Mettre fin au paludisme et aux MTN d’ici 2030

Mettre fin au paludisme et aux maladies tropicales négligées
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2020, il y avait environ 241 millions de cas de paludisme dans le monde. La région africaine représentait 95 % des cas et 96 % des décès. Cependant, les gouvernements et d’autres organisations et entreprises se sont récemment engagés à mettre fin au paludisme et aux maladies tropicales négligées (MTN) d’ici 2030.

Sommet historique de Kigali

Le 23 juin, les dirigeants mondiaux dirigés par le président rwandais Paul Kagame se sont réunis au Sommet de Kigali sur le paludisme et les maladies tropicales négligées. Ce sommet historique a été le premier à débattre de ces maladies en Afrique. Les membres du sommet se sont réunis pour discuter et présenter des solutions et des stratégies pour mettre fin au paludisme et aux maladies tropicales négligées d’ici 2030. Le sommet a amené les gouvernements, les entreprises, les organisations, les philanthropes et d’autres acteurs du secteur privé à engager plus de 4 milliards de dollars. Les pays touchés par ces maladies ont donné plus de 2,2 milliards de dollars. Des partisans similaires à la Fondation Bill et Melinda Gates et à Pfizer ont promis un don combiné de plus d’un milliard de dollars à la cause. De plus, les sociétés pharmaceutiques ont fait don de 18 milliards de comprimés de médicaments pour prévenir et traiter les maladies tropicales négligées.

Les participants ont souligné les objectifs spécifiques à atteindre pour suivre la stratégie mondiale de lutte contre le paludisme de l’OMS pour 2016 à 2030. Certains des objectifs à atteindre d’ici 2030 comprennent :

  • Diminuer le nombre de nouveaux cas de paludisme d’au moins 90 %
  • Diminution des taux de mortalité due au paludisme d’au moins 90 %
  • Veiller à ce qu’au moins 35 pays abolissent le paludisme
  • Diminuer de 90 % le nombre de personnes nécessitant un traitement pour des maladies tropicales négligées
  • Éliminer la dracunculose et le pian, deux maladies tropicales négligées.

Progrès passés pour mettre fin au paludisme et aux MTN

Dans le passé, les gouvernements et d’autres organisations ont travaillé dur pour mettre fin au paludisme et aux maladies tropicales négligées. Avec l’augmentation du financement public et de l’accès aux traitements, les cas de paludisme et de maladies tropicales négligées ont diminué.

Voici quelques réalisations :

  • Le nombre de cas de paludisme et de décès a considérablement diminué depuis 2000. De 2000 à 2020, environ 10,6 millions de décès dus au paludisme et 1,7 milliard de cas de paludisme ne se sont pas produits.
  • Le directeur général de l’OMS a déclaré neuf pays exempts de paludisme depuis 2015.
  • Quarante-six pays ont supprimé une MTN.
  • Un milliard de personnes ont reçu un traitement pour une MTN entre 2015 et 2019.

Impact du sommet de Kigali

Alors que les cas de paludisme et de MTN ont diminué depuis 2020, il reste encore un long chemin à parcourir. Le Plan d’action mondial contre le paludisme 2022 du Roll Back Malaria Partnership, un groupe de plus de 500 organisations dédiées à l’élimination du paludisme, souligne que 3,3 milliards de personnes dans 109 pays sont exposées au risque de paludisme. Chaque année, 185 000 personnes meurent à cause d’une MTN. Cependant, le sommet de Kigali offre de plus grandes possibilités de traitement et de mesures préventives pour lutter contre ces deux maladies mortelles pour les personnes du monde entier, touchant des milliards de personnes.

Le sommet démontre également la coopération des pays, des organisations et d’autres et leur dévouement envers un seul objectif. Grâce à la persévérance des dirigeants africains pendant la crise du COVID-19, ils ont pu obtenir des engagements de haut niveau de plusieurs milliards de dollars. Le monde s’est rapproché de l’objectif d’éliminer le paludisme et les maladies tropicales négligées d’ici 2030.

Regarder vers l’avant

Le paludisme et les MTN ont touché des milliards de personnes dans de nombreux pays du monde. Le dévouement des gouvernements, des organisations et des membres du secteur privé indique un avenir différent, exempt de ces maladies mortelles. Lors du sommet de Kigali, le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que « … nous avons les outils et la stratégie pour empêcher cela – et, avec de nouveaux outils, pour commencer à rêver d’un monde sans paludisme ».

Janae O’Connell
Photo : Wikipédia Commons

*

★★★★★