Pauvreté des enfants en Gambie

Pauvreté des enfants en Gambie
La pauvreté des enfants en Gambie est un problème endémique dans tout le pays. Bien que le plus petit pays d’Afrique de l’Ouest, la pauvreté et l’insécurité alimentaire croissantes de la Gambie suscitent de vives inquiétudes pour la sécurité et la santé futures des enfants. Malgré les tentatives d’encourager un changement positif, 48% des 2,1 millions de personnes vivant en Gambie vivent dans la pauvreté et 10,3% des enfants souffrent de malnutrition aiguë, un nombre plus important étant en insécurité alimentaire.

COVID-19 et pauvreté

À l’échelle mondiale, COVID-19 a frappé les économies et les systèmes de santé de tous les pays, quelle que soit leur taille ou leur richesse. Bien que COVID-19 ait ciblé sans discernement les populations du monde, l’intégrité et la puissance économique du système de santé étaient essentielles pour protéger et soutenir les citoyens d’une nation. En août 2020, le nombre de ménages dont l’alimentation est insuffisante est passé à 22% contre 20% en juillet 2020, le Programme alimentaire mondial (PAM) attribuant ces changements à la pandémie. COVID-19 a plus que doublé l’augmentation trimestrielle de la malnutrition aiguë à 5,6%, affectant environ 58 177 enfants.

En plus de l’augmentation de l’insécurité alimentaire, COVID-19 provoque une augmentation de la pauvreté des enfants en Gambie à mesure que l’emploi diminue et que l’approvisionnement alimentaire du pays diminue. Les facteurs combinés au cours des deux dernières années s’ajoutent à l’instabilité précédente en Gambie qui comprenait des taux élevés de pauvreté et de malnutrition.

Travail des enfants et abus

En Gambie, le travail des enfants est un phénomène courant, et même la prostitution des enfants reste un problème important dans le pays. Selon le département américain du Travail et les Nations Unies, l’exploitation commerciale et le trafic de mineurs en Gambie contribuent au commerce illégal du tourisme sexuel. Cette forme de travail est illégale alors que l’application et les allégations ne parviennent pas à éliminer les allégations récurrentes. Sans un système judiciaire solide et une amélioration significative de l’entrepreneuriat en Gambie, les abus illégaux et horribles sur les enfants continueront probablement avec une justice minimale pour les victimes.

Outre la présence préoccupante de la prostitution enfantine, les enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent à 22,6% et les enfants scolarisés tout en travaillant sont à 21,7%. Les domaines typiques du travail des enfants sont l’agriculture, l’exploitation minière, la récupération de déchets ou la mendicité dans la rue. Bien que les formulaires de travail des enfants soient loin de la liste complète des domaines de travail potentiels, la nécessité et l’utilisation d’enfants dans les postes reflètent les taux élevés de pauvreté infantile en Gambie.

Éducation et pauvreté

Comme dans toute nation, il existe un lien direct entre la pauvreté et l’éducation, en particulier avec le travail banal des enfants. Bien qu’il y ait eu de légères améliorations dans l’éducation, telles que 78% de scolarisation dans les écoles primaires, la rétention reste un problème important pour les enfants gambiens. Sur les 65,5 % d’élèves qui terminent l’enseignement primaire, seuls 45,8 % entrent dans le premier cycle du secondaire et seuls 29,2 % atteignent le deuxième cycle du secondaire. La principale préoccupation est qu’environ 20 % des enfants d’âge scolaire n’entrent jamais dans le système éducatif, ce qui reflète une partie importante de la population incapable d’atteindre son plein potentiel économique.

L’éducation est un aspect essentiel de la jeunesse dans de nombreuses économies émergentes, car elle permet aux individus d’accéder à des aspects spécifiques et uniques du marché mondial. Sans éducation, il peut être difficile d’améliorer le statut socio-économique ou de faire progresser le développement dans son pays. Les taux combinés d’éducation des enfants et de travail des enfants reflètent la perte de potentiel économique et l’incapacité de réduire la pauvreté en Gambie à l’intérieur. La pauvreté des enfants en Gambie continuera sans augmenter l’aide pour développer le système éducatif et appliquer les lois ratifiées sur le travail des enfants. Les facteurs d’insécurité alimentaire, la pauvreté des enfants et la faiblesse des systèmes de lutte contre les problèmes sociaux contribuent à l’estimation que les enfants gambiens n’atteignent que 40% de leur plein potentiel.

Regarder vers l’avant

Dans une tentative de réduire la pauvreté des enfants en Gambie, les ONG fournissent des fournitures et un soutien financier pour assurer la sécurité, la santé et l’éducation. Child Aid Gambia est une organisation qui soutient les enfants, avec plusieurs programmes, y compris Bakoteh Rubbish Dump ou Feeding Programmes. La décharge de Bakoteh s’étend sur plus d’un kilomètre dans chaque direction et se trouve dans le district de la commune animée de Serekunda. Cette décharge est l’une des plus grandes et des plus toxiques de Gambie et Child Aid Gambia a trouvé des enfants âgés de 4 ans et plus cherchant du métal et des déchets à vendre sur place. Le programme de décharge de déchets de Bakoteh s’efforce de réintégrer les enfants qui récupèrent la décharge dans les écoles locales pour assurer leur éducation.

Avec les taux élevés de pénurie alimentaire, les programmes d’alimentation aident les communautés les plus pauvres en fournissant une nourriture de haute qualité aux familles et à ceux qui souffrent de malnutrition, en particulier avec des saisons des pluies plus courtes ces dernières années, provoquant une sécheresse massive. Les paquets de soins agissent comme des bouées de sauvetage pour les communautés confrontées à la sécheresse ou à des pertes économiques qui stagnent le développement. Sans des organisations telles que Child Aid Gambia, l’insécurité alimentaire et les niveaux de pauvreté seraient plus élevés dans tout le pays. Pour mettre fin à la pauvreté des enfants en Gambie, les ONG et les organisations gouvernementales doivent accroître leur soutien au changement systémique pour l’éducation et le soutien de base aux enfants en situation d’insécurité alimentaire et appauvris.

– Mikey Redding
Photo : Flickr

*

★★★★★