Lutte contre l’apatridie en Thaïlande | Le projet Borgen

Apatridie en Thaïlande
La Thaïlande compte l’une des plus grandes populations d’apatrides au monde avec près de 500 000 personnes enregistrées en 2020. Les ONG et les militants des droits de l’homme estiment que le nombre réel est beaucoup plus élevé, jusqu’à 2 millions. L’apatridie fait référence à ceux qui ne reconnaissent pas leur citoyenneté par aucun pays. Sans nationalité, les gens n’ont pas accès aux nécessités de base telles que les soins de santé, l’éducation et la sécurité sociale. Voici quelques informations sur l’apatridie en Thaïlande.

Pourquoi les gens sont-ils apatrides?

L’hétérogénéité culturelle et les régions frontalières accidentées de la Thaïlande ont depuis longtemps permis aux cultures autochtones de vivre en dehors du cadre moderne des États-nations. Certains groupes apatrides des régions frontalières de la Thaïlande ont activement évité de faire partie de l’État-nation thaïlandais. Ils sont restés séparés pour maintenir leurs propres coutumes culturelles uniques. Les pratiques discriminatoires à l’égard des minorités ethniques par les Thaïlandais de souche ont également joué un rôle dans l’apatridie en Thaïlande.

Les groupes ethniques tels que les Hmong, Akha, Karen et d’autres sont traditionnellement semi-nomades et vivent dans différentes nations d’Asie du Sud-Est. Ils ne s’identifient pas à une nation en particulier. Dans les temps modernes, les frontières se sont solidifiées. L’autonomie relative des cultures autochtones a largement existé à l’intérieur des frontières internationales. Pour les enfants autochtones nés à l’intérieur des frontières thaïlandaises, leur citoyenneté est liée à leurs parents. Ces parents manquent souvent de documents prouvant qu’ils sont techniquement nés en Thaïlande, ce qui rend les enfants apatrides.

Réfugiés et demandeurs d’asile

D’autres apatrides en Thaïlande sont des réfugiés d’États birmans juste de l’autre côté de la frontière. Ces réfugiés ont enduré des décennies de conflit armé contre le gouvernement central. Plus de 100 000 Karen, Karenni, Shan et d’autres groupes sont arrivés dans les années 80 et 90 dans les camps de réfugiés le long de la frontière thaïlandaise. Ils sont en grande partie restés dans ces camps en raison de l’instabilité à la maison et du refus du gouvernement thaïlandais d’accorder la citoyenneté. Ces réfugiés n’ont pas non plus la nationalité birmane dans de nombreux cas. Avec une instabilité politique et sociale accrue à la suite du récent coup d’État militaire de 2021, cette crise prolongée des réfugiés persistera probablement.

Il y a aussi des apatrides que d’autres connaissent sous le nom de Moken ou «Sea Gypsies» dans le sud de la Thaïlande, ainsi que des demandeurs d’asile originaires de dizaines de pays de la zone métropolitaine de Bangkok. Les autorités thaïlandaises peinent à formuler des stratégies claires sur la manière de traiter les demandes de citoyenneté pour les nombreuses situations existantes. Certains peuvent revendiquer une ascendance à l’intérieur des frontières thaïlandaises modernes qui remontent à des centaines d’années. D’autres sont des arrivées plus récentes et ont besoin d’une assistance en matière de droits de l’homme.

Facteurs de risque d’apatridie en Thaïlande

Il existe d’innombrables défis pour les apatrides en Thaïlande. Sans la nationalité thaïlandaise, les apatrides ne peuvent pas voyager librement à travers les frontières internationales. En conséquence, ils craignent d’être détenus et arrêtés lors de leurs déplacements en Thaïlande. Il existe également des obstacles à l’accès à des emplois légitimes. Cela expose certaines personnes au risque de devenir victimes de la traite des êtres humains en essayant d’accéder à des moyens de subsistance décents.

Pour les jeunes, le manque d’une éducation décente est une préoccupation majeure. Le gouvernement thaïlandais a fait un effort pour éduquer tous les enfants à l’intérieur de ses frontières, mais les étudiants apatrides ne sont pas en mesure d’accéder aux bourses d’études supérieures. Le manque d’accès à des soins de santé décents et à une représentation juridique sont d’autres obstacles auxquels sont confrontés les apatrides.

Solutions

Depuis 2016, la Thaïlande a rejoint l’un des objectifs centraux du HCR pour mettre fin à l’apatridie dans le monde d’ici 2024 dans sa campagne #IBelong. Le pays a déployé de grands efforts pour reconfigurer les lois sur la citoyenneté afin de permettre à des dizaines de milliers de personnes d’accéder à la citoyenneté thaïlandaise ces dernières années. Avant de rejoindre la campagne #IBelong, la Thaïlande avait assoupli les restrictions de citoyenneté en 2008 avec son amendement à la loi sur la nationalité thaïlandaise. Bien que la mise en œuvre ait été lente, le traitement des demandes de citoyenneté s’est accéléré avec l’aide du HCR.

Des événements très médiatisés ont révélé le sort des apatrides, notamment le Thai Cave Rescue en 2018, dans lequel plusieurs des membres de l’équipe de football secourus et leur entraîneur étaient apatrides à l’époque. Le gouvernement thaïlandais a rationalisé ses procédures de citoyenneté peu de temps après l’opération de sauvetage. Les joueurs et leur entraîneur n’avaient auparavant pas été en mesure de se déplacer librement pour jouer à des matchs en dehors de leur région.

Augmentation de la sensibilisation

Alors que le grand nombre d’apatrides en Thaïlande peut rendre la date limite de 2024 pour mettre fin à l’apatridie difficile à atteindre, il y a une prise de conscience plus générale du problème. Cela laisse espérer l’octroi de la citoyenneté à un grand nombre de cette population. Une grande partie de la population apatride récente est due au conflit au Myanmar, et d’autres devraient féliciter la Thaïlande d’avoir permis aux réfugiés de rester dans une relative sécurité à l’intérieur de ses frontières.

Matthew Brown
Photo: Flickr

*

★★★★★