Lutter contre la malnutrition en Tunisie – Le projet Borgen

La faim en TunisieSelon l’indice mondial de la faim de 2022, la Tunisie se classe 26e sur 121 pays en termes de niveaux de faim. Un score de 6,1 indique que les taux de faim en Tunisie sont faibles. Cependant, selon le Programme alimentaire mondial (PAM), « une économie stagnante, des taux de chômage élevés, des disparités régionales et la dépendance aux importations de céréales remettent en cause la capacité des plus vulnérables à assurer une alimentation appropriée et nutritive ». La Tunisie est confrontée à des « problèmes nutritionnels qui se chevauchent », tels que l’obésité et les carences en vitamines et minéraux. Le PAM estime qu’environ 28 % des femmes enceintes ou allaitantes et des enfants de moins de 5 ans souffrent d’anémie. En conséquence, une plus grande attention est nécessaire pour lutter contre la malnutrition en Tunisie.

Une dépendance aux importations

Un article de 2019 d’Aymen Amayed indique que « la Tunisie n’est pas autosuffisante en termes de production alimentaire : plus de 50[%]de la nourriture que le pays consomme est importée. Bien que l’importation de produits alimentaires permette à la Tunisie de répondre aux besoins alimentaires du pays, et même si le gouvernement accorde des subventions pour des produits alimentaires de base spécifiques, l’abordabilité reste un problème. Amayed explique que « parce que de nombreux intrants agricoles tels que les semences et les engrais sont importés, les aliments produits localement sont également soumis à la pression des prix et aux fluctuations liées aux taux de change et à d’autres incertitudes du commerce international ». En outre, la plantation de semences et d’arbres importés épuise les variétés locales de cultures.

Les phénomènes météorologiques extrêmes aggravent également la situation. Le document Tunisien Intended Nationally Determined Contribution (INDC) créé en 2015 prédit que les sécheresses réduiront la superficie des terres utilisées pour les cultures céréalières de 200 000 hectares et réduiront la superficie des terres pour l’arboriculture de 800 000 hectares d’ici 2030. Il y aura une diminution de 30% de « terres disponibles pour la production céréalière pluviale », entraînant une baisse du PIB du pays de 5 à 10 % d’ici 2030.

Impacts de la guerre russo-ukrainienne sur la malnutrition en Tunisie

En raison de la guerre en Ukraine, la dépendance alimentaire en Tunisie est devenue un problème majeur. Les impacts de la guerre en Ukraine sur le système alimentaire mondial ont des conséquences à long terme. Les problèmes actuels d’insécurité alimentaire en Tunisie trouvent leur origine dans « les politiques agricoles, économiques et sociales introduites par les gouvernements successifs depuis l’indépendance et qui sont directement liées aux systèmes alimentaires mondiaux », indique Arab Reform Initiative. Par exemple, au lieu de renforcer la production de céréales locales, le gouvernement tunisien a augmenté les importations de céréales.

Malgré les problèmes liés à la malnutrition en Tunisie, le PAM travaille pour aider le gouvernement à résoudre ces problèmes à travers le Plan stratégique national de la Tunisie (2022-2025). Le PAM aidera à renforcer et à étendre les programmes d’alimentation scolaire gérés par l’État dans le but d’atteindre 260 000 enfants tunisiens vulnérables.

Le gouvernement a reconnu l’importance des programmes d’alimentation scolaire dans l’amélioration des résultats en matière d’éducation, de nutrition et de développement ; par conséquent, en 2019, il a augmenté le budget du programme d’alimentation scolaire à 16 millions de dollars par an. En outre, le « PAM fournit une assistance technique pour la mise en place d’un système national de suivi de la sécurité alimentaire qui peut éclairer les efforts visant à rendre le système national de protection sociale et les filets de sécurité plus inclusifs et réactifs aux chocs ». Le plan stratégique vise à atteindre deux résultats principaux :

  1. Développer les opportunités économiques pour les groupes à risque dans les zones vulnérables afin d’accroître leur résilience aux chocs d’ici 2025.
  2. Améliorer la capacité des « institutions nationales en Tunisie » spécifiques à mettre en place des initiatives de « repas scolaires et de protection sociale inclusive réactive aux chocs » pour réduire l’insécurité alimentaire.

Grâce aux engagements de réforme continus du gouvernement tunisien, la faim en Tunisie peut diminuer.

– Olga Petrovska
Photo : Flickr

*

★★★★★