Partenariat de 40 millions de dollars entre l’USAID et l’UNICEF pour soutenir l’éducation en Afghanistan

Soutenir l'éducation en Afghanistan
Le 12 août 2022, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a annoncé son partenariat de 40 millions de dollars avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) pour soutenir l’éducation des enfants en Afghanistan, en particulier des filles afghanes.

Le problème

Les talibans ont repris le contrôle de l’Afghanistan en août 2021. Depuis lors, ils ont interdit l’éducation des filles en Afghanistan, restreignant l’accès à l’école pour des millions de filles afghanes. Des dizaines de milliers d’adolescentes ne peuvent pas accéder à l’école secondaire publique (lycée), même après que les talibans ont promis de rouvrir leurs écoles. Pendant ce temps, les talibans ont autorisé tous les enfants en âge d’aller à l’école primaire à retourner en classe, y compris les filles, mais la scolarisation reste ségrégée par sexe. Les talibans ont permis aux femmes de poursuivre leurs études dans les universités sous la condition d’un « système strictement sexospécifique qui réduira considérablement l’éventail et la qualité des options pour les femmes ».

Réalisations passées dans l’éducation des filles afghanes

Avant la prise de contrôle des talibans, le soutien à l’éducation des enfants en Afghanistan augmentait. Avant l’interdiction, 1,1 million de filles fréquentaient des écoles secondaires. De 2003 à 2017, la fréquentation de l’école secondaire pour les adolescentes a augmenté de 32 % et, en 2018, il y avait 3,8 millions d’étudiantes dans le pays. Ce nombre a augmenté de façon spectaculaire par rapport aux 5 000 filles inscrites dans les écoles en 2001. Cette augmentation s’est également accompagnée d’un nombre croissant de femmes dans l’enseignement supérieur, ce qui a réduit la disparité entre les sexes dans les inscriptions à l’université.

La prise de pouvoir des talibans en août 2021

Suite à la prise de pouvoir des talibans en août 2021, « l’accès à une éducation sûre, de qualité et pertinente n’est plus une réalité pour de nombreux Afghans ». En Afghanistan, les talibans ont réduit les droits des femmes. D’innombrables femmes perdent leur emploi ou leur capacité à entrer sur le marché du travail, et des dizaines de milliers de filles perdent leur droit à l’éducation. « Les femmes sont privées de leur dignité… de leur statut à la maison et dans la société. Alors que les talibans ont autorisé la réouverture des écoles primaires pour les garçons et les filles, ils doivent suivre des cours séparés par sexe. En septembre 2021, les talibans ont rouvert les écoles secondaires publiques uniquement aux garçons, affirmant que les filles ne pouvaient retourner en classe que dans « un environnement d’apprentissage sûr ». Alors que certaines écoles secondaires privées ont rouvert dans 10 des 34 provinces, permettant à un nombre limité de filles de se réinscrire, la majorité des adolescentes ont perdu leurs droits à l’éducation en Afghanistan.

Le blocage des talibans sur l’éducation des filles

« En octobre 2021, les responsables afghans ont annoncé que les filles pourraient reprendre leur scolarité dans les écoles secondaires publiques, mais seulement après l’élaboration d’un nouveau cadre éducatif. En janvier 2022, les talibans ont annoncé leur intention de rouvrir les écoles pour les filles âgées de 13 ans et plus fin mars. Pourtant, lorsque la date limite de réouverture est arrivée plus tôt cette année, le blocage de l’éducation des filles en Afghanistan seulement s’est poursuivi. « Le 23 mars, le premier jour de l’année scolaire en Afghanistan, des étudiantes impatientes d’arriver en classe ont trouvé des portes fermées et des gardes talibans armés qui leur ont dit de rentrer chez elles.

La bonne nouvelle : la poursuite dévouée des filles afghanes pour l’éducation

Malgré cette interdiction, de nombreux Afghans sont toujours déterminés à recevoir une éducation. On estime que quelques centaines de jeunes étudiantes ont décidé de poursuivre leurs cours en secret, que ce soit via des ressources en ligne ou dans des salles de classe de fortune cachées. Code to Inspire (CTI) est la première académie de codage pour filles en Afghanistan, et la PDG/fondatrice Fereshteh Forough a annoncé la création par l’académie de salles de classe virtuelles cryptées. Grâce à CTI, Forough a aidé les filles afghanes à poursuivre leur droit à l’éducation en téléchargeant des cours en ligne et en fournissant « des ordinateurs portables et des forfaits Internet à environ 100 de ses élèves ».

Le but de l’accord

L’accord de 40 millions de dollars entre l’USAID et l’UNICEF « fournira à des centaines de milliers » d’Afghans une « aide en espèces pour garder leurs enfants à l’école ». L’USAID financera le projet tandis que l’UNICEF fournira les ressources nécessaires pour aider les étudiants pendant les « crises humanitaires, économiques et politiques en cours » en Afghanistan. Des informations plus précises sur l’accord et les ressources qu’il entend fournir sont à venir. Cet accord pour soutenir l’éducation des enfants est particulièrement important pour les filles et les femmes afghanes au milieu du blocage des écoles par les talibans. L’USAID a annoncé que le projet avait l’intention de soutenir l’apprentissage de « compétences fondamentales, telles que la lecture, l’écriture et les mathématiques ». Dans le même communiqué de presse, l’USAID a souligné l’importance de l’éducation des filles en Afghanistan. Lorsque les filles en Afghanistan ont accès à l’éducation, elles ont accès à « des ressources et des outils [that will] soutenir leur sécurité, leur bien-être social et économique.

–Ashley Kim
Photo : Flickr

*

★★★★★