Mutilations génitales féminines au Moyen-Orient

Mutilations génitales féminines au Moyen-OrientLa mutilation génitale féminine, ou MGF, est une pratique qui est la plus courante dans les cultures avec des structures patriarcales strictes. Beaucoup de gens croient que le rituel n'est pratiqué qu'en Afrique, mais en réalité, des milliers de filles subissent chaque année des mutilations génitales féminines au Moyen-Orient. Bien que beaucoup prétendent que la procédure est effectuée pour des raisons religieuses, les chercheurs ont constaté qu'elle est antérieure au christianisme et à l'islam. En fait, des momies égyptiennes ont été trouvées avec des MGF. Il s'agit d'une pratique profondément enracinée et nuisible qui se poursuit encore aujourd'hui. Les Nations Unies reconnaissent officiellement les MGF comme une forme de torture qui opprime les femmes.

Mutilations génitales féminines au Moyen-Orient

  1. Où se produit la MGF? On croyait auparavant que les mutilations génitales féminines ne se produisaient qu'en Afrique, mais de récents efforts de plaidoyer ont révélé que cette pratique s'étend à de nombreux autres pays, en particulier au Moyen-Orient. Au Moyen-Orient, les MGF sont principalement concentrées dans le sud de la Jordanie, l'Irak et le nord de l'Arabie saoudite. Il y a également eu des cas de MGF au Qatar, en Syrie et aux Émirats arabes unis. La pratique se produit le plus souvent dans de petites enclaves ethniques où le rituel est considéré comme une tradition. Il est important de reconnaître que les MGF se produisent dans de nombreux endroits en dehors de l'Afrique afin d'arrêter complètement la pratique.
  2. Qui est le plus touché par les MGF? En Égypte, environ 87% des filles sont touchées par les MGF. Selon une étude de l'UNICEF de 2013, beaucoup d'entre elles sont traumatisées par l'expérience avant l'âge de 14 ans. Dans de nombreux autres pays du Moyen-Orient et d'Afrique, la majorité des filles sont coupées avant l'âge de 15 ans. Les taux actuels s'améliorent certainement, mais il est probable qu'une fille sur trois en Égypte, en Irak, au Yémen, au Soudan et à Djibouti subira des MGF d'ici 2030. Aux Émirats arabes unis, 34% des femmes interrogées ont déclaré avoir subi des MGF. Vingt pour cent des femmes interrogées en Arabie saoudite sont soumises à cette pratique.
  3. Quels sont les impacts des MGF? Cette pratique a de graves répercussions négatives à court terme et à long terme sur les femmes qui subissent la procédure. Les jeunes filles sont détenues et attachées tandis qu'un coupe-village local, généralement pas un professionnel de la santé agréé, effectue la procédure avec peu ou pas d'anesthésie. En bref, les MGF peuvent provoquer la mort, des infections, des hémorragies et des douleurs intenses. En Égypte, il y a eu un tollé public après qu'un médecin a pratiqué des MGF sur une fillette de 12 ans qui a ensuite saigné à mort. Le médecin a été arrêté, mais la pratique est extrêmement traumatisante et peut causer de graves dommages psychologiques à long terme. Cela peut entraîner des infections chroniques et des problèmes lors de l'accouchement. Les filles qui subissent des MGF sont également plus susceptibles d'abandonner l'école et de devenir des jeunes mariées.
  4. Des mesures sont prises pour réduire les MGF. À mesure que les informations deviennent plus facilement disponibles, de plus en plus de personnes se prononcent contre la procédure. Il est enfin reconnu comme une violation des droits de l'homme. Bien que les MGF soient les plus courantes en Égypte, le pays a fait le plus de progrès au cours des 30 dernières années, selon l'UNICEF. Les mutilations génitales féminines sont complètement interdites en Égypte et les médecins peuvent aller en prison s'ils le pratiquent. Il a également été interdit au Soudan. Au Yémen, les MGF ne peuvent plus être pratiquées dans des établissements médicaux, mais elles ne sont pas interdites à domicile.
  5. Les taux de MGF diminuent. Comme on peut le déduire, de nombreuses femmes sont maintenant contre la pratique des MGF. Cependant, certaines cultures plus traditionnelles préconisent toujours la circoncision des femmes. En Égypte, au Soudan, au Yémen, en Irak et à Djibouti, 70% de toutes les femmes ont été touchées par les MGF il y a 30 ans. Aujourd'hui, la moitié des filles de ces cinq pays subissent des MGF. Bien que les MGF soient toujours autorisées en Irak, elles sont illégales au Kurdistan irakien. Beaucoup de gens contre la pratique expliquent que la loi ne suffit pas et qu'il faut une application plus stricte pour garantir la fin de la circoncision féminine.
  6. Un appel à l'action: Selon l'UNICEF, il y a eu un mouvement massif pour mettre fin aux MGF au cours des 25 dernières années. Il existe de nombreuses organisations, comme le projet Orchid, qui militent contre la coupe traditionnelle au Moyen-Orient et en Asie. En 2013, l'UNICEF a officiellement reconnu que les MGF sont un problème qui s'étend à des zones en dehors de l'Afrique. En outre, les Nations Unies célèbrent la Journée internationale de l'élimination des MGF chaque 6 février, ce qui représente un énorme pas en avant dans la sensibilisation. L'ONU s'est également fixé pour objectif de mettre fin aux MGF dans tous les pays d'ici 2030.

Les mutilations génitales féminines sont un moyen d'oppresser les femmes et donnent aux filles l'impression que leur corps est un péché. C'est une horrible pratique qui laisse des blessures durables dans notre société mondiale. Non seulement c'est une forme de torture, mais cela prive les femmes des droits humains fondamentaux. Heureusement, de plus en plus de gens se familiarisent avec les mutilations génitales féminines au Moyen-Orient et ailleurs. Les alliés du monde entier travaillent dur pour mettre fin à cette pratique.

Karin Filipova
Photo: Flickr

*

★★★★★