Mariage d’enfants en Côte d’Ivoire

Mariage d'enfants en Côte d'Ivoire
Le mariage des enfants en Côte d’Ivoire reste un problème répandu. La loi sur le mariage de 1983 stipule que l’âge légal du mariage est de 18 ans pour les femmes et de 21 ans pour les hommes. Cependant, 27% des femmes se marient avant l’âge légal de 18 ans et 7% se marient avant l’âge de 15 ans. Les chiffres sont moins extrêmes du côté des hommes où 4% se marient avant l’âge de 18 ans.

Facteurs déterminants

Il y a quelques facteurs qui conduisent au mariage des enfants en Côte d’Ivoire. Selon Girls Not Brides, la pauvreté et l’éducation sont le moteur du mariage des enfants. Le mariage des enfants est souvent un mécanisme de survie pour échapper à la pauvreté, en particulier lorsque les parents n’ont pas les moyens de payer l’éducation. L’éducation est limitée en Côte d’Ivoire. Les écoles secondaires sont rares et souvent les filles doivent être pensionnaires ou trouver des logements temporaires pour les fréquenter. En conséquence, ils se retrouvent sans surveillance parentale ou tuteur et sont vulnérables à la violence sexuelle et au mariage d’enfants.

Le troisième facteur pouvant conduire au mariage des enfants en Côte d’Ivoire est la grossesse chez les adolescentes. En fait, selon Girls Not Brides, une femme sur quatre a son premier enfant avant l’âge de 18 ans et après la grossesse, beaucoup se retrouvent dans un mariage forcé. Cette attitude envers le mariage est liée aux croyances religieuses traditionnelles que de nombreux dirigeants ivoiriens ont promues. De nombreuses communautés respectent encore les croyances traditionnelles concernant le mariage des enfants au lieu de la loi en vigueur.

Premiers progrès

Dans les premières années de la lutte contre le mariage des enfants en Côte d’Ivoire, des progrès considérables ont été réalisés. Le gouvernement a financé le développement de plus de 9 000 écoles maternelles et primaires entre 2011 et 2013 ainsi que 38 écoles secondaires. En outre, en 2013, il a également adopté une loi permettant aux élèves sans certificat de naissance de fréquenter l’école primaire. En 2017, il y a eu une initiative suite à la loi pour permettre aux élèves des écoles primaires d’acquérir des certificats de naissance par l’intermédiaire de leurs directeurs d’école.

Entre 2013 et 2015, le gouvernement national a tenté de mettre en œuvre un plan visant à engager la communauté et les chefs religieux à résoudre le problème du mariage des enfants. Le président a approuvé le plan. Cependant, il a échoué en raison d’un manque de ressources et de budget.

Progrès en cours

Le gouvernement ivoirien n’a actuellement ni plan ni stratégie pour s’attaquer au problème du mariage des enfants. Cependant, il existe des organisations qui se concentrent sur l’amélioration de l’éducation, en particulier pour les filles, ce qui pourrait avoir un impact direct sur les taux de mariage des enfants. L’une de ces organisations est Girls Not Brides. Girls Not Brides a un partenariat national avec la Côte d’Ivoire qui comprend 17 organisations membres travaillant ensemble pour mettre fin au mariage des enfants.

Le Réseau Ivoirien pour la Défense des Droits de L’Enfant et de la Femme (RIDDEF) est une organisation non gouvernementale locale née en 2013. Elle s’est engagée pour les droits des femmes et des enfants en Côte d’Ivoire. En partenariat avec l’Ambassade du Canada en Côte d’Ivoire, le RIDDEF a mené un projet sur le mariage des enfants. Le RIDDEF a organisé des campagnes d’éducation sexuelle dans plus de 20 écoles et a touché plus de 6 000 élèves.

De plus, RIDDEF a lancé un programme où des femmes plus âgées sont associées à des filles plus jeunes pour parler à travers des conversations sensibles. Le projet a également mobilisé les dirigeants communautaires des secteurs religieux et éducatifs pour dénoncer le mariage des enfants.

Mettre fin au mariage des enfants signifie accorder des droits humains aux jeunes et en particulier aux jeunes filles. Lorsque les progrès au niveau gouvernemental sont lents, il est crucial de s’attaquer aux problèmes qui ont un impact direct sur les taux de mariage des enfants, tels que l’augmentation de l’éducation et le changement des attitudes traditionnelles.

En plus d’améliorer les droits de l’homme, mettre fin au mariage des enfants pourrait ouvrir davantage d’opportunités économiques et sociales. Par conséquent, il existe un grand potentiel de croissance sociale et économique dans les communautés des pays en développement comme la Côte d’Ivoire.

– Oh Jordan
Photo : Flickr

*

★★★★★