Mariage d’enfants au Yémen – Le projet Borgen

Mariage d'enfants au Yémen
Le mariage des enfants au Yémen est une violation séculaire des droits humains. Les adultes forcent les jeunes adolescentes à épouser des hommes de plusieurs décennies plus âgés qu’elles. Peut-être pire que le mal psychologique de base lié au fait de devoir se marier, les enfants mariées endurent des abus et des situations mettant leur vie en danger. Selon un rapport de 2019 du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), plus de 4 millions de filles yéménites sont des enfants mariées et 1,4 million d’entre elles ont moins de 15 ans. Cette pratique doit cesser pour protéger physiquement et émotionnellement les jeunes filles. Interdire le mariage des enfants au Yémen permettrait aux jeunes femmes de jouir des droits humains qu’elles méritent.

Dangers physiques du mariage d’enfants

Parce qu’elles sont si jeunes, lorsque ces enfants mariées ont des rapports sexuels ou une grossesse, cela entraîne souvent des complications physiques. Comme l’a déclaré Sarah Ferguson, « Le mariage des enfants augmente le risque de violence et d’abus d’une fille et met sa santé en danger. Parfois, c’est fatal.

Perte d’éducation

Les jeunes mariées yéménites perdent également leurs droits à l’éducation. Une jeune fille avec des rêves et de la passion doit endurer une vie de maturité et de responsabilité. De plus, son mari et sa famille s’attendent à ce qu’elle sache comment gérer un ménage. Dans une interview de CNN en 2018, une fille de 12 ans nommée Halima a expliqué comment son père avait forcé ses sœurs à se marier, puis l’avait forcée à faire de même. Elle a raconté comment toutes les familles de ses amis les avaient retirés de l’école pour se marier. Le père de Halima l’a également poussée à ignorer son désir et sa passion de devenir médecin.

L’incapacité du gouvernement à protéger les jeunes femmes

Le gouvernement du Yémen n’a pas été en mesure de passer un accord civil efficace pour freiner le mariage des enfants. Le 11 février 2009, le Parlement a accepté de fixer l’âge minimum du mariage à 17 ans. Cependant, le Comité législatif de la charia a annulé cet effort. En mars 2010, le Parlement a remanié le projet de loi ; cependant, le Comité législatif de la charia l’a rejeté une fois de plus. Interrogé sur la raison pour laquelle il n’y a pas d’âge minimum pour le mariage, le Comité législatif de la charia a déclaré qu’avoir un âge minimum pour le mariage est « anti-islamique ». Douze ans plus tard, en 2022, il n’y a toujours pas d’âge minimum pour le mariage au Yémen.

Le désespoir financier mène au mariage des enfants

Outre la charia, les difficultés financières poussent également les familles à recourir au mariage de leurs filles. Que ce soit parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’occuper de leur fille ou parce qu’ils veulent l’échanger contre une petite somme d’argent, de nombreux parents se tournent vers le mariage des enfants pour améliorer leur situation financière. Le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Charlie Yaxley, a déclaré : « Nous constatons qu’un nombre croissant de familles ont recours à des mécanismes d’adaptation néfastes tels que la mendicité, le travail des enfants et le mariage d’enfants pour survivre.

La solution au mariage des enfants

Le mariage des enfants au Yémen est un problème depuis des siècles, mais actuellement, des défenseurs des droits humains prennent fermement position contre lui et ses partisans. Par exemple, l’UNICEF fournit des services et des fournitures vitaux aux jeunes mariées yéménites. L’UNICEF promeut également la sensibilisation. Pour ce faire, il partage des histoires de jeunes filles qui ont dû se battre pour leur vie à cause de mariages violents.

Le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et le Comité des droits de l’enfant (CRC) exhortent les gouvernements, y compris le Yémen, à prendre immédiatement des mesures pour éradiquer cette pratique. Entre autres violations des droits, ils soutiennent spécifiquement que le mariage des enfants est un revers pour les droits des femmes et la capacité de recevoir une éducation.

Il y a aussi des défenseurs des droits de l’homme qui ont embrassé la cause. Nada al-Ahdal est une jeune femme yéménite qui a échappé au mariage des enfants. Elle a créé une vidéo en ligne sur son histoire qui est devenue virale. Après cela, elle a fondé la Fondation Nada avec le Premier ministre du Yémen pour soutenir les jeunes femmes dans les mariages d’enfants. Elle a également écrit un livre publié en plusieurs langues qui milite contre cette pratique. Maintenant basée à Londres, elle parle dans le monde entier pour encourager tout le monde à lutter contre la pratique. Dans une histoire IMIX 2021 à son sujet, elle a déclaré: «J’ai rencontré tellement de filles courageuses du monde entier; Serbie, Pakistan, Inde, Maroc, Egypte. Ils travaillent si fort pour changer leurs communautés. Ce n’est pas seulement leur devoir, c’est nous tous, tous notre devoir.

Regard vers l’avenir : le plaidoyer devrait conduire à forcer le changement de politique

En tant qu’enfants mariées, les jeunes filles pauvres du Yémen se voient retirer leurs espoirs, leurs rêves et leurs droits. La pratique entraîne des abus physiques et émotionnels. De plus, cela entraîne également une mortalité conjugale et maternelle. Cependant, avec l’aide du plaidoyer à l’intérieur et au-delà du Yémen, le gouvernement yéménite devrait finalement glaner le pouvoir d’imposer un changement efficace.

– Hayat Nagi
Photo : Flickr

*

★★★★★