables.

Ramona Mukherji
Photo : Flickr

*

★★★★★