Catégories
Solidarité et entraide

Lutte contre l’infestation par les insectes en Géorgie

Infestation d'insectes en Géorgie
L’année 2021 marque l’aboutissement d’un partenariat de cinq ans entre l’USAID et Ferrero pour mettre fin à une infestation de punaises nuisibles en Géorgie qui a endommagé plus de 60 millions de dollars de noisettes et d’autres cultures. Le coupable est la punaise brune, qui tire son nom des odeurs répugnantes qu’elle dégage. De plus, Ferrero a investi pour aider à améliorer la santé des fermes de noisettes. Les agriculteurs géorgiens locaux, le gouvernement de Géorgie, le département d’État américain, le département américain de l’Agriculture, l’USAID et Ferrero ont lancé le Georgia Hazelnut Improvement Project (G-HIP) pour lutter contre la dévastation des cultures et créer de futures mesures de prévention durables.

Les effets de l’infestation sur les agriculteurs

De nombreuses exploitations de noisettes touchées se trouvent en Abkhazie, une région frontalière contestée entre la Géorgie et la Russie. La région éloignée de l’ouest a une longue histoire de difficultés, et l’infestation de punaises a encore décimé une économie déjà vulnérable. Les punaises ont détruit plus de 80% des cultures de la région en 2018. Un agriculteur du National Geographic interrogé a déclaré: «C’est la troisième année que je n’ai pas de cultures. Je n’ai plus d’argent pour payer mes travailleurs. » Ainsi, de nombreux agriculteurs ont essayé des méthodes artisanales de lutte antiparasitaire, telles que la préparation de leurs propres pesticides, la construction de pièges et même la collecte manuelle des insectes individuels et leur combustion. Les gens craignent de devoir quitter leur domicile s’ils ne parviennent pas à maîtriser l’infestation.

Projet d’amélioration de la noisette de Géorgie (G-HIP)

L’industrie de la noisette est le seul moyen de subsistance de près de 50 000 personnes dans toute la Géorgie. La mission de G-HIP était de donner aux producteurs et aux transformateurs les ressources nécessaires pour mettre fin à l’infestation de punaises en Géorgie. Le projet a corrigé les faiblesses du contrôle de la qualité, les infrastructures, la technologie et le marketing obsolètes. En outre, cela a conduit à de meilleures analyses du sol, à des incitations à augmenter la qualité des noisettes et à une technologie pour améliorer la capacité de séchage et de stockage après récolte. Cultivating New Frontiers in Agriculture (CNFA), la Georgian Hazelnut Growers Association (GHGA) et la Hazelnut Exporters and Processors Association (HEPA) ont toutes collaboré pour mener à bien le projet.

Histoires de réussite de G-HIP

Une nouvelle installation de séchage, de décorticage et de stockage a ouvert en 2019 et a été un grand succès pour le projet. L’installation est située à Koki, un village de la région de Samegrelo, dans l’ouest de la Géorgie. Il fait 800 mètres carrés, sèche environ 1 000 tonnes de noisettes par an et emploie 17 personnes. Le rendement élevé que produira cette installation a le potentiel de générer jusqu’à 1,8 million de dollars de revenus. En outre, il soutiendra l’ensemble des 300 agriculteurs et leurs familles du village.

G-HIP a également acquis un leurre et un piège à tuer qui est moins toxique que les autres pesticides. L’entreprise américaine Trécé a produit le piège comme une option écologique. Environ 500 villages ont pu utiliser le piège pour couvrir 60 000 hectares. Heureusement, l’USAID et toutes les personnes impliquées dans le projet ont célébré leur succès avec le premier festival annuel de la noisette à l’automne 2020. Ces succès dans la lutte contre l’infestation d’insectes en Géorgie ont suscité de grands espoirs pour les années à venir. L’organisation espère avoir un rendement de 50 000 tonnes. C’est 30% de plus que la saison précédente pour la saison de croissance 2020-2021.

Prochaines étapes

En outre, le Département de l’agriculture des États-Unis (USDA) a travaillé avec l’Agence nationale géorgienne pour l’alimentation et le ministère de la Protection de l’environnement et de l’agriculture pour mettre en œuvre les normes internationales de lutte antiparasitaire. Cela permet de suivre les données importantes sur les ravageurs et rend également possible le respect des normes commerciales internationales. Le gouvernement géorgien a mis en place un groupe de travail appelé Comité national de pilotage phytosanitaire pour veiller au succès de la mise en œuvre des normes internationales de lutte antiparasitaire et élaborer de meilleures politiques concernant la santé des végétaux.

C’est la dernière année du G-HIP, mais ce n’est pas la fin du travail de l’USAID dans le secteur agricole géorgien. Début février 2021, la National Food Agency de Géorgie a lancé une toute nouvelle initiative appelée Plant Safety System Initiative. Cette initiative améliorera encore les travaux antérieurs de lutte antiparasitaire grâce à des mesures à l’échelle nationale et donnera aux agriculteurs géorgiens la possibilité d’obtenir des certificats internationalement reconnus. Ces certificats peuvent rendre les agriculteurs plus commercialisables au niveau international, ce qui conduit à davantage d’exportations. Une autre infestation de bogues en Géorgie devra faire face aux nombreuses nouvelles initiatives et politiques issues de la collaboration entre toutes ces organisations.

– Caitlin Harjes
Photo: Flickr

*