Pauvreté chez les Roms à Bucarest

Pauvreté chez les Roms à Bucarest
Bucarest, la capitale de la Roumanie, est une ville urbaine dynamique avec des institutions contemporaines en plein essor et un revenu par habitant supérieur à la moyenne de l’Union européenne. Cependant, il reste une population d’individus qui ne profite pas de l’économie en expansion de Bucarest : les Roms. La pauvreté parmi les Roms de Bucarest est particulièrement préoccupante. Selon Brookings, les Roms de Roumanie font face à un taux d’emploi d’environ 72 % et subissent un taux de pauvreté de près de 70 %.

Qui sont les Roms ?

Les chercheurs s’accordent à dire que les ancêtres du peuple rom ont immigré en Europe depuis la région du Pendjab, dans le nord de l’Inde, à travers « ce qui est maintenant l’Iran, l’Arménie et la Turquie ». À partir du IXe siècle, les Roms se sont progressivement étendus à toute l’Europe.

En tant que groupe nomade voyageant avec peu de biens essentiels ou de biens, les Roms sont confrontés à une marginalisation généralisée en Europe. Datant du XIVe siècle, certains Roms sont arrivés à Bucarest, en Roumanie, où ils sont devenus esclaves de l’État, d’institutions ou de particuliers. En 1860, les Roms sont devenus libres, mais ils dépendaient toujours entièrement de l’État et des propriétaires terriens pour leur subsistance et leur survie. Certains Roms ont tenté de briser cette dépendance en se regroupant en clans et en migrant.

Les Roms à Bucarest

L’Union européenne (UE) abrite « entre 10 et 12 millions de Roms ». Selon le Conseil de l’Europe, environ 1,85 million de Roms résident en Roumanie et représentent 8,32 % de la population. Ce sont toutes des estimations préliminaires car les Roms choisissent généralement de révéler leur appartenance ethnique uniquement aux autres Roms. Cela rend difficile l’estimation du nombre réel de Roms dans la capitale de la Roumanie, Bucarest, bien qu’il n’y ait aucune incertitude qu’un nombre considérable de Roms réside à Bucarest.

Pauvreté des Roms

Les Roms vivent et voyagent en groupes très unis avec des familles nombreuses. Les Roms sont l’une des minorités ethniques les plus importantes d’Europe. Hormis ces caractéristiques, les gens connaissent très peu le peuple rom ; ils parlent leur propre langue, qui n’est pas documentée, ils ont des traditions uniques et ils gardent pour eux-mêmes.

La pauvreté parmi les Roms de Bucarest est en grande partie le problème le plus urgent au sein de leurs communautés. Considérée comme un « problème » à Bucarest, la population rom vit dans des bidonvilles ou des ghettos où elle vit dans des quartiers restreints avec peu de possessions. Dans les bidonvilles, les Roms vivent souvent dans la misère avec un minimum de nourriture ou d’eau.

Les Roms occupent des emplois très spécifiques tels que la divination, la métallurgie et le travail agricole. Certains, en revanche, n’occupent pas de véritables occupations, mais volent et escroquent pour compléter leurs revenus en raison de leur situation de pauvreté. Parce que les Roms sont confrontés à des taux de chômage élevés, ils se retrouvent avec des moyens de survie minimes.

Outre la marginalisation, l’un des principaux problèmes qui contribuent grandement à leur situation de pauvreté est le manque d’éducation. Faute de papiers ou d’identité, les Roms ont du mal à accéder à l’éducation, aux soins de santé et à d’autres services essentiels. Les Roms souffrent de privations profondes à tous les niveaux : éducation, emploi et santé.

Discrimination des Roms

À Bucarest, les Européens qualifient souvent les Roms de Tsiganes, terme discriminatoire lorsqu’il est utilisé par des personnes d’origine non rom. En fait, le terme « tsigane » est l’une des étiquettes sociales les plus péjoratives en Europe, notamment en Roumanie. La discrimination que subissent les Roms a également un impact sur leur accès aux services et aux ressources nécessaires pour vivre une meilleure qualité de vie.

Quel est le problème de la drogue ?

De nombreux Roms de Bucarest dépendent de la drogue pour les aider à faire face à leur situation difficile. La consommation de drogues est courante chez les individus de tous âges dans les ghettos roms de Bucarest. Dans une interview avec l’auteur Max Daly, Dan Popescu, coordinateur des services de réduction des risques à l’Asociatia Romana Anti-SIDA (ARAS) a déclaré que « l’attitude du grand public envers les Roms et les toxicomanes est que nous gaspillons de l’argent pour rien, qu’il vaut mieux les laisser mourir que de les aider.

En raison de leur manque d’identification légitime, seuls 45% des Roms ont accès aux soins de santé et aux prestations sociales. Les toxicomanes roms utilisent souvent des aiguilles sales, laissant leur communauté avec des taux élevés de VIH et d’hépatite C. Le fait que les autorités reconnaissent rarement les Roms ne fait qu’exacerber la situation.

La bonne nouvelle

Le Réseau roumain de réduction des risques (RHRN) vise à réduire les « comportements à risque » liés à l’abus de drogues « en augmentant le degré de communication entre les organisations partenaires et en améliorant la qualité des services pour les usagers de drogues au niveau national ». Le RHRN développe et encourage des réformes visant à faciliter l’application de stratégies et d’initiatives socio-économiques réussies visant les utilisateurs de drogues et divers sous-groupes socialement marginalisés.

Pour lutter contre le problème de la drogue parmi les habitants de Bucarest, le RHRN propose une formation aux professionnels afin d’améliorer leur « capacité en matière de réduction des risques et de prestation de services de prévention du VIH ». Le programme couvre des sujets tels que les initiatives d’échange de seringues et le traitement avec des substituts aux opiacés ainsi que des lignes directrices pour la communication et le plaidoyer. Ces efforts collectifs garantissent une réponse plus globale au problème de la drogue en Roumanie, avec un accent particulier sur les groupes marginalisés comme les Roms.

Malgré le fait que les Roms soient confrontés à la pauvreté et à l’oppression à Bucarest, divers groupes s’efforcent de les aider à sortir de la pauvreté pour devenir une population autonome, autosuffisante et prospère.

– Tiffany Lewallyn
Photo : Flickr

*

★★★★★