Mettre fin à l’insécurité alimentaire en Australie

L'insécurité alimentaire en Australie
Les adultes australiens sont les plus riches du monde, mais l’insécurité alimentaire reste un problème répandu dans le pays. Un quart des adultes souffrent d’insécurité alimentaire en Australie, tandis qu’une personne sur six connaît des perturbations dans ses habitudes alimentaires et une réduction de son apport alimentaire. Selon Food Bank Australia, «  » Ces personnes et ces familles sont souvent obligées de manger des repas plus petits et de faire durer la nourriture plus longtemps ou de sauter complètement des repas.  » Les grosses factures ou le coût de la vie inattendu sont parmi les principales raisons pour lesquelles les gens ne peuvent pas se permettre de se nourrir. En raison d’une alimentation inadéquate, de nombreux adultes australiens sont incapables d’avoir un mode de vie actif et sain. Pour lutter contre le problème croissant de l’insécurité alimentaire en Australie, des groupes d’intérêt comme l’Alliance australienne pour la souveraineté alimentaire (AFSA), le Commonwealth Scientific and Industrial Research (CSIR) et les Regrarians utilisent le lobbying pour faire pression en faveur du changement.

Alliance australienne pour la souveraineté alimentaire

Il appartient aux agriculteurs et aux organisations de la société civile comme l’AFSA de répondre aux différentes demandes des partis. Avec 700 membres, l’AFSA représente les travailleurs, les communautés et les petits exploitants pour protéger leur droit à se nourrir et à des aliments culturellement appropriés cultivés dans leurs fermes. La distribution de nourriture aux pauvres nécessite une gestion socialement juste avant que quiconque puisse recevoir de l’aide.

Recherche scientifique et industrielle du Commonwealth

Commonwealth Scientific and Industrial Research (CSIR) utilise une infrastructure scientifique pour lutter contre l’insécurité alimentaire. Commençant en tant que conseil consultatif en 1916, ses centres d’intérêt vont des changements climatiques au bien-être humain. Le CSIR aide la nation à convertir les déchets alimentaires et à rechercher des aliments durables.

L’un des objectifs est les maladies chroniques qui ont coûté 58 milliards de dollars à la société et au gouvernement australiens en 2008. Pour réduire leur apparition, les scientifiques du CSIR créent des grains entiers bénéfiques pour la santé humaine. Les céréales du petit-déjeuner, les mélanges de riz, les emballages alimentaires et le pain incorporent le nouveau grain entier. Le résultat projeté permettrait au pays d’économiser 17 millions de dollars par an.

Régrariens

Les régrariens, qui est un terme faisant référence au néologisme d’ « agraire régénérateur », travaillent à faire de la régénération des sols un précédent pour les agriculteurs. Une étude de la Fondation Ecdysis a révélé que les fermes aux pratiques régénératives étaient 78 % plus rentables que les parcelles conventionnelles. Les Regrarians fournissent des informations aux agriculteurs pour régénérer, restaurer et raviver les paysages. L’organisation vise à informer les consommateurs sur l’économie régénérative par le biais de programmes d’éducation, de médias et de biens.

Les adultes qui ne peuvent pas manger régulièrement dépendent des systèmes alimentaires australiens. Les leaders multidisciplinaires de l’exportation scientifique et industrielle font surface lorsque l’aumône compte pour les ventes monétaires. Plus de 15 000 personnes reçoivent des informations des Regrarians pour créer des paysages régénérateurs, des sociétés impliquées et des remèdes industriels. Amener le pays à améliorer la sécurité alimentaire nécessite des dirigeants intelligents du CSIR et des agriculteurs expérimentés de l’AFSA.

– Bryant Morisseau
Photo : Flickr

*

★★★★★