Lutter contre le chômage des jeunes au Sénégal

chômage des jeunes au Sénégal
Comme de nombreux pays en développement en Afrique, l’économie du Sénégal est en croissance. En fait, en 2018, le PIB du pays a augmenté de 6,766%. Cependant, la croissance économique ne s'est pas traduite par davantage d'emplois pour la jeune génération, ce qui a entraîné un chômage élevé des jeunes. Les jeunes se retrouvent sans emploi ou dans le secteur de l'emploi informel où les salaires sont bas. Pour résoudre le problème du chômage des jeunes au Sénégal, le gouvernement sénégalais et les ONG mettent en place de nouvelles politiques et programmes.

Les jeunes et le secteur formel de l'emploi

En 2019, la population du Sénégal dépassait les 16 millions d'habitants et 40% de la population avait moins de 15 ans. Plus de 300 000 jeunes sénégalais entrent sur le marché du travail chaque année. Le secteur formel au Sénégal représente entre 3 et 4% du marché du travail sénégalais. En conséquence, les diplômés des collèges ont du mal à trouver des emplois liés à leur domaine d'études. Lorsqu'ils recherchent un emploi formel, les diplômés sont confrontés à de nombreuses difficultés, notamment un manque de relations et un échec à remplir les qualifications professionnelles. Les jeunes ne savent pas non plus où chercher des emplois formels.

De plus, selon les employeurs, le système éducatif ne répond pas aux besoins de la main-d'œuvre car les diplômés n'ont pas d'expérience de travail (stages). Les stages que les jeunes parviennent à obtenir ne sont souvent pas rémunérés. Il en résulte plus de difficultés pour les jeunes à subvenir à leurs besoins tout en travaillant. CNV International travaille avec les syndicats pour s'assurer que les stagiaires ne sont pas mis à profit. Bien que le taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans soit passé de 13,2% en 2010 à 8,2% en 2019, le Sénégal reste confronté à un problème de chômage des jeunes.

Les jeunes et le secteur informel de l'emploi

Lorsqu'il devient difficile de trouver un emploi, de nombreux jeunes sénégalais se tournent vers le secteur informel ou créent leur propre entreprise. Le secteur informel est composé d'entreprises qui ne sont pas enregistrées et ne paient donc pas d'impôts. Pour obtenir un emploi informel, les relations sociales et personnelles jouent un rôle plus important qu'un accord contractuel. En outre, les emplois informels ont souvent tendance à ne fournir aux employés aucune forme de sécurité sociale ou d'assurance, et sont également assez peu rémunérés. De nombreux emplois informels génèrent des revenus inférieurs au salaire minimum du Sénégal, selon Investisseurs & Partenaires.

Conséquences du chômage des jeunes

Le problème du chômage des jeunes est qu'il conduit souvent à la pauvreté, à la criminalité et même à la migration vers d'autres pays. Au Sénégal, beaucoup ont quitté leur village pour émigrer en Europe. Cependant, le chemin vers l'Europe est dangereux et beaucoup meurent en tentant d'atteindre ou de traverser la Méditerranée. Pour répondre à la crise du chômage des jeunes, le gouvernement sénégalais et les ONG ont créé des programmes pour aider les jeunes à trouver un emploi.

Efforts pour réduire le chômage des jeunes

En 2017, le Education Development Centre et la MasterCard Foundation ont lancé un projet de 5 ans pour aider à enseigner aux élèves des collèges et lycées. Le projet vise à enseigner aux étudiants comment obtenir un emploi ainsi que comment démarrer une entreprise. Le programme, connu sous le nom d'APTE, aide à fournir des stages, des stages, du mentorat et du coaching. Actuellement, le programme fonctionne dans 50 écoles d'enseignement et de formation professionnels (EFTP) et 200 collèges (premier cycle du secondaire) et a touché plus de 11 000 jeunes dans le pays.

Pour aider les jeunes entrepreneurs, le gouvernement a créé La Délégation générale à l’Entreprenariat Rapide, un fonds pour les entrepreneurs. Le fonds se concentre sur le petit financement, le financement d'incubation, le financement par actions et les prêts à faible taux d'intérêt. Au cours de la première vague de financement seulement, le programme a reçu 140 000 demandes. Le fonds a donné de l'argent à de nombreuses industries, dont l'alimentation, l'agriculture et le numérique / TIC.

Avec l'aide de la Banque mondiale, le gouvernement sénégalais a également créé le projet Compétences pour l'emploi et la compétitivité pour aider à réduire le chômage des jeunes au Sénégal. Le projet vise à former des jeunes sénégalais au tourisme, à l'horticulture et à l'aviculture. De plus, le Programme de Formation Ecole-Entreprise espère toucher 10 000 jeunes en leur enseignant des compétences professionnelles essentielles. Le gouvernement travaille également avec des entreprises dans le cadre d'un programme d'apprentissage pour former les élèves pendant leurs études.

Bien que le taux de chômage des jeunes au Sénégal ait diminué, il reste un problème pertinent. Les programmes des ONG et du gouvernement sont essentiels pour offrir des opportunités d'emploi aux jeunes au Sénégal. Ces efforts servent également à réduire la pauvreté et à encourager les jeunes à rester au Sénégal plutôt qu'à tenter le dangereux voyage en Europe. Si cet accent sur la lutte contre le chômage des jeunes se poursuit, un nouvel avenir pour les jeunes du Sénégal pourrait se profiler à l’horizon.

– Joshua Meribole
Photo: Flickr

*

★★★★★