Logement intelligent, mode de vie durable – Habitat for Humanity FR

La province de Siem Reap au Cambodge est composée de 12 districts comprenant environ 190 106 familles, ce qui correspond à environ 946 656 personnes. 16% vivent dans des maisons au toit de chaume qui sont soit gravement endommagées et délabrées, soit faites de débris. La maison est le centre de la vie et vivre dans de telles conditions affecte d’autres besoins fondamentaux de survie : 47% n’ont pas accès à l’eau potable et 56% n’ont pas accès à des toilettes. La scolarisation est un autre aspect intégral de la vie touchée par une telle pauvreté : sur les 2,8 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté au Cambodge (avec moins de 1,25 dollar américain par jour), un enfant termine en moyenne 3,3 années d’éducation.

Construire des maisons et des écoles intelligentes face au climat grâce à RESMAR :

La mission d’Habitat pour l’humanité est de «[bring] les gens ensemble pour construire des maisons, des communautés et de l’espoir. Un projet engagé à faire exactement cela est : « Améliorer la vie des familles et des enfants grâce à des maisons et des écoles résilientes et intelligentes face au climat à Siem Reap, au Cambodge » ou « RESMAR ».

En à peine 12 mois, malgré la pandémie de COVID-19, Habitat Cambodge a construit cinq maisons intelligentes face au climat qui sont devenues des maisons pour 23 personnes qui composent les cinq familles, dont 11 femmes. En étant plus résilientes face aux catastrophes naturelles de la région, principalement les inondations et les sécheresses, ces logements assurent non seulement la sécurité de leurs habitants, mais leur garantissent également des sources de revenus plus fiables.

Pour entendre parler des effets du projet RESMAR au Cambodge, directement de ses bénéficiaires, regardez la vidéo ci-dessus.

Études de cas:

Sur la photo ci-dessus : Vouch Dy et sa famille

Habitat Cambodge a également assuré la pérennité et la pérennité des effets du RESMAR en dispensant des formations sur l’utilisation et l’entretien d’habitat et d’agriculture climato-intelligents en fonction des besoins de chaque individu. Une bénéficiaire du projet, Vouch Dy, a exprimé sa joie en disant :

« En plus d’avoir une nouvelle maison où vivre, mes revenus ont augmenté d’environ 50 USD par mois grâce aux activités agricoles autour de la maison, comme la culture de légumes et l’élevage d’animaux. »

Cela permet à des familles comme Vouch Dy’s de maintenir les meilleures conditions de vie offertes par Habitat et de s’assurer que les enfants peuvent aller à l’école et avoir un endroit pour étudier à la maison.

Une session de formation communautaire sur l’agriculture intelligente face au climat

En plus d’améliorer les conditions de vie des cinq familles, Habitat Cambodge a également rénové deux écoles primaires, Hun Sen Svaychek et Vatslat Romchey. Sothea, une enseignante de l’école primaire Hun Sen Svaychek, a déclaré : « C’était un défi pour moi d’enseigner aux élèves sous la pluie. Comme le toit de la classe fuyait, j’ai dû déplacer les élèves pour partager l’espace avec d’autres élèves ; ils ne peuvent pas se concentrer sur la leçon pendant que j’enseignais. Avec les rénovations cependant, elle a ajouté que «à présent, [her] les élèves se sentent bien, surtout qu’ils n’ont plus besoin de partager l’espace avec les autres »

« Ensuite, nous avons été en mesure de fournir une formation à l’échelle de la communauté grâce à eux, qui comprenait une formation sur l’agriculture et l’assainissement en milieu scolaire, intelligents face au climat, l’hygiène et la sécurité. Un enseignant de l’école primaire Vatslat Romchey Sreypoch, a attesté des bienfaits de ces formations :

« J’ai eu une nouvelle expérience pour planter des légumes et partager avec mes élèves pendant la classe et d’autres enseignants… Le jardinage a permis d’améliorer la nutrition des élèves en appliquant des cultures à l’école et à la maison sur la base des formations techniques dispensées.

En mettant en œuvre ces sessions de formation dans les écoles primaires, Habitat Cambodge vise à inculquer des pratiques agricoles et d’hygiène dès le plus jeune âge, et nous espérons qu’elles continueront à se propager à travers les familles et les générations.

Le projet RESMAR est dédié à l’amélioration de la vie des familles cambodgiennes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté et luttent pour s’en sortir. Il leur donne une maison et un chemin vers une vie meilleure, pour eux et les générations futures.

Poeurn Thul et Bon

Poeurn Thul et Bon devant leur ancienne maison

Dans le village de Ta Trav, à 34 kilomètres de la ville de Siem Reap, se dressait une maison délabrée avec des murs de chaume fissurés, un plafond en zinc qui fuyait et presque aucune porte. Cette maison appartenait à Poeurn Thul, 28 ans, son mari, Bon, 34 ans et leur fille de 10 ans.

Bon travaillait dans la ville de Phnom Penh dans la construction, tandis que Poeurn restait à la maison pour s’occuper de leur fille et essayait également de gagner l’argent qu’elle pouvait grâce au tissage de paniers. Ensemble, Poeurn et Bon avaient un revenu commun d’environ 146 dollars américains par mois, dont la plupart servaient à rembourser un prêt bancaire de 595 dollars américains, qu’ils utilisaient pour acheter une moto afin que Bon puisse se rendre en ville pour travailler. .

La pandémie de COVID-19 a cependant accru les difficultés vécues par Poeurn et sa famille :

« Mon mari a perdu l’emploi qu’il avait à proximité de notre maison à cause de la pandémie de Covid-19 et il doit chercher un emploi dans la ville de Siem Reap pour subvenir aux besoins de notre famille et payer le prêt pendant cette période, je viens d’accoucher mon deuxième fils, mais malheureusement, il est décédé à l’âge d’un mois. Dans ces circonstances, j’ai vraiment besoin de mon mari à la maison.

Un entrepreneur du Projet RESMAR prenant l’évaluation de l’ancienne maison

Avant d’effectuer des changements physiques, Habitat Cambodge a envoyé un superviseur de construction pour évaluer les besoins et les conditions de vie de la famille. Le projet RESMAR ne souscrit pas à des solutions « taille unique » ; le contexte spécifique de chaque famille adapte le résultat. Malgré la pandémie la maison de Poeurn a été achevée en septembre 2020.

Poeurn était «ravi de recevoir ce nouveau soutien à domicile; il offre des espaces confortables pour [her] fille pour étudier et jouer. Sa nouvelle maison était équipée d’électricité, ainsi que d’un réservoir d’eau qui alimentait en eau les nouvelles toilettes et le champ agricole autour de la maison.

« Ces soutiens me donnent de l’espoir et des opportunités de sortir de l’état de pauvreté extrême.

Poeurn devant sa nouvelle maison

Outre les nouvelles améliorations tangibles apportées au logement et à l’agriculture, Poeurn et sa famille ont reçu une formation sur le maintien d’une agriculture et d’un logement intelligents face au climat, notamment l’eau, l’hygiène, l’assainissement, la littératie financière et l’entretien de la maison. On leur a appris à récolter les bénéfices de leurs terres de manière efficace et durable pour augmenter leurs revenus et, par extension, leur qualité de vie.

Poeurn « sait maintenant comment préparer la terre, faire du compost d’engrais et planter des légumes correctement, en particulier le concept de climat intelligent. [She is] engagé à cultiver des légumes toute l’année sur la base des conseils techniques et de la formation [she] a reçu. »

Elle a ajouté, « malgré la pandémie de Covid-19, nous pouvions encore gagner 250 dollars par mois grâce au travail de mon mari, y compris mon travail de confection de paniers et de vente de légumes à mes voisins. Nous n’avons pas besoin de l’acheter sur le marché.

Poeurn participe à une agriculture familiale intelligente face au climat

Poeurn et sa famille se sont engagés à utiliser les compétences et les installations qu’Habitat pour l’humanité leur a fournies pour assurer l’amélioration de leur vie et de celle de leur enfant. Leur bien-être est la mesure du succès d’Habitat pour le projet RESMAR.

Sea Soktheara et ses enfants

Non loin de Thul et Bon, vit Sea Soktheara. Elle est le principal soutien de famille de sa famille de quatre personnes. Grâce à son travail de femme de ménage, elle est en mesure de gagner un revenu mensuel d’environ 100 dollars américains. Cela ne suffit pas à assurer leur vie ou leur bien-être, encore moins l’entretien de leur maison. Il est composé de murs mal couverts de chaume et d’un plafond en zinc qui fuit lorsqu’il pleut. En raison de son insuffisance, les quatre d’entre eux ont été contraints de déménager dans une seule pièce partagée dans la maison de sa mère.

Habitat Cambodge a relevé ce défi en fournissant à Sea et à sa famille non seulement de nouveaux logements intelligents face au climat, équipés de raccordements à l’eau et à l’électricité, mais également une agriculture et une formation adaptées au climat et à domicile. Elle exprime le changement dans sa situation :

« Après avoir rejoint la formation sur l’agriculture intelligente face au climat, je suis confiant de pouvoir le faire moi-même à la maison. C’est différent de ce que je faisais avant, et cela produit plus de résultats, que je pourrais utiliser pour ma consommation familiale et vendre à mon voisin. Je peux même économiser de l’argent en vendant et en achetant des légumes pour aider mes enfants à aller à l’école.

Sea Soktheara et deux de ses enfants dans leur nouvelle maison

Indéniablement, la pandémie de COVID-19 a entraîné des complications dans la vie de femmes comme Sea, notamment en ce qui concerne ses revenus. C’est pourquoi la réduction des coûts de l’alimentation, grâce à l’autosuffisance et à l’agriculture à domicile, a été si bénéfique. Sea a également commencé à élever des poulets, améliorant encore ses revenus ainsi que la nutrition de sa famille.

Sea participe à une agriculture intelligente face au climat et nourrit ses poulets

Habitat Cambodge a équipé Sea des outils et de l’assistance dont elle avait besoin pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille.

*

★★★★★