Lutter contre la malnutrition en Afrique subsaharienne par l'investissement

Lutter contre la malnutritionAu fil des années, la nutrition des Africains subsahariens s'est peu améliorée. En 2016, près de 222 millions de personnes souffrent d'une forme de sous-alimentation. La population devant exploser sous peu, ce chiffre a un potentiel dangereux d’augmentation. La lutte contre la malnutrition en Afrique subsaharienne rassemble des investisseurs, des gouvernements et des ONG dans des efforts pour lutter contre la malnutrition dans cette région.

Conséquences de la malnutrition

Pour les pays africains, les statistiques actuelles sur la malnutrition brossent un tableau sombre: presque tous les pays au sud du Sahara déclarent qu'au moins 10% des enfants souffrent d'insuffisance pondérale. Les problèmes causés par la malnutrition généraliséeindépendamment de l'âgesont apparents. Selon les statistiques de la Banque mondiale, les enfants souffrant de malnutrition apportent généralement beaucoup moins de valeur plus tard dans la vie, perdant en moyenne 10% de leurs gains potentiels à vie. De même, une mère souffrant de malnutrition peut concevoir un enfant déficient similaire avec des incapacités congénitales et un risque égal de faible productivité. S'il est simple de reconnaître la malnutrition comme une source d'autres problèmes régionaux, l'identification des causes sous-jacentes de la malnutrition s'est avérée plus compliquée.

Les causes complexes

La malnutrition n'est pas exclusivement causée par la dénutrition. Dans de nombreux cas, la faible variété des aliments disponibles entraîne des problèmes de développement chez les enfants, ce qui contribue à ceux mentionnés ci-dessus de mauvais résultats professionnels. La pauvreté de la région entraîne des écarts dans la distribution alimentaire des villes locales, les communautés devenant dépendantes des cultures de base comme les céréales tout en manquant de fruits, de viandes et d’autres aliments riches en nutriments. Les enquêtes rapportant que 39% des familles en Afrique subsaharienne souffrent d'un accès précaire à la nourriture, ces cultures céréalières sont le seul moyen pour de nombreuses familles d'éviter de dormir le ventre vide.

Ce manque de variété nutritionnelle découle principalement de la mauvaise qualité des infrastructures de la région. Sans routes appropriées, de nombreux agriculteurs ruraux ont du mal à mettre leurs récoltes sur le marché, ce qui rend le commerce des marchandises essentiel à une économie en marcheet une alimentation équilibréepresque impossible. Avec de meilleures conditions économiques et des routes simples, les citoyens pourraient avoir un accès crucial tant physiquement que financièrement à des aliments qu'ils ne pouvaient pas se permettre auparavant.

Le besoin d'investissements

L'insécurité alimentaire n'est pas le seul problème qui sévit en Afrique subsaharienne: avec diverses formes de pauvretéy compris la pauvreté fiscale, hydrique et énergétiqueexigeant également une attention particulière, il semble qu'un correctif pour un problème puisse également englober les autres problèmes. Heureusement, l'amélioration de l'infrastructure pour l'un de ces problèmes profite accessoirement aux autres.

La région a besoin d'investissements massifs pour des projets tels que des barrages, des ponts, des centrales électriques et notamment des routes. Les experts préconisent cet investissement pour plusieurs raisons: non seulement il aiderait à lutter contre la malnutrition, mais il représente également un investissement judicieux. Les spécialistes de l'investissement recommandent cette action, et les entreprises privées du Royaume-Uni ont constaté un meilleur retour sur investissement en Afrique que partout ailleurs dans le monde, selon l'Overseas Development Institute.

Un avenir qui vaut la peine de se battre

Heureusement, les dirigeants mondiaux actuels ont commencé à écouter ces conseils. Des organisations comme la Banque mondiale ont déjà organisé le cadre financier pour financer des projets ambitieux de lutte contre la malnutrition dans le monde. Avec un investissement chinois en Afrique totalisant près de 300 milliards de dollars entre 2005 et 2018, les pays d'Afrique subsaharienne commencent à recevoir les investissements étrangers nécessaires pour nourrir correctement leur population.

La lutte contre la malnutrition en Afrique subsaharienne n'est pas une mince affaire, mais la tendance actuelle à l'investissement est prometteuse pour l'avenir. Le Consortium pour les infrastructures d'Afrique a indiqué qu'entre 2013 et 2017, le financement annuel moyen pour le développement des infrastructures était de 77 milliards de dollars, soit le double de la moyenne de 2000 à 2006. Si les investissements se poursuivent, les améliorations alimentaires indispensables pourraient enfin devenir une réalité. Peut-être que dans les dix prochaines années, une variété d'aliments sera littéralement une promenade sur la route pour les familles africaines.

– Joe Clark
Photo: Flickr

*

★★★★★