Catégories
Solidarité et entraide

L’itinérance des enfants au Cameroun | Le projet Borgen

Le sans-abrisme des enfants au Cameroun
Une violente crise civile liée au séparatisme régional, connue sous le nom de crise anglophone ou guerre civile camerounaise, a décimé la nation centrafricaine du Cameroun depuis 2017. L’une des conséquences les plus décourageantes du conflit est le nombre extrême d’enfants sans abri. En 2019, le Cameroun comptait plus de 900000 personnes déplacées à l’intérieur du pays, dont 51% étaient des enfants. Le sans-abrisme des enfants au Cameroun est un problème grave depuis de nombreuses années, mais le gouvernement a redoublé d’efforts pour lutter contre la pénurie de logements et les déplacements de population.

Enfants des rues

Les «enfants des rues» sans abri ou logés de manière temporaire sont un problème croissant dans les centres urbains de nombreux pays en développement. Au Cameroun, où environ 37,5% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, les enfants des rues sont une préoccupation humanitaire majeure depuis des années. L’escalade de la crise anglophone a entraîné une augmentation significative du nombre d’enfants qui se débrouillent seuls dans les rues des villes camerounaises. Au cours des 10 dernières années, le nombre d’enfants des rues est passé d’environ 1 000 à plus de 10 000.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université du Kwa Zulu-Natal a révélé que la plupart des enfants des rues au Cameroun vivent avec moins de 0,85 USD par jour. De nombreux enfants des rues dépendent de la mendicité, de la consommation de drogues et du commerce du sexe pour survivre à leurs conditions difficiles. Moins de 1% des enfants des rues interrogés par les chercheurs considèrent que l’attitude du public à leur égard est favorable. Ces enfants sont dangereusement vulnérables, en particulier dans les zones de guerre active. La dévastation induite par les conflits est l’une des causes les plus importantes du sans-abrisme des enfants au Cameroun.

Impact du COVID-19

La pandémie du COVID-19 a frappé le Cameroun, aggravant les conditions de vie de tous les citoyens, mais frappant particulièrement durement les enfants des rues. Les centres urbains sont moins sanitaires et plus nocifs que jamais, ce que les sans-abri et les mal-logés ressentent le plus vivement. Plus de 40000 cas confirmés de COVID-19 sont survenus au Cameroun et plus de 600 décès.

De plus, la pandémie COVID-19 pourrait avoir exacerbé les pires impacts de la crise anglophone. Alors que la crise sanitaire mondiale distrait la communauté internationale, les groupes séparatistes militaires et armés ont multiplié les actes de violence contre les civils. Ce comportement met directement en danger les civils, mais amène également de nombreuses personnes à fuir leur domicile par crainte pour leur sécurité, augmentant considérablement le nombre de sans-abri au Cameroun. Cette flambée de personnes déplacées étire également encore plus les ressources déjà maigres du Cameroun, aggravant les conditions de ceux qui sont déjà sans abri.

Bien que la pandémie ait accru l’instabilité des conditions de vie des personnes dans la rue, elle a également incité le gouvernement camerounais à héberger les enfants des rues, accélérant les plans existants pour fournir un logement à ceux que la violence ou la pauvreté ont déplacés.

Initiatives pour loger les enfants des rues

Le ministère camerounais des Affaires sociales travaille en partenariat avec le ministère de la Santé pour héberger et soutenir des milliers d’enfants des rues tout en les dépistant pour le COVID-19 dans le processus. Il a commencé à nettoyer les rues en avril 2020, avec des plans pour trouver un logement pour 3000 enfants des rues dans un proche avenir.

Les enfants retourneront dans leur famille ou entreront dans des programmes de logement ou de formation professionnelle pour développer des compétences comme la cuisine et la couture. Indépendamment de leurs spécificités, ce programme offrira abri, sécurité et opportunités à des milliers d’enfants des rues. Cette initiative accueillera non seulement des enfants déplacés ou abandonnés, mais également des orphelins et des enfants qui demandent l’asile dans les pays voisins.

Street Child, une organisation caritative britannique, travaille également au Cameroun pour aider à fournir protection et éducation aux enfants sans-abri. L’organisation a vu le jour en 2008 et opère en partenariat avec des organisations locales dans des zones où les taux de sans-abri des enfants sont élevés pour rendre l’éducation plus accessible. Street Child a aidé plus de 330 000 enfants à aller à l’école. À présent, l’initiative travaille avec des organisations locales et le gouvernement camerounais pour aider à fournir des secours contre le COVID-19 et développer des programmes spécifiques pour améliorer le bien-être des enfants directement touchés par le conflit. Street Child se concentre sur l’élargissement de l’accès à l’éducation et l’atténuation des symptômes du sans-abrisme des enfants au Cameroun.

– Samantha Silveira
Photo: Flickr

*