Lutte contre la tuberculose au Botswana | Le projet Borgen

Tuberculose au BotswanaLe Botswana est un pays d'Afrique australe avec un peu plus de 2 millions d'habitants vivant à l'intérieur de ses frontières. Chaque Batswana vit avec la menace de la tuberculose, une maladie infectieuse qui reste l'une des 10 principales causes de décès sur le continent africain. La tuberculose a un taux de mortalité mondial de 50% pour tous les cas confirmés. Il est essentiel d’investir dans les traitements et les programmes de prévention de la tuberculose. Le Botswana a l'un des taux d'infection tuberculeuse les plus élevés au monde avec environ 300 cas confirmés pour 100 000 habitants, selon les CDC. Le traitement préventif et communautaire est prometteur dans la lutte contre la tuberculose au Botswana.

Traiter la tuberculose au Botswana

Le traitement de la tuberculose guérit les patients en éliminant la présence de bactéries infectieuses dans les poumons. La première phase de traitement dure deux mois. Il faut au moins quatre médicaments distincts pour éliminer la majorité des bactéries. Les agents de santé administrent une deuxième phase de traitement plus courte pour minimiser la possibilité de bactéries résiduelles dans les poumons.

L'identification précoce de la tuberculose est une étape cruciale dans le processus de traitement et réduit considérablement le risque de décès du patient, selon le ministère de la Santé. Les méthodes de traitement préventif sont vitales car elles inhibent le développement de l'infection tuberculeuse. Ils réduisent également considérablement le risque de décès des patients.

Les agents de santé détectent la tuberculose grâce à un examen bactériologique dans un laboratoire médical. Les National Institutes of Health des États-Unis estiment qu'un seul traitement coûte 258 dollars dans des pays comme le Botswana.

Impliquer la communauté

Le Ministère de la santé du Botswana a créé le Programme national de lutte contre la tuberculose (BNTP) en 1975 pour lutter contre la transmission de la tuberculose. Le BNTP mène actuellement cette mission à travers une approche de soins à base communautaire qui dépasse le cadre hospitalier. Bien que 85% des Batswana vivent à moins de cinq kilomètres d'un établissement de santé, il est de plus en plus difficile pour les patients de se déplacer pour un traitement quotidien contre la tuberculose. Cela est dû au manque d'options de transport dans une grande partie du pays.

L'implication de la communauté nécessite la formation et la coordination continue de volontaires dans les communautés de tout le pays pour fournir un soutien au traitement de la tuberculose. Les soins à base communautaire améliorent également l'observance et les résultats du traitement grâce à un traitement abordable et faisable.

La mise en œuvre de stratégies telles que les soins communautaires combat la tuberculose. Par exemple, il mobilise les membres de la communauté pour fournir un traitement aux patients tuberculeux. La participation des membres de la communauté a également une conséquence involontaire mais utile. Par exemple, la participation communautaire aide à réduire les stigmates entourant la maladie et révèle la prévalence alarmante de la tuberculose au Botswana.

Une deuxième menace

Outre la tuberculose, l'épidémie de VIH en Afrique a eu un impact majeur sur la population du Botswana, avec 20,3% des adultes vivant actuellement avec le virus. Les patients séropositifs courent un risque élevé de développer la tuberculose en raison d'une diminution significative de l'immunité des cellules corporelles.

La prévalence du VIH contribue aux taux élevés de la maladie. Le niveau de co-infection VIH et tuberculose au Botswana est d'environ 61%. Partenariats africains globaux contre le VIH / SIDA (ACHAP), une organisation de développement sanitaire à but non lucratif, fournit des programmes de soins et de prévention contre la tuberculose / VIH dans 16 des 17 districts du pays dans le cadre de ses efforts pour éradiquer la maladie.

Combattre la tuberculose à l'échelle mondiale

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) espère réduire considérablement le pourcentage mondial de décès et d'incidents dus à la tuberculose grâce à la stratégie End TB adoptée en 2014. L'effort se concentre sur le traitement préventif, la réduction de la pauvreté et la recherche pour lutter contre la tuberculose au Botswana, visant à réduire la taux d'infection de 90% en 2035. L'OMS prévoit de réduire le fardeau économique de la tuberculose et d'améliorer l'accès aux services de soins de santé. En outre, il prévoit de lutter contre d'autres risques sanitaires liés à la pauvreté. Les populations à faible revenu sont plus à risque de transmission de la tuberculose pour plusieurs raisons, notamment:

  • Mauvaise ventilation
  • Sous nutrition
  • Conditions de travail inadéquates
  • Pollution de l'air intérieure
  • Manque d'assainissement

L'OMS souligne l'importance du soutien mondial dans son rapport sur la stratégie pour mettre fin à la tuberculose en déclarant que «la coordination mondiale est… essentielle pour mobiliser des ressources pour les soins et la prévention de la tuberculose à partir de diverses sources multilatérales, bilatérales et nationales.»

– Madeline Zuzevich
Photo: Flickr

*

★★★★★