PACA Aider les Camerounais à sortir de la faim

La faim au Cameroun
Communément appelée «Afrique en miniature», beaucoup connaissent le Cameroun pour sa diversité géographique et son dynamisme culturel. Cependant, malgré son statut de nation de paix et de stabilité, le Cameroun est néanmoins confronté à une multitude de menaces pour la sécurité alimentaire de millions de ses citoyens. Un nombre impressionnant de 2,6 millions de personnes au Cameroun sont confrontées à une insécurité alimentaire de phase trois (crise), entraînant une malnutrition sévère et un retard de croissance chez les enfants vulnérables. Afin de trouver des solutions pour réduire la faim au Cameroun, il faut explorer les causes d'une telle insécurité alimentaire. Voici cinq raisons de la crise de la faim au Cameroun.

5 Causes de la faim au Cameroun

  1. La violence de la présence de Boko Haram au Nigéria s'est répandue dans l'extrême nord du Cameroun. Les activités terroristes de Boko Haram au Nigéria ont poussé plus de 100 000 Nigérians à se réfugier au Cameroun. Plus de 300 000 Camerounais ont été déplacés du fait du terrorisme de Boko Haram. Non seulement les réfugiés en fuite imposent un fardeau supplémentaire aux ressources alimentaires déjà épuisées du Cameroun, mais le déplacement interne des Camerounais en raison de la violence empêche les agriculteurs d'accéder aux champs agricoles. En 2016, la production céréalière du Cameroun dans les régions touchées par Boko Haram a diminué de 25% par rapport à l’année précédente.
  2. Les forces rebelles armées volent le bétail par milliers. La tension est montée entre les éleveurs de l’ethnie mbororo et les séparatistes armés après que les Mbororo ont refusé de soutenir la mission des séparatistes de former un nouvel État anglo-chrétien. Ce déni a conduit les séparatistes armés à voler des milliers de bétail des éleveurs entre juillet et septembre 2020 afin de financer et nourrir leur armée. En outre, les Mbororo ont été victimes d’enlèvements et d’assassinats par des séparatistes, ce qui a conduit à la relocalisation de plus de 11 000 Mbororo.
  3. Les agriculteurs exportent des céréales au lieu de les vendre au pays. Le manque de rentabilité des ventes intérieures de céréales a conduit les agriculteurs à exporter des marchandises vers les pays voisins comme le Nigéria. Cela a conduit le Cameroun à bloquer les exportations de céréales et de céréales des agriculteurs dans l'Extrême-Nord. La Cellule de Contrôle Alimentaire a saisi 6 000 tonnes de céréales et les restituera lorsque les propriétaires s'engageront à ne vendre qu'au Cameroun. Cette politique vise à améliorer la précarité de la sécurité alimentaire, à réduire la faim au Cameroun et à accroître la résilience face à la famine.
  4. Les catastrophes climatiques telles que la sécheresse et les inondations ont mis à mal les approvisionnements alimentaires et les centres agricoles. Les solutions futures doivent se concentrer sur la préparation aux catastrophes et être proactives plutôt que rétroactives dans l'atténuation de la réduction des catastrophes. L'absence de systèmes d'alerte préventive a empêché l'atténuation des inondations au Sahel en Afrique, qui ont déplacé 1 500 familles en septembre 2020. Un accent législatif sur la mise en œuvre de systèmes d'alerte précoce et d'équipements et de technologies de réduction des risques de catastrophe sera essentiel pour atténuer les dommages causés par les futures catastrophes climatiques ont sur l'approvisionnement alimentaire. Le gouvernement devrait se concentrer sur la gestion de l'utilisation des terres et informer le public sur les catastrophes afin de réduire leurs effets lorsqu'elles se produisent.
  5. Près de 700 000 Camerounais ont été déplacés à l'intérieur du pays par la sécheresse, les inondations et les conflits violents, dont 40% d'enfants de moins de 5 ans. Ces enfants sont particulièrement vulnérables aux effets de la malnutrition et peuvent ne jamais retrouver une santé optimale. Environ 31,7% des enfants de moins de 5 ans souffrent de retard de croissance, ce qui est un taux plus élevé que la moyenne de 25% des pays en développement.

Combattre la faim au Cameroun

Ces causes de la faim au Cameroun suggèrent un schéma clair de turbulences dans l'Extrême-Nord. Il est essentiel de se concentrer sur l’affectation de ressources à ce domaine et de promouvoir les organisations qui apportent une aide à cette population affligée par la faim.

Afin de lutter contre la malnutrition, des organisations telles que le Programme alimentaire mondial (PAM) et Action contre la faim se sont employées à allouer des fournitures et à mettre en place une éducation et des services sanitaires dans les régions dépourvues de ces ressources. En 2019, Action contre la Faim a atteint plus de 300000 Camerounais grâce à des programmes de nutrition, de santé et de sécurité alimentaire. Action contre la Faim distribue des vivres et met en place des cliniques pour fournir aux personnes déplacées des soins de santé et des soins médicaux.

Parmi ses nombreuses initiatives, le Programme alimentaire mondial vise à améliorer l’accès nutritionnel et l’éducation de la population camerounaise de moins de 5 ans. Le PAM utilise des stratégies comprenant le soutien financier et la formation des petits exploitants agricoles et la fourniture aux communautés dans le besoin d'une aide alimentaire pour améliorer leur résilience. Le PAM est présent au Cameroun depuis 1978 et a réussi à atteindre plus de 400000 personnes en 2019 grâce à ses initiatives d'aide alimentaire et nutritionnelle.

Le Cameroun est confronté à des menaces sur son approvisionnement alimentaire en raison de la violence, des catastrophes et du faible soutien gouvernemental. Heureusement, des organisations telles que le PAM et Action contre la Faim travaillent sans relâche pour améliorer la sécurité alimentaire du pays afin que le peuple camerounais puisse vivre une vie saine et heureuse.

– Adrian Rufo
Photo: Flickr

*

★★★★★