Lutter contre le VIH/SIDA à la Barbade – Le projet Borgen

lutte-contre-le-vih-sida-a-la-barbadeLes taux de VIH/sida dans les Caraïbes sont les plus élevés au monde après l’Afrique subsaharienne. Le taux de prévalence dans la région étant de 1,6 % en 2005, le Plan stratégique national de la Barbade a désigné le VIH/sida comme l’une des plus grandes menaces du pays. Sa petite taille et sa population signifient que la Barbade, et les Caraïbes dans leur ensemble, ont tendance à être négligées dans les discussions sur le VIH/SIDA. Malgré cela, la Barbade s’est depuis lancée, avec l’aide de l’étranger, dans une mission visant à réduire la transmission du VIH/sida au sein du pays.

Comprendre le problème

La transmission du VIH / SIDA à la Barbade a connu une augmentation significative au début des années 2000. Cette tendance à la hausse s’est reflétée dans la majeure partie de la région des Caraïbes. Le gouvernement de la Barbade a identifié que les groupes privés de leurs droits étaient surreprésentés dans les statistiques concernant la transmission du VIH/SIDA.

Une série de facteurs a conduit à un taux de VIH/SIDA supérieur à la moyenne mondiale dans le pays. L’un des principaux facteurs contribuant au taux relativement élevé de VIH / sida à la Barbade était le faible taux d’utilisation du préservatif chez les jeunes du pays. En 2006, seuls 21 % des Barbadiens âgés de 15 à 24 ans ont déclaré avoir utilisé un préservatif lors de leur dernier rapport sexuel.

Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les professionnel(le)s du sexe et d’autres groupes vénérables représentaient également une part disproportionnée des personnes infectées et mourant du VIH/sida. Ces groupes vulnérables et à risque sont ensuite devenus le centre des efforts de réduction de la transmission et de traitement.

Plus récemment, la pandémie de COVID-19 a détourné l’attention des efforts de lutte contre le VIH/sida dans le pays. Des initiatives telles que l’événement Man Aware, qui vise à sensibiliser les hommes barbadiens au VIH/sida, ont été annulées. Le risque de propagation du COVID-19 signifiait que de tels événements en face à face ne pouvaient pas avoir lieu.

Appels à l’action

Divers acteurs nationaux et internationaux ont participé à la lutte contre la transmission du VIH/sida et les décès liés au sida à la Barbade. La Banque mondiale a fourni une voie de soutien initial. Le prêt programme adaptable de la Banque mondiale, connu sous le nom d’APL, a fourni à la nation un financement supplémentaire pour les soins de santé. Selon la Banque mondiale, l’objectif principal de l’adoption de ce programme à la Barbade était de lutter contre la transmission du VIH/sida et d’endiguer les décès dus au VIH/sida. La Barbade y est parvenue en fournissant gratuitement des antirétroviraux aux citoyens séropositifs.

Le Plan d’urgence américain pour la lutte contre le sida (PEPFAR), créé en 2003, s’est associé au gouvernement de la Barbade, entre autres pays en développement, pour lutter contre la transmission du VIH/sida. L’organisation américaine a jusqu’à présent contribué plus de 80 milliards de dollars à ce projet mondial. Le PEPFAR a également supervisé l’adoption à grande échelle du traitement de prévention du VIH par prophylaxie pré-exposition (PrEP) dans le pays. Le ministère barbadien de la Santé et du Bien-être a travaillé en étroite collaboration avec le PEPFAR pour adapter les services de traitement du VIH/sida à chaque groupe vulnérable.

En plus de s’associer à des organisations dirigées par les États-Unis, la Barbade s’est également associée aux gouvernements d’autres pays des Caraïbes dans le cadre du Partenariat pancaribéen contre le VIH/sida (PANCAP). Cet effort de collaboration régionale vise à connecter le financement du VIH/SIDA, au niveau gouvernemental et intergouvernemental, aux services locaux. Cela a facilité la recherche au sein des installations de recherche et soutenu le fonctionnement d’autres centres de traitement. La Barbade, avec ses partenaires du PANCAP, a enregistré le plus de progrès dans la lutte contre le VIH/sida dans la région des Caraïbes.

Progrès

Les actions menées pour lutter contre le VIH/SIDA à la Barbade par des acteurs internes et externes ont permis des progrès significatifs dans la lutte contre la maladie. Grâce à ces diverses initiatives, la Barbade s’est lancée dans un objectif fixé par l’ONU consistant à ce qu’au moins 90% des citoyens séropositifs connaissent leur statut et reçoivent un traitement d’ici 2020. En 2020, la Barbade a atteint 89% des citoyens séropositifs connaissant leur statut, selon l’ambassade des États-Unis à la Barbade, dans les Caraïbes orientales et l’OECO.

Cette promotion et cette adoption des tests ont commencé à sauver des vies dès leur adoption en tant que priorité majeure par le gouvernement de la Barbade. Entre 2001 et 2006, le nombre de décès liés au sida à la Barbade a chuté de 72 %. Au cours de la même période, les nouveaux diagnostics de sida ont chuté de 46 %, selon la Banque mondiale.

L’éducation qui a accompagné le dépistage et le traitement a contribué à endiguer une grande partie de la propagation du VIH/sida à la Barbade. L’éducation de la jeunesse barbadienne a fait que 72% des jeunes âgés de 15 à 24 ans ont déclaré avoir utilisé un préservatif lors de leur dernier rapport sexuel en 2014. Ce chiffre a considérablement augmenté par rapport aux 21% signalés en 2006, rapporte la Banque mondiale.

Les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont poursuivi une grande partie du travail positif lancé par le gouvernement barbadien, l’ONU et les interventions américaines précédentes. Le CDC a établi son bureau régional dans la région des Caraïbes en 2002. Le CDC a accordé une attention particulière au dépistage et au traitement des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, l’une des parties les plus vulnérables de la société barbadienne. Aujourd’hui, le CDC continue de travailler avec ses ministères pour améliorer la qualité des services de dépistage et de traitement. Le financement du CDC continue également à créer une grande portée pour les efforts de prévention et de traitement du VIH / SIDA.

Ces progrès progressifs réalisés à la Barbade au cours des deux dernières décennies pour lutter contre le VIH/sida sont le résultat de la collaboration entre de nombreuses parties prenantes. Bien qu’elle ait encore besoin de progrès, la Barbade a parcouru un long chemin dans la lutte contre la maladie au cours des 20 dernières années.

Bryce Mathurin Lindsay
Photo : Flickr

*

★★★★★