Oiseaux migrateurs : représenter les non-représentés

Oiseaux migrateursThe Migratory Birds est un journal que 15 réfugiés afghans ont fondé alors qu’ils travaillaient avec le Network for Children’s Rights Center à Athènes, en Grèce. Le journal a pour mission de rendre compte des situations et de la vie des réfugiés au sein de la maison des jeunes. Les réfugiés ont toujours manqué de voix dans les médias, ce qui a mené à l’objectif de Migratory Birds de leur en fournir une. Exploitant un centre de jeunesse à Athènes, de nombreux journalistes de nombreux pays et origines différents se réunissent pour partager les histoires de ceux qui n’ont pas été partagées auparavant.

Initiative dirigée par des réfugiés en Grèce

Migratory Birds, un sous-produit du programme Young Journalists, qui « bénéficie d’un tirage bimensuel de 13 000 exemplaires », est la seule initiative encore en cours en Grèce que les réfugiés lisent, selon The World.

Chaque numéro de Migratory Birds contient des articles qui consistent en des témoignages de première main sur la vie en tant que réfugié. Cela comprend, entre autres, des poèmes d’amour écrits par des réfugiés et des recettes de plats traditionnels du pays d’origine de l’auteur. La voie de distribution locale des oiseaux migrateurs se rend dans les camps de réfugiés et diverses organisations humanitaires dans toute la Grèce.

Voix fondatrices

Mahdia Hosseini, 28 ans, et Fatima Sedaghat, 16 ans, sont les fondatrices de Migratory Birds et travaillent au Network for Children’s Rights Youth Centre à Athènes, en Grèce. Ces deux-là se sont rencontrés dans un camp de réfugiés appelé Schisto, également situé à Athènes. Avec 13 autres réfugiés, ils ont fondé le journal parce qu’ils voulaient changer la façon dont les médias grand public représentent les réfugiés et les migrants, rapporte The World.

La principale motivation derrière le projet était la peur que les réfugiés ressentaient lorsqu’ils parlaient aux journalistes. Une peur qui venait du fait que leurs histoires n’étaient pas montrées au monde de manière appropriée. L’objectif de la publication est de « renforcer l’intégration sociale des adolescents et des jeunes réfugiés et de lutter contre la xénophobie ». La publication se consacre aux principes du journalisme, encourage les conversations à travers une variété de cultures et aide les jeunes à s’exprimer.

Opérant à partir d’un centre de jeunesse basé à Kolonos, un quartier d’Athènes, la mission de Migratory Birds est de partager la vérité sur la vie des réfugiés dans le camp de Schisto, « leurs peurs, leurs frustrations, leurs espoirs et leurs rêves », selon The World.

Comptes de première main

Hosseini a le désir de montrer au monde qui sont vraiment les réfugiés parce qu’elle pense que la plupart des gens ne possèdent pas une véritable compréhension des réfugiés. « Je pense que nous avions besoin d’être entendus et que les gens nous comprennent, je veux dire les réfugiés et les migrants », a-t-elle déclaré au Monde.

La liberté d’expression, un droit essentiel pour tous mais surtout pour ces aspirants journalistes était une opportunité offerte par les Oiseaux Migrateurs. Le journal a donné à ces réfugiés quelque chose qui n’était pas disponible dans leur pays d’origine. Abdul Rashid, un réfugié afghan de 16 ans et membre de Migratory Birds, a déclaré qu’il était heureux de pouvoir écrire sans crainte sur ce qu’il a vécu pendant la migration, rapporte The World.

Morteza, qui est membre de l’équipe des jeunes journalistes, a décrit la façon dont les médias grand public couvrent souvent les histoires de réfugiés. « Finalement, ce qui ressort est souvent l’histoire du « misérable réfugié ». Je pense que c’est injuste. C’est pourquoi je participe au Journal ‘Les Oiseaux Migrateurs.’ Nous écrivons nos propres histoires, nous apprenons à connaître le monde et nous donnons aux gens la possibilité de mieux nous connaître », a-t-il déclaré.

Le problème

Comment les médias représentent-ils exactement les réfugiés ? La psychologie sociale définit «l’effet de victime identifiable», comme des personnes interagissant différemment avec des mots et des images qui dépeignent les luttes d’une seule personne plutôt que de groupes de personnes.

Les médias occidentaux présentent généralement les réfugiés comme des « masses anonymes et sans visage ». Le résultat de cette représentation est que le public se sent détaché des difficultés auxquelles le sujet doit faire face. Selon The Conversation, une étude récente a montré des photos de réfugiés à près de 4 000 Européens. Après leur avoir montré des images de grands groupes ou des images où ils ne peuvent pas identifier l’individu, les téléspectateurs ont montré une désensibilisation accrue des réfugiés à ce stade. Certaines des réponses des sujets testés ont révélé qu’ils estimaient que les réfugiés constituaient une crise dans les pays vers lesquels ils se rendaient.

Migratory Birds cherche à partager toute la vérité sur la vie des réfugiés vivant dans des camps à Athènes, en Grèce. En raison de l’absence d’une voix appropriée dans les médias grand public, Migratory Birds s’est donné pour mission de leur en fournir une. En réunissant des journalistes issus de divers horizons et cultures, la publication souhaite donner aux réfugiés une représentation appropriée et authentique, afin que le monde puisse savoir à quoi ressemble vraiment la vie en tant que réfugié.

–Henri Hyman
Photo : Flickr

*

★★★★★