Nouvelle application pour lutter contre la pauvreté des jeunes sud-africains

Pauvreté des jeunes sud-africains
La société sud-africaine de communications mobiles, Vodacom Group Limited, lance une nouvelle application qui cible la pauvreté croissante des jeunes sud-africains. Alors que l’utilisation du smartphone en Afrique du Sud est en augmentation chez les jeunes adultes, la nouvelle application met directement en relation les personnes à la recherche d’un emploi avec celles qui embauchent pour réduire rapidement la pauvreté des jeunes. En outre, l’objectif est, espérons-le, au fil du temps, de réduire les taux de pauvreté des adultes sud-africains.

Pauvreté des jeunes sud-africains

En 2020, six enfants sur 10 en Afrique du Sud vivent dans une « pauvreté multidimensionnelle ». Ce chiffre se traduit par 62,1% de jeunes sud-africains qui vivent dans la pauvreté. La pauvreté multidimensionnelle prend en compte des facteurs au-delà des désavantages économiques et inclut d’autres facteurs, tels que l’insécurité alimentaire, la mauvaise santé et le manque d’éducation.

Lorsqu’ils examinent les éléments de la pauvreté multidimensionnelle, la plupart des experts placent leurs espoirs de réduction de la pauvreté ou des taux de chômage sur l’amélioration de l’éducation des Sud-Africains. Cependant, il y a plus à faire lorsque des individus qui ont ce qu’on appelle une « bonne éducation » restent au chômage et incapables d’échapper à la pauvreté.

Les jeunes sud-africains représentent 35,7 % de la population totale du pays et leur taux de chômage dépasse la moyenne nationale générale du chômage sud-africain, qui est de 34,5 %. Le groupe de diplômés le plus jeune, les 15-24 ans, a connu un taux de chômage instable, mais il a atteint 63,9 % au premier trimestre 2022.

Le deuxième groupe le plus jeune, celui des 25-34 ans, a un taux de chômage de 42,1 %, selon Statistics South Africa. Vodacom espère cibler ces chiffres à leur source et obtenir ces emplois diplômés dès que possible avant que la pauvreté ne devienne une force insurmontable.

Impacts de Vodacom sur la pauvreté des jeunes sud-africains

Get-A-Gig n’est pas la première tentative de Vodacom pour réduire la pauvreté en Afrique du Sud, en particulier parmi les jeunes sud-africains. La société a exprimé son engagement à contribuer aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies en Afrique du Sud. Il y a plusieurs objectifs, mais Vodacom a annoncé sa volonté de se concentrer sur les ODD consistant à améliorer l’éducation et à aider les Sud-Africains à trouver un travail et des revenus fiables. Pour améliorer et élargir l’accès à l’éducation en Afrique du Sud, Vodacom a créé une application de gestion scolaire qui aide les élèves à suivre leurs cours et à suivre leur croissance scolaire. En outre, Vodacom a investi plus de 7,9 millions de rands dans les écoles pour améliorer les ressources et responsabiliser les enseignants.

Le programme d’emploi des jeunes dans les phases d’embauche et de recrutement de Vodacom offre un poste aux récents diplômés universitaires, quel que soit leur âge, qui s’accompagne de tous les avantages et salaires. Le programme d’emploi des jeunes offre deux ans de formation obligatoire avant de passer à un poste d’employé à temps plein chez Vodacom. Ce programme sera lancé en février 2023. Cependant, en attendant, Get-A-Gig aidera les jeunes sud-africains à la recherche d’un emploi à en trouver un en dehors de Vodacom.

Comment fonctionne Get-A-Gig ?

La nouvelle application cible les jeunes sud-africains via l’utilisation du téléphone. Les smartphones sont la norme en Afrique du Sud, 41 % des Sud-Africains âgés de 18 à 34 ans possédant des smartphones. Pendant ce temps, d’autres groupes d’âge accusent un retard supplémentaire en matière de possession de smartphones, par exemple, seuls 27 % des personnes âgées de 35 ans et plus possèdent leur propre smartphone. Les smartphones sont un objet domestique quotidien, le nombre de jeunes adultes utilisant des téléphones portables augmentant chaque année. L’utilisation quotidienne des smartphones en Afrique du Sud est également en hausse, en particulier chez les jeunes Sud-Africains. C’est le groupe d’âge que Vodacom essaie d’atteindre avec Get-A-Gig.

Vodacom a lancé l’application via l’une des plates-formes facilement accessibles de l’entreprise, NXT LVL. L’application aide les individus à rechercher des emplois et à les mettre en contact avec des propriétaires d’entreprise. Les utilisateurs peuvent alors commencer un processus de candidature et d’embauche rapide pour minimiser le temps qu’une personne est sans emploi. L’application est gratuite et disponible via l’application My Vodacom et VodaPay, qui sont également gratuites.

Lors de l’annonce du lancement de l’application, le directeur général de Consumer Business chez Vodacom, Jorge Mendes, a immédiatement clarifié l’intention de l’application de cibler le chômage et la pauvreté chez les jeunes sud-africains : « Alors que nous innovons et apportons de nouvelles propositions sur le marché, nous sommes conscients des défis auxquels sont confrontés les consommateurs en général. La refonte de la plateforme NXT LVL et le lancement de Get-A-Gig sont quelques-unes des initiatives que nous avons lancées, visant à faire une différence significative dans la vie des jeunes Sud-Africains », a rapporté IT News Africa.

La poursuite du ciblage de la pauvreté et du chômage en Afrique du Sud indique le dévouement de Vodacom à aider la jeunesse sud-africaine. L’utilisation de Get-A-Gig signifiera que les jeunes sud-africains pourront facilement trouver un emploi et qu’il y aura moins d’obstacles empêchant les Sud-Africains de vivre au-dessus du seuil de pauvreté. La pauvreté et le chômage en Afrique du Sud restent un problème. Pourtant, c’est l’aide d’entreprises comme Vodacom qui permet de voir un avenir sans ces problèmes affligeants.

– Clara Mulvihill
Photo : Flickr

*

★★★★★