Nous devons arrêter de parler d’une crise des réfugiés –

Depuis que je suis enfant, j’ai toujours été intéressé par la poésie. Au début de la révolution syrienne en 2011, qui s’est transformée en conflit en moins d’un an, j’ai commencé à lire les livres traduits de Rumi, un poète persan du XIIIe siècle.

Je suis vite tombé sur une phrase qui n’a eu de sens pour moi que des années plus tard : « La blessure est l’endroit où la lumière entre en toi. »

À ce moment-là, j’ai compris que, tout comme on ne peut pas voir la lumière au milieu d’une guerre, pour trouver le bien dans la vie, il faut le chercher.

Mon travail de développement s’était tourné vers l’aide humanitaire et les interventions d’urgence, où j’ai travaillé avec des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI). Un de nos projets à l’époque était de transformer plusieurs bâtiments en abris collectifs. Là-bas, nous avons rencontré des gens de tout le pays qui n’avaient d’autre choix que de quitter leur maison en quête de sécurité. Ils étaient en grande partie confus, le cœur brisé et tellement effrayés. Alors que les raisons de quitter leurs villages, villes et cités variaient, la nécessité de quitter la maison était leur expérience commune.

Une Attente Atroce

L’attente devient angoissante lorsqu’une situation temporaire semble être devenue permanente. L’inconnu empêche les PDI de planifier pour l’avenir, car leur objectif quotidien continue d’être la survie. Ils reçoivent des fournitures essentielles des agences humanitaires, mais leurs besoins sont toujours plus importants que ce qui est disponible.

L’accès à l’éducation et aux soins de santé primaires est un privilège, et vivre dans un bâtiment autre qu’une tente pendant les hivers rigoureux et les étés chauds est un luxe. Les personnes déplacées et les réfugiés exposés au risque de traite et de travail forcé deviennent souvent des cibles d’exploitation sexuelle. La protection est loin d’être adéquate car les conditions difficiles compromettent les valeurs culturelles.

De nombreux déplacés m’ont dit qu’ils préféreraient être chez eux plutôt que dans des tentes et qu’ils seraient revenus si c’était sûr. Ils étaient avant tout préoccupés par leur sécurité et celle de leurs proches. Ils se sont concentrés sur la survie de ce qui menaçait leur sécurité et leur bien-être, donc quelles que soient les difficultés qu’ils rencontraient maintenant, c’était mieux que ce qui les attendait s’ils revenaient maintenant.

Pourtant, tant de temps s’était écoulé. Les gens qui ont fui à l’âge de 10 ans en avaient maintenant 20. D’autres étaient nés dans des campements temporaires, n’héritant d’aucune patrie à eux seuls, seulement de la douleur des espoirs et des rêves perdus par les autres.

Jeune enfant grimpant des escaliers extérieurs dans le camp de réfugiés Rohingya

Les opérations Food for the Hungry (FH) dans les camps de réfugiés rohingyas au Bangladesh aident à garantir que les bébés et les mères survivent à l’accouchement. Mais l’avenir d’enfants comme celui-ci est semé d’incertitudes et manque d’opportunités.

Qu’est-ce que la vraie crise ?

Je n’ai eu aucune réponse pour aucun d’entre eux. Mais en tant que défenseur humanitaire et des droits de l’homme, j’étais et continue d’être enragé par le terme « la crise des réfugiés ». Les médias et les agences humanitaires appliquent à nouveau cette expression, cette fois pour désigner les réfugiés ukrainiens.

Mais les réfugiés ne sont pas la crise. La violence, la guerre, la faim et l’extrême pauvreté sont les crises, qui se chevauchent souvent. Les abus résultant de l’orientation sexuelle ou de genre, de l’affiliation politique ou religieuse, et les impacts du changement climatique qui forcent les femmes, les enfants et les hommes à fuir créent la crise. Il est nécessaire de reconnaître les causes complexes et de travailler pour les résoudre à la base, en renforçant les capacités d’adaptation positives et en renforçant la résilience des personnes, des communautés et des gouvernements. Seul cela résoudra les situations actuelles des réfugiés et empêchera et protégera l’humanité de nouvelles souffrances.

La population mondiale de réfugiés a récemment dépassé les 30 millions de personnes, tandis que le nombre officiel de personnes déplacées à l’intérieur du pays a atteint 48 millions en 2022 (source : UNHCR).

Considérer les réfugiés comme des personnes et non comme des problèmes

Dans ma propre famille, 15 de mes cousins ​​sont des réfugiés. En grandissant, nous n’avions jamais imaginé que cela nous arriverait. Mais notre intelligence et notre haut niveau d’éducation sont devenus des handicaps, forçant beaucoup à fuir et à chercher la sécurité, saisissant les miettes d’opportunités pour sauver tout type d’avenir.

Chaque fois que nous nous rencontrons virtuellement, nous discutons souvent de la stigmatisation qui s’attache aux réfugiés et des questions stupides qui leur sont posées pour savoir s’ils veulent retourner dans leur pays – comme s’il y avait des choix.

Au cours des dernières années, les réfugiés ont fui vers n’importe quel pays qui les accepterait, faisant face à de nouvelles langues, cultures et défis systémiques. Essayer de se fondre est un processus long et épuisant. Un de mes cousins ​​a dit en plaisantant : « Je veux qu’ils me voient au-delà des falafels. Personne n’a ri et nous nous sommes tous tus. C’était tellement amer.

Nous avons tous besoin de nous voir dans le nombre croissant de communautés et d’individus déplacés de force. Les causes complexes et imbriquées qui les poussent à rechercher la sécurité ou à échapper à la pauvreté ne sont pas loin de nous. Nous pourrions être les prochains. Tant que nous ne faisons rien et que ces causes subsistent, aucun de nous n’est à l’abri de la menace.

enfants et adultes marchant sur un chemin poussiéreux entre les maisons de réfugiés

Les réfugiés continuent leurs activités de la vie quotidienne – se procurer de la nourriture, laver les vêtements, acheter et vendre les articles nécessaires à la vie quotidienne, jouer, marcher, aller chercher de l’eau – formant une communauté là où ils ont été plantés.

Les réfugiés en tant que partenaires communautaires pour le changement social

Les réfugiés s’épanouissent lorsqu’on leur en donne la chance. Non seulement ils prennent, mais ils sont également prêts à rendre. J’en ai été témoin par le biais d’amis et de parents qui se sont élevés au-dessus de l’étiquette de réfugiés pour devenir des citoyens actifs dans leurs nouvelles maisons.

De plus, j’ai rencontré le succès de m’engager et de m’associer à ceux qui ont été forcés de fuir, de créer des réseaux de sécurité et de collaborer avec les communautés d’accueil pour résoudre les problèmes. Les réfugiés partagent avec les communautés d’accueil leurs griefs et travaillent en permanence pour générer un changement social positif. Dans le monde du développement, nous appelons cela le capital social – les relations au sein des communautés, entre les communautés et entre les personnes et leur gouvernement/systèmes – et c’est un moteur clé de la résilience.

Les personnes déplacées ne sont pas des problèmes mais des partenaires dans la résolution des problèmes, car elles savent ce que cela signifie de souffrir, de perdre et de survivre – malgré leur traumatisme, leur souffrance et leur douleur.

C’est ce dont Rumi a parlé, la lumière qui pénètre par les blessures.

Safaa Shahin est responsable de la résilience mondiale chez FH. Elle a plus de 20 ans d’expérience, dont 12 ans dans les secteurs du développement et de l’humanitaire. Elle a travaillé dans le conflit syrien et possède une expertise dans l’atténuation des conflits, la consolidation de la paix, la sensibilité aux conflits, la VBG et la SGBV. Elle est un membre actif du réseau mondial de formateurs Do No Harm, du Women Waging Peace Network et du centre Conflict Sensitivity. Son travail en tant que formatrice sur la sensibilité aux conflits et l’approche Do No Harm a étayé son soutien au Moyen-Orient et en Afrique, en fournissant une assistance technique aux organisations non gouvernementales locales et internationales et aux agences des Nations Unies. En 2012, Safaa a fondé une initiative d’autonomisation des femmes qui compte 213 membres. Elle siège maintenant en tant que membre honoraire du conseil d’administration de deux associations syriennes locales.

Safaa est titulaire d’une licence en littérature anglaise de l’Université de Damas ; un AA de l’Institut intermédiaire d’ingénierie de l’Université de Homs, en Syrie ; et un mini MBA de l’Université Lazarski de Varsovie.

*

★★★★★