Catégories
Solidarité et entraide

Lutter contre la pauvreté périodique dans les écoles néo-zélandaises

période de pauvreté en Nouvelle-ZélandeLe 18 février 2021, le Premier ministre néo-zélandais, Jacinda Ardern, et le ministre associé de l’Éducation, Jan Tinetti, ont annoncé que toutes les écoles de Nouvelle-Zélande offriront des produits menstruels gratuits à partir de juin 2021, en élargissant un programme pilote qui a débuté en 2020. Cette annonce s’aligne sur la stratégie de bien-être des enfants et des jeunes du pays et constitue une étape majeure vers l’élimination des obstacles créés par la pauvreté d’époque en Nouvelle-Zélande.

Stratégie de bien-être des enfants et des jeunes

Le Département du Premier ministre et du Cabinet (DPMC) du gouvernement néo-zélandais a lancé la Stratégie pour le bien-être des enfants et des jeunes le 29 août 2019, avec la vision de la Nouvelle-Zélande devenant «le meilleur endroit au monde pour les enfants et les jeunes» pour atteindre leur plein potentiel.

Les six résultats attendus de cette stratégie sont que les enfants et les jeunes se sentent aimés et en sécurité, répondent à leurs besoins matériels, soient en bonne santé physique et mentale, aient accès à l’éducation, soient acceptés pour qui ils sont et développent un sentiment d’autonomie. Ces résultats découlent du principe selon lequel les enfants et les jeunes sont des êtres humains intrinsèquement précieux avec des droits qui doivent être respectés. En outre, les individus et les communautés doivent agir ensemble le plus tôt possible pour promouvoir le bien-être multiforme des enfants et des jeunes.

Lutter contre la pauvreté périodique en Nouvelle-Zélande

Le programme de produits menstruels gratuits de la Nouvelle-Zélande dans les écoles s’aligne sur la stratégie de bien-être des enfants et des jeunes, car la pauvreté pendant les règles est un obstacle important à l’éducation des jeunes. Le Premier ministre Ardern mentionne des recherches montrant qu’environ un jeune sur 12 en Nouvelle-Zélande manque l’école parce qu’il est incapable de gérer ses menstruations. Tinetti note que de nombreux élèves qui ont leurs règles à l’école sont confrontés à l’embarras, à la stigmatisation et à l’inconfort et risquent de manquer des cours ou de ne pas avoir les produits d’hygiène menstruelle appropriés.

Une recherche de l’organisation caritative néo-zélandaise KidsCan a révélé que jusqu’à 20 000 élèves des niveaux primaire, intermédiaire et secondaire étaient menacés de pauvreté périodique. À l’échelle mondiale, la pandémie COVID-19 met en évidence et exacerbe les défis associés à la pauvreté périodique, y compris le manque d’accès aux infrastructures d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) et un accès inadéquat à l’éducation menstruelle ainsi qu’un accès perturbé aux produits menstruels.

Le nouveau programme du gouvernement étend un programme pilote qui a débuté en 2020 dans lequel le gouvernement a fourni des produits menstruels gratuits à plus de 3000 élèves dans 15 écoles de la région de Waikato, dans le nord de la Nouvelle-Zélande. Les représentants du gouvernement ont utilisé les commentaires du programme pilote réussi pour éclairer son approche, Tinetti notant que les étudiants voulaient plus d’informations sur les différents types de produits menstruels et sur la façon de gérer leurs règles.

Autres programmes de lutte contre la pauvreté

Les initiatives du secteur privé répondent également à la pauvreté des règles en Nouvelle-Zélande en fournissant des produits menstruels gratuits. Par exemple, The Warehouse, l’un des plus grands détaillants en Nouvelle-Zélande, s’est associé à The Period Place pour installer des boîtes de don de produits menstruels dans plusieurs de ses sites et fournir des produits menstruels gratuits dans les toilettes de ses magasins.

The Period Place est un groupe de défense basé en Nouvelle-Zélande dont la vision est que la Nouvelle-Zélande soit le premier pays à atteindre l’équité de la période d’ici 2030, conformément aux objectifs de développement durable.

Positive Periods est une coalition de 25 groupes de défense de la pauvreté d’époque en Nouvelle-Zélande qui militent pour la fourniture de produits menstruels gratuits dans les écoles. En 2019, il a publié un document de travail mettant en évidence la pauvreté d’époque en Nouvelle-Zélande et son effet sur les résultats scolaires. Il a également diffusé une pétition appelant à des produits menstruels gratuits dans les écoles, qui a reçu plus de 3 000 signatures.

La route à venir

La pauvreté périodique en Nouvelle-Zélande est un problème qui affecte la santé et le bien-être de milliers de filles et de femmes. Le programme gouvernemental de produits menstruels gratuits dans les écoles est une étape importante pour garantir que toutes les filles et les femmes peuvent poursuivre des études et gérer leurs menstruations avec dignité.

Sydney Thiroux
Photo: Flickr

*