Pauvreté énergétique en Irlande – Le projet Borgen

Pauvreté énergétique en IrlandeSelon The Irish Times, la pauvreté énergétique « dépense plus d’un dixième de [ones] revenu sur l’énergie. En Irlande, 29 % des ménages, contre 13 % en 2015, atteignent ce « seuil de précarité énergétique ». Cette pauvreté énergétique généralisée en Irlande résulte des flambées soudaines des prix du gaz et de l’électricité qui sont en partie dues à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le problème

En moyenne, les ménages irlandais dépensent 21 € de plus par semaine en énergie au lieu d’autres biens essentiels. Pour aggraver les choses, si les carburants sont inclus, les familles dépensent 38 € de plus par semaine qu’avant la récente inflation, selon The Irish Times.

Selon une étude des Irish Houses of the Oireachtas, « il est bien établi que certains groupes sont plus vulnérables à la pauvreté énergétique et à ses conséquences ». Les recherches menées par la Chambre ont montré que non seulement les ménages les plus pauvres ont une capacité limitée à subvenir à leurs besoins énergétiques en raison de contraintes économiques, mais qu’ils ont aussi fréquemment des coûts énergétiques accrus. Bon nombre des ménages les plus pauvres d’Irlande vivent dans des logements moins économes en énergie, tels que des mobile homes et des caravanes, ce qui entraîne des coûts énergétiques plus élevés.

Les groupes qui souffrent le plus de l’augmentation des coûts de l’énergie sont les communautés irlandaises de voyageurs et de Roms résidant en Irlande. Ces communautés sont souvent confrontées à « l’exclusion financière » et à des logements énergivores. En effet, 40 % des Gens du voyage et des Roms en Irlande ont beaucoup de mal à joindre les deux bouts, et 13 % vivent dans des logements en mauvais état. « Ces facteurs entraînent des risques importants pour la santé et la sécurité des familles de voyageurs », indique une étude de la Maison.

Plus précisément, la précarité énergétique affecte la santé, l’inclusion sociale et le mode d’occupation des logements. De plus, les maisons utilisent souvent des alternatives moins chères, comme le charbon, pour répondre à leurs besoins énergétiques, ce qui a de graves effets sur la qualité de l’air et le changement climatique. Ainsi, il est dans l’intérêt de tous de réduire la précarité énergétique et de faire en sorte que tous les ménages puissent satisfaire leurs besoins énergétiques en toute sécurité.

Solutions possibles

Social Justice Ireland, un groupe de réflexion et une organisation de défense de la justice, a déclaré qu’en théorie, la solution aux coûts financiers et environnementaux est aussi simple que de rendre les maisons plus économes en énergie. Cela réduirait les émissions de carbone des maisons individuelles et nécessiterait moins de carburant, ce qui réduirait en retour les coûts. Pour ce faire, l’organisation propose un « programme de rénovation mené par l’État » pour améliorer l’état des logements de moins bonne qualité.

Dans une recherche menée par la Chambre, elle a approuvé la nécessité de subventions et de programmes pour moderniser les maisons. Cependant, il a également suggéré la nécessité de « soutien au revenu sous forme de paiements de transfert » et de subventions à l’énergie afin d’empêcher que davantage de foyers ne tombent en dessous du seuil de précarité énergétique.

Efforts nationaux

Actuellement, le gouvernement irlandais vise à atténuer les effets de la flambée des prix de l’énergie en réduisant les taxes indirectes sur les carburants, telles que la taxe sur le carbone. Cependant, l’Institut de recherche économique et sociale (ESRI) a critiqué les efforts du gouvernement, car « la plupart des gains agrégés iraient aux 40 % des ménages les plus riches, tandis que moins d’un tiers iraient aux 40 % les plus pauvres, » rapporte l’Irish Times. Alternativement, le groupe de réflexion a suggéré des aides au revenu, telles que des prestations sociales, similaires à la recommandation des Maisons irlandaises de l’Oireachtas.

Malheureusement, selon Tánaiste Leo Varadkar, « le gouvernement pourrait déjà être à la limite » de ce qu’il peut faire, en raison de l’augmentation constante des niveaux de pauvreté énergétique en Irlande.

Actions locales et efforts des ONG

Compte tenu de la capacité d’action limitée du gouvernement, les actions locales et des ONG sont encore plus utiles que d’habitude pour atténuer et prévenir la pauvreté énergétique.

Localement, selon un rapport de la Commission européenne, le projet Deep Retrofit Transforms Wexford Sheltered Housing a aidé à moderniser 12 maisons d’une chambre, y compris des logements sociaux, à Wexford, en Irlande. Les projets auront non seulement de sérieux avantages économiques et environnementaux, mais bénéficieront également à la santé et au bien-être des propriétaires.

En outre, Energy Action, créée en 1988, lutte contre l’énergie, en particulier la pauvreté énergétique à Dublin, en Irlande. L’ONG, qui était « le premier projet énergétique communautaire d’Irlande », fournit une isolation gratuite dans les maisons des personnes défavorisées, telles que les personnes âgées et les pauvres. Depuis sa création, Energy Action a isolé 35 000 foyers. La remarquable ONG a également contribué à lutter contre la pauvreté en Irlande en employant et en formant d’anciens chômeurs de longue date, « en leur offrant des opportunités d’emploi durables et écologiquement saines ».

Bien que l’Irlande ne dispose pas d’un programme national pour lutter contre la pauvreté énergétique, Energy Action soutient plusieurs « organisations communautaires » luttant contre la pauvreté énergétique dans tout le pays pour démarrer leurs propres projets.

– Lena Maassen
Photo : Flickr

*

★★★★★