Lutte contre la pollution plastique aux Maldives

Pollution plastique aux MaldivesLa nation insulaire des Maldives est célèbre pour ses eaux cristallines et ses récifs coralliens dynamiques. Cependant, la pollution plastique endémique menace ces caractéristiques essentielles des Maldives. Un groupe de femmes travaille cependant à modifier cette trajectoire en réduisant la pollution plastique aux Maldives.

Une nation insulaire

Les Maldives, une nation composée de 185 îles, sont intimement liées à l’océan qui les entoure. Les plages et les océans constituent l’épine dorsale du secteur touristique des Maldives. Le tourisme étant le principal moteur de la croissance économique et des bénéfices des entreprises aux Maldives, le bien-être de l’industrie touristique maldivienne est directement lié au bien-être de l’économie maldivienne.

En plus d’être vital pour la popularité du tourisme maldivien, l’océan alimente l’industrie de la pêche aux Maldives. Parmi les ménages pauvres des Maldives, 26% vivent de la pêche et à l’échelle nationale, 11% des Maldiviens trouvent leur emploi dans la pêche.

Pollution plastique aux Maldives

Cependant, la pollution plastique croissante aux Maldives menace à la fois les industries du tourisme et de la pêche. La Banque mondiale estime que les Maldives produisent 365 000 tonnes de déchets solides par an, la majeure partie de ces déchets étant générée par les îles de villégiature. En raison de la pollution plastique, le plastique s’est échoué sur les plages des Maldives et a détruit les récifs coralliens. Ces plages et ces récifs coralliens sont fondamentaux pour les industries du tourisme et de la pêche aux Maldives. Alors que la pollution plastique menace d’endommager les plages et les récifs des Maldives, elle menace de paralyser deux des industries les plus vitales pour l’économie maldivienne.

Les déchets plastiques mettent également en danger la santé des personnes vivant ou visitant les Maldives. Les Maldives manquent de ressources suffisantes pour faire face au volume de déchets là-bas, les gens brûlant une grande partie des déchets plastiques ou les jetant dans la mer. Lorsque le plastique brûle, il libère des gaz toxiques et cancérigènes, ce qui constitue une menace pour la santé des Maldiviens qui respirent l’air pollué.

La société coopérative d’artisanat authentique des Maldives

Les Maldiviens ont été tout sauf complaisants face au problème de la pollution plastique. Un groupe qui s’attaque au problème est la Maldives Authentic Crafts Cooperative Society (MACCS). MACCS a commencé son voyage en 2011 avec l’intention initiale de préserver les pratiques artistiques traditionnelles. Après avoir été témoin du déclin de la pratique des formes d’art traditionnelles alors que les versions contrefaites importées gagnaient en popularité parmi les touristes, un groupe de 10 femmes a créé MACCS dans le but de faire revivre les formes d’art traditionnelles.

L’un de ses premiers projets a été de revitaliser des marais où pousse le roseau, herbe utilisée pour le tissage traditionnel des nattes. Voyant le lien étroit entre les formes d’art traditionnelles maldiviennes et l’environnement de la nation insulaire, MACCS a décidé d’élargir son champ d’action pour englober la protection des atouts naturels des Maldives, ainsi que ses formes d’art culturelles.

En 2021, MACCS a travaillé en partenariat avec la Banque mondiale et d’autres organisations maldiviennes pour éduquer les ménages sur la manière d’améliorer le tri des déchets et de réduire la production de déchets. Dans le cadre du projet, MACCS a travaillé avec les habitants de 20 îles pour améliorer leurs approches de gestion des déchets et détourner la pollution plastique de l’océan.

Pour s’attaquer à l’origine de la pollution plastique des Maldives, MACCS s’est efforcé de réduire l’utilisation de sacs d’épicerie en plastique. Avec le soutien du PNUD, MACCS a achevé un projet pilote en juin 2022. Pour le projet pilote, les participants pouvaient scanner une puce sur leur sac réutilisable à chaque fois qu’ils utilisaient le sac. Lorsque les participants scannaient la puce, ils gagnaient des points qu’ils pouvaient économiser pour recevoir des récompenses afin d’encourager l’utilisation de sacs réutilisables. Le projet pilote a commencé avec 500 sacs, mais MACCS espère se développer à l’avenir et poursuivre ses efforts pour réduire la pollution plastique aux Maldives.

–Anna Inghram
Photo : Flickr

*

★★★★★