Catégories
Solidarité et entraide

Pauvreté et corruption au Liban

Pauvreté et corruption au Liban

Les événements entourant l'explosion massive qui a décimé la ville cosmopolite de Beyrouth ont suscité l'indignation face à la pauvreté et à la corruption au Liban. La conclusion à laquelle de nombreux journalistes et analystes sont arrivés est que la bombe qui a explosé sur le port de Beyrouth était un accident dû à la négligence d'un gouvernement corrompu, inefficace et sectaire. À la suite de l'explosion, 200 personnes sont mortes, beaucoup d'autres ont été blessées et 300 000 sont devenues des sans-abri. Sans parler de la dévastation économique du Liban, avec un coût estimé à 15 milliards de dollars de pertes pour l'ensemble du pays. Le bombardement a endommagé un système de santé déjà mis à rude épreuve qui fait face à une pandémie mondiale, provoquant une crise humanitaire. Cela a provoqué une indignation massive sous la forme de protestations prenant le contrôle des ministères, appelant à une révolution et à une refonte complète du système politique. Cependant, cette catastrophe ne représente que la pointe de l'iceberg, car nous verrons comment le problème de la corruption (et son lien avec la pauvreté) s'est accru au Liban.

Les troubles en dessous

Le Liban obtient 28 sur 100 (0 étant hautement corrompu et 100 étant le moins corrompu) dans l'indice de perception de la corruption. Cela est dû à bien des égards au système de favoritisme. Le pays est gouverné par un système de favoritisme dans lequel l'élite politique échange son soutien politique contre des emplois, des contrats et d'autres avantages et ressources distribués par division sectaire. Le pouvoir politique est hérité de lignes sectaires, car le gouvernement et les sièges législatifs sont pourvus grâce à l'utilisation de réseaux et de contacts sectaires. Le résultat est un système politique composé de trois partis qui ne peuvent être contestés par des acteurs indépendants. Le résultat est un système dépourvu de responsabilité et d'inefficacité massive. Maya Terro, cofondatrice et directrice exécutive de FoodBlessed, s'est entretenue avec The Borgen Project, déclarant: «Au Liban, les effets de la corruption imprègnent tous les recoins de la vie publique.» Elle a poursuivi en expliquant que la corruption est répandue à tous les niveaux de la société libanaise. Le public libanais a tendance à considérer à la fois les institutions politiques (telles que les partis politiques et le parlement) ainsi que les institutions gouvernementales (telles que l'administration publique et la police) comme «les institutions les plus corrompues du pays». Maya a ensuite développé davantage la vie économique au Liban, en soulignant que la corruption, ainsi que le manque d'infrastructures et de bureaucratie adéquates, conduit à la dissuasion de mener une activité économique dans le pays. Les entreprises sont généralement confrontées à un système judiciaire faible, sujet à de petits pots-de-vin ainsi qu'à une ingérence politique. L'industrie privée est également entravée par une force de police peu fiable et irresponsable, des services publics couverts de pots-de-vin et un favoritisme sectaire. Ce scénario montre d'autres problèmes avec un système de marchés publics rempli de favoritisme. La protection des lanceurs d'alerte est l'un des moyens de lutter contre cette corruption. Malheureusement, un rapport de Transparency International en 2015 a fait état d'un manque de lois majeures protégeant les lanceurs d'alerte et l'accès aux informations du gouvernement, qui sont importants dans les enquêtes sur la corruption.

Le lien avec la pauvreté

La pauvreté et la corruption au Liban sont étroitement liées. Alors que le pays est en proie à la corruption, la moitié de sa population vit sous le seuil de pauvreté. Le 1% économique le plus élevé au Liban possède un quart de la richesse, 0,1% faisant le même revenu que les 50% inférieurs. Le taux de chômage est stupéfiant de 30%. Dans son entretien avec The Borgen Project, Maya a souligné que l'inégalité des revenus est un facteur majeur de corruption. Ceux qui sont très aisés sont incités à s'engager dans la corruption pour accroître leur richesse tandis que ceux qui sont pauvres sont motivés par la pauvreté pour gagner leur vie. Elle explique en outre: «Je peux dire, d'après mes propres observations et sur la base de la recherche scientifique, que les riches ont à la fois une plus grande motivation et plus d'opportunités de s'engager dans la corruption, alors que les pauvres sont plus vulnérables à l'extorsion et moins capables de surveiller et de retenir les riches. et puissant responsable à mesure que les inégalités augmentent (A Comparative Study of Inequality and Corruption, 2005). » Elle attaque les racines du problème avec cette ligne: «Au niveau institutionnel, la perte et l'inefficacité économiques sont encore exacerbées par la corruption. La corruption exacerbe également la pauvreté en créant un état d'opportunités inégales dans lequel les avantages n'apparaissent que pour ceux qui font partie d'un réseau clientéliste corrompu. Le système de favoritisme de partage du pouvoir a aggravé la pauvreté et la corruption au Liban au point qu'un attentat à la bombe s'est produit au milieu d'une crise économique que le pays traversait.

Moteurs de changement

Quand j'ai interrogé Maya sur son point de vue sur le rôle des ONG et des organisations humanitaires telles que l'USAID pour aider à résoudre le problème de la pauvreté et de la corruption au Liban, elle a dit: «Cela ne lutte pas beaucoup parce que des institutions comme celles-ci ne s'occupent que des effets, ils ne font pas et ne peuvent pas faire grand-chose en ce qui concerne les causes profondes de la corruption au Liban qui sont en effet multiples et varient parfois d'une institution à l'autre et d'une personne à une autre ». Cependant, il convient de souligner certaines actions que les ONG ont prises pour lutter contre la pauvreté et la corruption au Liban. D'une part, Transparency International s'est engagée dans une campagne d'enquête et de documentaire qui a mis en évidence la pollution des berges de la ville de Bar Elias et la maladie qu'elle causait aux habitants de la ville après que le gouvernement eut ignoré le problème. Le plaidoyer des ONG a en partie contribué à la création de la Commission nationale de lutte contre la corruption, qui est censée être composée de professionnels expérimentés indépendants et inexpérimentés en politique. Interrogée sur son point de vue sur la meilleure façon de lutter contre la pauvreté et la corruption au Liban, Maya a déclaré: «Il faut commencer par les causes profondes et au-delà du dépôt de rapports et des médias – faire honte aux corrompus, il n’a pas été fait grand-chose au-delà de cela. Ce qu'il faut, c'est agir, pas plus de rapports. » Cette action peut se manifester dans la Révolution d'Octobre et les récentes manifestations de divisions intersectorielles exigeant un changement radical du système politique. Enfin, il y a la pression croissante de la communauté internationale (en particulier d'Emmanuel Macron) pour obliger le gouvernement libanais à mettre en œuvre les réformes nécessaires afin de recevoir l'aide étrangère nécessaire.

Actuellement, il n'y a pas de données sur l'utilité de ces solutions pour s'attaquer au problème de la pauvreté et de la corruption au Liban. Le pays entre actuellement dans l'incertitude après la démission du député désigné Mustafa Adib après qu'il est devenu clair que les milices soutenues par l'Iran détournent l'initiative française de réforme du pays. À la suite de la démission d’Adib, l’ancien Premier ministre et milliardaire Saad Al Hariri a pris le poste après avoir été évincé de ce poste il y a un an. La classe politique semble incapable de mettre en œuvre une réforme qui renverserait le système qu'elle a mis au pouvoir. Il semble que les trois facteurs qui montrent l'espoir de lutter contre la pauvreté et la corruption au Liban sont la colère et la révolte du peuple libanais, les pressions extérieures d'acteurs comme Macron et des groupes de la société civile ont précédemment comblé le vide laissé par le gouvernement (bien que n'étant pas complètement pur du système politique libanais). Par exemple, l'ONG environnementale Al-Shouf Cedar Society et les majors de différents districts coopèrent dans la gestion de la réserve naturelle d'Al-Shouf Ceder. Lorsqu'il s'agit d'aider les réfugiés de Syrie, les ONG libanaises, qui sont principalement financées par l'ONU, ont tendance à être le principal fournisseur de produits de première nécessité pour les nécessiteux. Après l'explosion à Beyrouth, Khaddit Beirut, une organisation communautaire de base créée par trois femmes touchées par l'explosion, a identifié 100 entreprises locales qu'elle entend aider, créant ainsi 1600 emplois. Le groupe vise à exploiter l'énergie locale des bénévoles pour aider à la reprise de la ville après la tragédie.

Mustafa Ali
Photo: Flickr

*