Lutte contre la pauvreté liée au jeu dans le monde entier

Jouer à la pauvretéLe poète chilien Pablo Neruda a dit un jour qu' »un enfant qui ne joue pas n’est pas un enfant ». Le jeu, tel que défini par le Forum économique mondial, est «la liberté pour les enfants de s’engager et d’apprendre du monde qui les entoure». Cependant, pour des millions d’enfants pauvres, le jeu est « un luxe insaisissable ». La « pauvreté du jeu » est un terme décrivant cette rareté du jeu chez les enfants défavorisés sur le plan socio-économique.

Avec l’augmentation des recherches sur les avantages du jeu sur le développement et la performance de l’enfant, la « pauvreté du jeu » est devenue le centre d’intérêt de plusieurs ONG et organisations bien connues, telles que la FIFA.

Le pouvoir du jeu

Le Forum économique mondial déclare que « le jeu est le moteur du développement de l’enfant ». Les psychologues pensent que le jeu est crucial pour le développement du cerveau. Plus précisément, le jeu « favorise les connexions entre les cellules nerveuses, aide à développer la motricité et la coordination » et entraîne le cerveau à prendre des décisions éclairées dès le plus jeune âge. En conséquence, le cerveau développe «l’intelligence cognitive, émotionnelle et sociale» sur laquelle les adultes comptent.

Dans les régions pauvres, de nombreux enfants sont contraints de renoncer à leur éducation pour travailler ou s’occuper de leur famille. Dans les régions les plus sujettes aux faibles taux de scolarisation et aux dures réalités de la vie, « le temps de jeu est souvent remplacé par les tâches et les responsabilités qui sont si familières aux enfants qui grandissent dans la pauvreté ». Selon Right to Play, une ONG visant à autonomiser les enfants vulnérables, le jeu aide les enfants à rester à l’école tout en les protégeant de l’exploitation et en améliorant leur avenir. De plus, le jeu aide les enfants à échapper à « leur dure réalité » de pauvreté, de guerre et de catastrophes naturelles.

Efforts actuels de la FIFA et d’Adidas

Adidas, la FIFA et le FIFA Fan Movement, une organisation reliant la FIFA et le peuple, ont collaboré pour donner des dons de ballons à des ONG luttant pour le bien social. La pandémie a laissé des milliers de ballons de football inutilisés ; Dans un souci de durabilité, le Mouvement des supporters de la FIFA a nommé 34 ONG dans le monde et neuf ont été sélectionnées. La FIFA estime que leur don aidera à soutenir « le sport en tant qu’outil pour développer des compétences de vie telles que le travail d’équipe, la communication, le travail acharné, la discipline et un exutoire sain de l’activité physique ».

Étude de cas : Tanzanie

En Tanzanie, malgré l’absence de frais de scolarité depuis 2015 du premier au secondaire, environ 2 millions d’enfants de moins de 13 ans ne sont actuellement pas inscrits ou ne fréquentent pas l’école. Environ 70 % des enfants tanzaniens âgés de 14 à 17 ans ne sont pas inscrits dans l’enseignement secondaire. Sans surprise, l’UNICEF a constaté que « les enfants en âge d’aller à l’école primaire issus des familles les plus pauvres sont trois fois moins susceptibles d’aller à l’école que ceux des ménages les plus riches ». Les enfants ne sont pas non scolarisés en raison des charges financières de l’éducation, elle est partiellement gratuite. La raison en est que les parents tanzaniens comptent souvent sur leurs enfants pour être une source supplémentaire de revenus ou de tutelle. Malheureusement, cela place souvent les enfants dans des positions vulnérables telles que le travail dans des conditions dangereuses ou le mariage précoce. En fait, 2 filles tanzaniennes sur 5 se marient avant l’âge de 18 ans.

Jambo pour le développement

Heureusement, Jambo for Development, une ONG basée en Tanzanie, est l’une des neuf organisations à avoir reçu 108 ballons de football de la FIFA. La mission de l’ONG, qui a une longue histoire de soutien de la FIFA, est de permettre à tous les enfants d’avoir une chance égale de réaliser leurs rêves. Avec l’aide de la FIFA, Jambo for Development a de bonnes chances de réaliser les rêves de certains enfants tanzaniens, car ils seront dotés « des compétences et des outils nécessaires pour aborder et adopter les nouvelles réalités de demain ».

– Lena Maassen
Photo : Flickr

*

★★★★★