Mortalité maternelle en Afrique subsaharienne

Mortalité maternelleLa mortalité maternelle fait référence à la mort d'une femme due à des causes liées ou aggravées par sa grossesse et son accouchement. Presque tous (99%) des décès maternels surviennent dans les pays en développement, et 68% surviennent uniquement en Afrique subsaharienne. Le rapport Trends in Maternal Mortality 2000-2017 est un effort conjoint de l'OMS, de l'UNICEF, du FNUAP, du Groupe de la Banque mondiale et de la Division de la population des Nations Unies. Ses statistiques montrent d'énormes disparités mondiales en matière de santé qui rendent les mères africaines extrêmement vulnérables. La mortalité maternelle en Afrique subsaharienne est un problème répandu.

Inégalités de santé dans les soins maternels

Presque tous les décès maternels peuvent être évités, mais en 2017, les Africains subsahariens ont souffert de la mortalité maternelle la plus élevée (TMM). Le ratio était de 533 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, soit 200 000 décès maternels par an. Les trois pays ayant le TMM le plus élevé au monde avec plus de 1 000 décès pour 100 000 naissances vivantes, considéré comme un taux trop élevé, se trouvent en Afrique subsaharienne. Le Soudan du Sud en compte 1 150, le Tchad 1140 et la Sierra Leone 1120. En comparaison, le MMR 2017 en Amérique du Nord et en Europe occidentale est de 18 et 5.

Le fait que le MMR soit inférieur à 10 dans de nombreux pays signifie que la technologie actuelle et les connaissances médicales sont déjà capables de réduire le MMR à presque zéro. L’impératif mondial est d’améliorer l’infrastructure sanitaire et l’éducation dans les pays en développement pour accéder aux services et aux ressources disponibles pour protéger les mères dans les pays développés.

L'importance de l'accès

En outre, le manque d'accès aux établissements de santé et aux professionnels de la santé est l'une des principales raisons de décès maternels. En Afrique, il y a 985 personnes pour chaque infirmière ou sage-femme et 3 324 personnes pour chaque médecin. Cela signifie que de nombreuses femmes enceintes ne reçoivent pas de soins prénatals, d'accouchement et de nouveau-nés. Par conséquent, il y a une augmentation spectaculaire du risque de mourir de saignements graves, d'infections ou d'autres complications. Assurer des établissements de santé accessibles et abordables pour toutes les femmes éliminerait les risques de décès évitables et traitables.

Grossesse adolescente

De plus, l'amélioration de l'éducation en matière de santé sexuelle est la clé pour éliminer les grossesses chez les adolescentes. Ces grossesses représentent une part importante de la mortalité maternelle en Afrique subsaharienne. Les adolescentes, en particulier celles de moins de 15 ans, ont un risque plus élevé de mortalité maternelle que les femmes plus âgées. Par exemple, en 2014, il y avait 224 adolescentes pour 1000 cas de grossesse en République démocratique du Congo. Il s'agit du taux de grossesse chez les adolescentes le plus élevé au monde, suivi du Libéria, qui en compte 221, et du Niger, qui en compte 204. Des améliorations de l'éducation en matière de santé sexuelle informeraient les jeunes filles sur les options de contraception, les méthodes de planification familiale et les installations d'avortement sans risque.

Suivi de progression

En outre, des efforts importants ont permis de réduire la mortalité maternelle en Afrique subsaharienne. De 2000 à 2017, l'Afrique subsaharienne a réalisé une réduction substantielle de 39% de la mortalité maternelle. Ce pourcentage est de 870 à 533 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. Un nombre important de pays de cette région ont réduit leur TMM de plus de moitié. Le Rwanda est à 79%, la Mongolie à 71%, l'Érythrée à 63%, la Zambie à 60% et Cabo Verde à 51%.

Dans l'ensemble, l'OMS a déclaré que l'amélioration de la santé maternelle restait l'une de ses principales priorités. En 2015, l'organisation mondiale de la santé a lancé la Stratégie mondiale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents. Il vise à mettre fin à tous les décès évitables de femmes, d'enfants et d'adolescents. La cible 3.1 de l’objectif de développement durable de l’ONU, également lancée en 2015, vise à réduire le TMM mondial à moins de 70 pour 100 000 naissances vivantes d’ici à 2030. Le TMM actuel en Afrique est toujours sept fois inférieur à l’objectif. Néanmoins, les résultats prometteurs des campagnes passées et actuelles indiquent qu'un avenir meilleur est à portée de main.

– Alice Nguyen
Photo: Flickr

*

★★★★★