Monnaies numériques des banques centrales dans les économies émergentes

Monnaies numériques de la Banque centrale
L’exclusion financière reste un défi dans de nombreux pays à faible revenu. Cela est particulièrement vrai dans les zones rurales, qui n’ont pas facilement accès aux banques. Même dans les zones où il y a des succursales bancaires, les membres de la communauté peuvent se trouver exclus parce que de nombreux pays à faible revenu ont un petit secteur financier avec peu d’institutions financières. Le manque d’accessibilité financière entraîne des taux d’intérêt élevés et des frais élevés pour l’utilisation des guichets automatiques et d’autres transactions. Les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) sont un outil dynamique pour fournir des solutions visant à améliorer l’inclusion financière.

Que sont les monnaies numériques des banques centrales ?

Les monnaies numériques de la banque centrale sont une monnaie fiduciaire numérique (ou une monnaie nationale, comme le peso ou le naira) que la banque centrale réglemente. Actuellement, seuls neuf pays ont lancé des CBDC. Les Bahamas ont été le premier pays à le faire, en octobre 2020. Cependant, 16 pays les développent et 40 pays étudient la possibilité de les instituer. Le potentiel des monnaies numériques des banques centrales dans les économies émergentes est particulièrement fort.

Pourquoi les monnaies numériques des banques centrales dans les économies émergentes ?

Les banques centrales du monde entier envisagent de lancer des CBDC pour diverses raisons. D’une part, l’influence croissante de la monnaie numérique a créé les conditions dans lesquelles les banques centrales pourraient perdre le contrôle de la réglementation monétaire, ainsi qu’une préférence croissante pour les paiements numériques par rapport aux espèces. Cependant, il existe plusieurs raisons uniques pour lesquelles les monnaies numériques des banques centrales des économies émergentes sont particulièrement pertinentes en raison de la manière dont elles peuvent étendre l’inclusion financière.

  • Les paiements transfrontaliers peuvent être plus rapides, plus abordables et plus sûrs. Les paiements transfrontaliers traditionnels sont coûteux et inefficaces. Selon The Economic Times, « Le coût moyen mondial pour envoyer des fonds (0f 200 $) au premier trimestre de 2021 s’élevait à 6,38 %. Il y a souvent des décalages dans le temps pour les transferts de fonds transfrontaliers, au cours desquels les contreparties sont exposées au risque de crédit et de règlement. Les CBDC pourraient aider à accélérer les paiements transfrontaliers et à éliminer certains des coûts associés. Étant donné que de nombreux ménages dans les économies émergentes dépendent des envois de fonds en tant que source substantielle de revenus, les CBDC pourraient faciliter leur fabrication et leur réception pour les personnes à faible revenu.
  • Les monnaies numériques des banques centrales dans les économies émergentes pourraient servir la population non bancarisée. La numérisation de la monnaie a assuré l’accessibilité sûre et facile des comptes et des services de paiement. L’essor des monnaies numériques a également entraîné une diminution du nombre de personnes non bancarisées.

Regarder vers l’avant

L’inclusion financière est essentielle à l’inclusion sociale et combat la pauvreté et l’inégalité des revenus en offrant des opportunités financières aux personnes à faible revenu et à celles qui sont involontairement exclues du marché financier. L’objectif de la Banque mondiale de mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 comprend l’élément clé de la réduction des inégalités de revenus. Les initiatives des CBDC fournissent un outil dynamique pour aborder l’égalité des revenus.

De plus en plus de pays mettent à jour leur cadre financier et promeuvent la littératie financière numérique. Par exemple, Aadhaar, en Inde, développe un système d’identification numérique qui encouragera les personnes sans papiers à rejoindre le secteur financier. Cela pourrait à terme fournir des transactions sécurisées à ceux qui sont généralement exclus du marché financier. Le renforcement de cadres financiers innovants tels que les CBDC encourage un système de réglementation mondial plus équitable et inclusif.

–Jennifer Hendricks
Photo : Flickr

*

★★★★★