Pauvreté à Delhi : Delhi riche, Delhi pauvre

Pauvreté à DelhiL’Inde est l’une des économies à la croissance la plus rapide, avec une population de plus de 1,2 milliard d’habitants, dont 30,7 millions vivent dans la capitale Delhi. Les gens considèrent souvent Delhi comme une région exceptionnellement riche en raison de son abondance de communautés chics comme Vasant Vihar, Jor Bagh et Green Park. Cependant, en Inde, dans sa propre capitale, les gens se battent pour survivre sans le strict nécessaire. A Delhi, les pauvres sont isolés des riches. Des centres commerciaux et des cafés opulents entourent les bidonvilles et certains bidonvilles sont coincés entre des quartiers riches. La pauvreté à Delhi, dissimulée dans les fissures du luxe, est très différente de l’image globale de la ville dans son ensemble.

La dichotomie de Delhi

Delhi est l’une des villes indiennes les plus prospères sur le plan économique avec un PIB estimé à environ 293,6 milliards de dollars. Le résident typique de Delhi « gagne trois fois plus que l’Indien moyen ». Au sein de l’une des communautés les plus riches de Delhi, Vasant Vihar, cependant, se trouve Kusumpur Pahari, un bourbier de pauvreté et abritant 10 000 bidonvilles. Ses habitants s’entassent dans des quartiers étroits, privés des éléments nécessaires à une vie stable. À quelques kilomètres seulement se trouve le plus grand centre commercial de Delhi et son centre civique de 102 mètres de haut. Cette situation déséquilibrée laisse les habitants des bidonvilles travailler sans relâche pour survivre en tant que serviteurs des riches habitants de Vasant Vihar. La pauvreté à Delhi est visible dans les bidonvilles de la ville.

Les bidonvilles de Delhi : Kusumpur Pahari et Madanpur Khadar

Kusumpur Pahari abrite principalement des migrants de « UP, Bihar, Orissa et Assam ». Les habitants des bidonvilles travaillent comme chauffeurs, jardiniers et femmes de ménage pour leurs riches voisins. Les habitants de Kusumpur Pahari vivent souvent dans des cabanes d’une seule pièce sans eau courante. Cependant, la situation a considérablement évolué au cours de la dernière décennie grâce au travail acharné d’une association de femmes. En 2016, il n’y avait pas d’eau courante à Kusumpur Pahari, mais grâce aux efforts de l’association des femmes, un camion apporte désormais de l’eau douce au quartier tous les quelques jours.

Madanpur Khadar est un autre bidonville de la banlieue de Delhi. Avec des rues étroites et une canalisation d’égout qui la traverse de part en part, les habitants de ces bidonvilles souffrent. En 2000, le gouvernement l’a choisi comme zone de relocalisation d’un grand nombre de familles des bidonvilles d’autres endroits de la ville. La majeure partie des habitants de Madanpur Khadar collectent et vendent des chiffons. Les habitants souffrent de problèmes d’eau potable polluée et d’assainissement. Bien qu’elles connaissent des conditions moins que souhaitables, les ONG ont pris note de ce domaine. Les femmes de Madanpur Khadar et les habitants touchés par le VIH reçoivent de l’aide de ces organisations, comme l’a rapporté So City. De plus, le bidonville est maintenant sur la carte après que 15 résidentes aient collaboré avec des organisations locales à but non lucratif en 2018 pour aider leur communauté à bénéficier d’une visibilité Internet accrue de leur emplacement.

Sangam Vihar, colonie de Kathputli et bidonville de Seemapuri

Sangam Vihar est une communauté de bidonvilles qui abrite des personnes venant des États environnants, principalement de l’Uttar Pradesh et du Bihar, selon So City. Il n’y a pas d’accès à l’eau douce et un manque de toilettes communautaires, ce qui conduit à la défécation à découvert, générant des problèmes sanitaires dans la région. La pauvreté à Delhi et les pénuries d’eau ont transformé Sangam Vihar en un refuge pour les voleurs et ont fait naître des gangs dont les membres sont prêts à tuer pour l’eau. Les combats et les meurtres sont monnaie courante à Sangam Vihar, où l’eau est limitée.

Kathputli Colony est le bidonville le plus intéressant de Delhi avec des illusionnistes, des marionnettistes et de nombreux types d’artistes différents vivant dans la région, selon So City. Les gens reconnaissent la colonie de Kathputli pour ses bâtiments colorés et ses routes animées par des artistes de rue. En raison de la prévalence de la pauvreté à Delhi, l’Inde essaie de cacher ses bidonvilles. Cependant, chaque fois qu’elle veut démontrer ses prouesses culturelles, l’Inde met en valeur ce bidonville particulier. Bien qu’il s’agisse d’une source d’argent et de transformation lente, les visites à pied des bidonvilles à travers la colonie de Kathputli semblent créer davantage d’opportunités financières pour les habitants. Les visites à pied des bidonvilles aident à financer une école et à offrir aux résidents une meilleure qualité de vie.

Le bidonville de Seemapuri abrite environ « 800 des quelque 1 700 habitants de la localité ». Les habitants des bidonvilles se battent pour obtenir un assainissement de base, de l’eau et de l’électricité car la zone est une communauté non officielle qui est coupée des services publics essentiels de la ville. Selon So City, Seemapuri sert d’exemple de pauvreté à Delhi avec des égouts exposés où les femmes vont chercher de l’eau potable contaminée et résident dans des habitations en terre où il est normal que sept à huit personnes n’occupent qu’une seule petite pièce.

Aborder les problèmes des bidonvilles

Le Dr Kiran Martin, le fondateur de l’organisation Asha India, est un nom bien connu dans le domaine de la réduction de la pauvreté. Les programmes d’Asha aident plus de 700 000 personnes dans plus de 91 colonies de taudis de Delhi. Les efforts de Martin lui ont valu le Padma Shri, l’une des plus hautes distinctions civiles du pays. L’organisation Asha India consacre son temps à réduire la pauvreté à Delhi, en particulier dans les bidonvilles. Il vise à autonomiser les résidents, à fournir de meilleurs soins de santé, à accroître les possibilités d’éducation et à apporter des améliorations environnementales. En 2018, l’organisation a célébré son 30e anniversaire et continue de pousser vers ses objectifs aujourd’hui.

Grâce aux efforts continus des organisations, l’espoir se profile à l’horizon pour que le fossé entre les riches et les pauvres à Delhi se résorbe un jour.

–Tiffany Lewallyn
Photo : Flickr

*

★★★★★