L’introduction des logements imprimés en 3D au Zimbabwe

Logement imprimé en 3D au ZimbabweLa mise à jour économique 2021 du Zimbabwe de la Banque mondiale rapporte que l’extrême pauvreté au Zimbabwe a atteint près de 50 % en 2020. L’apparition de la pandémie de COVID-19 elle-même a poussé 1,3 million de personnes dans l’extrême pauvreté en raison de la flambée des taux de chômage et des baisses de revenus. Les taux de pauvreté associés à des prix du logement très gonflés font qu’il est extrêmement difficile pour des centaines de milliers de familles de s’offrir une maison, poussant beaucoup d’entre elles vers des situations de vie dans des bidonvilles. Cependant, les logements imprimés en 3D au Zimbabwe peuvent constituer une solution potentielle.

Pénurie de logements au Zimbabwe

En 2005, le gouvernement du Zimbabwe a nettoyé les bidonvilles du pays, laissant 700 000 personnes sans abri. Cet effort pour lutter contre la vie dans les bidonvilles a plongé le pays dans une crise du logement qui persistera pendant des décennies. Avec une liste d’attente gouvernementale de 1,25 million de ménages en 2015, l’histoire de la pénurie de logements au Zimbabwe continue de s’aggraver alors qu’une plus grande partie de la population tombe en dessous du seuil de pauvreté.

Au Zimbabwe, des fonctionnaires corrompus vendent des permis de logement à des coopératives d’habitation à des taux extrêmement bas. Les coopératives construisent ensuite les maisons et les vendent aux Zimbabwéens sans abri à des prix scandaleusement gonflés. Les acheteurs remboursent les maisons pendant au moins 14 ans avant même de recevoir le titre de propriété. Ces fonctionnaires corrompus qui s’associent à des coopératives de logement escroquent souvent des civils sans abri par désespoir d’obtenir un logement de base. En tant que 23e pays le plus corrompu au monde, sans tiers pour intervenir dans cette crise, les responsables peuvent continuer à exploiter les populations zimbabwéennes appauvries.

Le projet de logements 3D de Lafarge Cement

Lafarge Cement Zimbabwe est une filiale de LafargeHolcim, un fabricant suisse de matériaux de construction. L’entreprise espère changer l’avenir du logement abordable au Zimbabwe. En utilisant la technologie d’impression 3D, le projet initial de Lafarge Cement prévoit d’imprimer les 10 premières maisons en 3D au Zimbabwe « dans le cadre du projet de logements abordables » en 2022. Une joint-venture entre LafargeHolcim et le groupe CDC au Royaume-Uni, 14Trees, a créé le béton 3D technologie d’impression pour le projet.

Avec cette nouvelle technologie de construction, la construction de maisons et d’écoles au Zimbabwe prendra une fraction du temps par rapport aux efforts de construction traditionnels. Alors que les méthodes de construction traditionnelles nécessitent un minimum de quatre jours pour terminer une maison, Lafarge peut imprimer ces maisons en 3D en aussi peu que 12 heures, une école prenant un peu plus de temps à 18 heures. La technologie peut également réduire les coûts de construction de 10 à 20 %.

Cette solution de logement est particulièrement intéressante car elle offre une option beaucoup plus abordable par rapport aux maisons du marché du logement existant. Commençant à environ 30 000 $ pour une maison « dans une zone à densité moyenne » et montant en flèche jusqu’à 80 000 $, pour de nombreuses familles à faible revenu, l’accession à la propriété conventionnelle est hors de portée. Cependant, les logements imprimés en 3D au Zimbabwe offrent aux communautés à faible revenu une option de logement abordable à partir de 10 000 dollars.

L’avenir est l’impression 3D

Suite au succès de l’impression de maisons et d’écoles au Malawi, l’introduction de logements imprimés en 3D au Zimbabwe a le potentiel de transformer le paysage immobilier du pays. Lafarge Cement Zimbabwe n’a pas l’intention d’arrêter la fabrication de logements 3D abordables au Zimbabwe et dans toute l’Afrique jusqu’à ce que la pénurie de logements reste un problème du passé.

En avril 2021, la société a lancé une nouvelle usine de mortiers secs au Zimbabwe d’une valeur de 2,8 millions de dollars, ce qui devrait augmenter considérablement les capacités de fabrication. Ce type d’investissement dans la société zimbabwéenne suggère que l’héritage de Lafarge continuera de croître, aidant les communautés à faibles revenus avec des logements abordables imprimés en 3D au Zimbabwe et apportant une solution de logement indispensable aux marchés du logement du Zimbabwe.

– Hannah Eliason
Photo : Flickr

*

★★★★★