Lutter contre la santé et la chaleur dans les pays en développement

La chaleur dans les pays en développement
La Terre se réchauffe chaque jour et la chaleur dans les pays en développement peut être fatale. Il existe des moyens de prendre l'avantage – chambres climatisées, piscines et ombrage – et rendre même les journées les plus chaudes supportables. Cela ne veut pas dire que les Américains sont complètement à l'abri des décès liés à la chaleur – cela tue 800 personnes par an, affectant de manière disproportionnée les personnes de couleur et les travailleurs migrants. Bien que ce nombre puisse sembler faible comparé au bilan des cancers et des accidents vasculaires cérébraux, tout décès par surchauffe est inacceptable. Ils sont facilement évitables avec une éducation appropriée et un accès aux bonnes informations et technologies.

Les dangers de la surchauffe

Cependant, dans des pays comme l'Inde et dans les déserts d'Afrique, où les températures peuvent atteindre jusqu'à 120 degrés Fahrenheit, les dangers de surchauffe sont des réalités quotidiennes. Les effets de la surchauffe sur une population sont difficiles à mesurer car la surchauffe exacerbe d'autres maladies. Les symptômes affectent le cœur (provoquant un rythme irrégulier), le système immunitaire (diminution du nombre de globules blancs) et provoquent une déshydratation, qui a d'innombrables autres effets. Les statisticiens estiment qu'entre 1998 et 2017, plus de 160 000 personnes sont mortes des suites directes de la surchauffe et des vagues de chaleur dans le monde. Des technologies telles que les climatiseurs réduiraient les décès dus à la chaleur dans les pays en développement et amélioreraient les moyens de subsistance des populations. Malheureusement, des barrières telles que le coût élevé et l'indisponibilité de l'électricité persistent dans les pays en développement. Heureusement, plusieurs organisations s'efforcent de trouver des moyens d'atténuer ces obstacles.

Réduire les décès dus à la chaleur

  • L'Organisation mondiale de la santé (OMS): L'OMS fait déjà beaucoup pour aider à réduire la pauvreté. Il relève également le défi de réduire la chaleur dans les pays en développement. L'OMS examine comment concevoir de manière compacte des bâtiments avec moins de niveaux pour réduire les coûts de refroidissement. Il étudie les investissements dans l'isolation et les impacts économiques positifs de la découverte de nouveaux marchés pour les entreprises de climatisation. Le Maghreb, une région d'Afrique du Nord, pourrait notamment bénéficier d'une refonte des systèmes de refroidissement en raison de ses riches ressources naturelles. Cela inciterait plus de travailleurs à déménager là-bas, apportant des bénéfices à tous.
  • Rocheux Montagne Institut: RMI vise à réduire l'effet des climatiseurs sur l'environnement. Ces effets environnementaux ont souvent un impact particulier sur les communautés les plus pauvres. Les unités AC typiques fonctionnent à l'électricité fournie par des combustibles fossiles. Ces combustibles fossiles réchauffent la planète, créant une boucle de rétroaction positive. Fournir à tous l'accès à des climatiseurs, par conséquent, comme le font de nombreuses organisations, peut ne pas suffire. Les gens doivent également empêcher les organisations de réchauffer la terre et d'augmenter encore davantage la demande. L'institut a conclu que le monde a besoin d'unités qui sont au moins cinq fois plus puissantes qu'aujourd'hui tout en utilisant la même quantité d'énergie et d'électricité provenant soit de panneaux solaires, soit d'éoliennes.

Protéger les gens du danger réel de la chaleur dans les pays en développement est une étape nécessaire pour accroître la productivité et sauver des vies. Heureusement, les décès liés à la chaleur sont évitables si des pays bien équipés aident les économies du tiers monde à commencer à produire les technologies dont les gens ont besoin, comme les climatiseurs.

Michael Straus
Photo: Flickr

*

★★★★★