Organisations autonomisant les femmes en Égypte

Femmes en EgypteL'Égypte a un long chemin à parcourir en matière d'égalité des femmes dans presque tous les aspects de la vie. Selon le Rapport mondial sur l'écart entre les sexes 2020 (p. 149), les femmes en Égypte ne représentent que 26% de la population active. Leur taux d'alphabétisation est également faible à 65%. Cela prédispose les filles et les femmes à vivre dans la pauvreté, surtout si elles ne sont pas mariées. Le rapport classe l'Égypte au 134e rang sur 153 pays en fonction des disparités entre les sexes.

Les femmes en Égypte subissent des inégalités

La société traditionnelle du pays permet non seulement cette inégalité, mais l’encourage. Human Rights Watch a rapporté que les femmes influentes des médias sociaux ont été ciblées et emprisonnées par leur propre gouvernement pour avoir «porté atteinte aux valeurs». Par exemple, en avril 2020, Hanin Hossum, 20 ans, a été arrêtée pour des photos et des vidéos «indécentes» de son chant et de sa danse tout habillée. Preuve principale du procureur pour inculper Hossum: suggérer à ses adeptes féminines de gagner de l'argent en publiant des vidéos sur Likee, une application similaire à TikTok. Le tribunal économique du Caire l’a condamnée à deux ans de prison. Il lui a également facturé 300 000 livres égyptiennes, soit l'équivalent de 19 000 dollars.

Les femmes égyptiennes doivent également s'inquiéter de marcher dans la rue. Par exemple, l'enquête de 2019 du Arab Barometer a montré que 90% des femmes âgées de 18 à 29 ans ont été victimes d'une forme de harcèlement sexuel sur une période de douze mois. Le Caire a été classée ville la plus dangereuse pour les femmes dans une enquête Thomson-Reuters de 2017, en plus d'être la troisième pire en matière de violence sexuelle.

Face à tous ces problèmes, plusieurs organisations à but non lucratif sont intervenues pour autonomiser les femmes en Égypte.

HarassMap

Fondée en 2010 par quatre militantes locales des droits des femmes, HarassMap est une organisation bénévole à but non lucratif dont le but est de mettre fin au harcèlement sexuel et de favoriser une société de tolérance zéro en Égypte.

Le site Web de l’initiative affiche une carte du monde parsemée de rapports de harcèlement sexuel faits par des bénévoles anonymes qui sont encouragés à intervenir si possible au nom de la victime. D'autres activités comprennent l'éducation des autres sur les mythes entourant le harcèlement par le cinéma et la littérature et la réalisation d'études basées sur les données recueillies. Parallèlement à la normalisation du discours public sur le sujet, HarassMap a également influencé les politiques en Égypte. Grâce aux efforts de l'organisation, l'Université du Caire a adopté sa première loi anti-harcèlement sexuel en 2014. Elle a incité Uber Cairo à resserrer ses politiques de harcèlement, faisant de l'entreprise une alternative plus sûre aux taxis urbains.

HarassMap a même aidé au développement d'autres sites Web de suivi au Liban, en Syrie et au Yémen.

TU AS DIT

L'Agence des États-Unis pour le développement international est une agence gouvernementale indépendante qui se concentre sur l'engagement de ressources pour éliminer la pauvreté et les inégalités dans le monde depuis 1961.

L'USAID travaille directement avec le gouvernement égyptien pour combler l'écart entre les sexes et autonomiser les femmes qui y vivent. L'agence a octroyé des bourses pour des diplômes de maîtrise dans des domaines basés sur les STEM dans le cadre de l'Initiative américaine pour l'enseignement supérieur en Égypte. En 2014, l'USAID a également accordé plus de 600 bourses à des étudiantes de premier cycle et diplômées spécialisées dans les STEM. Ses programmes ont également permis aux femmes de créer des entreprises et d'accéder à des secteurs à prédominance masculine comme l'agro-industrie.

L’USAID a influencé la politique, en commençant par son aide à la rédaction d’un cadre de 2010 pour la stratégie nationale égyptienne de lutte contre la violence à l’égard des femmes. En coordination avec des ONG, l'agence a travaillé pour amener l'Égypte à considérer le harcèlement sexuel comme un crime en 2014. En octobre 2020, l'USAID s'est engagée à fournir à l'Égypte 28,2 millions de dollars pour soutenir la gouvernance économique et l'autonomisation des femmes.

ADEW

L’Association pour le développement et la promotion de la femme (ADEW) a été créée en 1987 dans le but déclaré de servir les femmes chefs de famille égyptiennes et leurs familles en ce qui concerne leur situation économique et sociale. ADEW se concentre spécifiquement sur les communautés pauvres des villes et villages.

Il utilise une grande variété de projets dans les domaines de la santé, de l'emploi, de la sensibilisation au droit, de l'éducation, de l'aide financière et plus encore. L'une de ces initiatives est le programme de microcrédit, qui offre de petits prêts aux femmes pour qu'elles créent leur propre entreprise. Grâce aux prêts entre pairs, des groupes de femmes garantissent leurs propres prêts sans être obligées de dépendre d'un garant masculin. Le programme a remporté un vif succès, avec un taux de remboursement des prêts de 99%. ADEW a aidé 500 000 personnes au cours de ses 33 années de travail sur le terrain.

Les femmes égyptiennes ont souvent du mal à mener une vie digne. Il y a des limites imposées à la fois par le gouvernement et par la société en général en ce qui concerne la stabilité financière, la vie privée ou même la liberté de marcher dans une rue sans être harcelé. Cependant, avec la prise de conscience et l’activisme accrus concernant l’autonomisation des femmes, la vie en Égypte pourrait bientôt changer.

Zachary Sherry
Photo: Flickr

*

★★★★★