L’impact du COVID-19 sur la Tunisie – Le projet Borgen

L'impact du COVID-19 sur la Tunisie
En mars 2020, la Tunisie, un pays situé dans la région du Maghreb en Afrique du Nord, est entrée en confinement comme le reste du monde en raison de la propagation du Coronavirus. Le confinement a eu un impact sur l’économie, l’emploi, les ménages et l’agriculture de la Tunisie. Le gouvernement a mis en œuvre des politiques pour atténuer l’impact du COVID-19 sur l’économie et la société en Tunisie, mais cela n’a pas atténué les effets négatifs.

Économie

L’impact du COVID-19 sur l’économie tunisienne a eu un impact négatif sur ses importantes sources de revenus. Cet impact négatif sur l’économie a également affecté les moyens de subsistance des Tunisiens, qui ont perdu leur emploi et sont tombés dans la pauvreté. Bien que la pandémie de COVID-19 ait eu un impact sur l’ensemble de l’économie tunisienne, ce qui suit n’examine que les aspects critiques de l’économie tunisienne qui ont connu un déclin pendant la pandémie.

  • Produit Intérieur Brut (PIB): Pendant la pandémie, le PIB de la Tunisie a baissé de 8,6 %. Le déficit budgétaire de la Tunisie a contribué à 10,2% de la baisse du PIB. Par ailleurs, la dette publique que la Tunisie doit a représenté 87,6% de la baisse du PIB. L’impact du COVID-19 sur le PIB de la Tunisie a entraîné une augmentation de 21 % du taux de pauvreté, en particulier dans les zones rurales du nord-ouest et du sud-ouest du pays.
  • Tourisme: Au moment où la Tunisie s’est complètement verrouillée en avril 2020, le secteur du tourisme a connu une forte baisse de 80 %. Cela s’est traduit par la prévision de la fermeture de 60% des hôtels à l’été 2020, ce qui est vital pour le secteur du tourisme. En raison du déclin du secteur du tourisme, il a perdu environ 400 000 emplois.
  • Détail: L’impact du COVID-19 sur la Tunisie a entraîné la fermeture d’entreprises en raison du confinement. En conséquence, le secteur du commerce de détail a subi une perte de revenus d’environ 62 %, selon le rapport de l’IFPRI. Du côté de l’emploi, le secteur du commerce de détail a connu une baisse de l’emploi de -2,4 %.

  • Agriculture: L’agriculture est vitale pour l’économie tunisienne et le commerce international. Le secteur agricole a connu une baisse de 16,2 % de ses revenus, a rapporté l’IFPRI. Concrètement, les exportations tunisiennes de produits frais vers les pays européens ont chuté de 80 %. En raison de l’impact du COVID-19 sur le secteur agricole tunisien, les emplois agricoles ont diminué de 145 000.

Impact du chômage sur la pauvreté

Semblable à ce qui s’est passé dans de nombreux pays pendant la pandémie, le COVID-19 a poussé de nombreuses entreprises tunisiennes à licencier leurs travailleurs. Cela a fait grimper le taux de chômage global à 15 % au cours du premier trimestre 2020, puis à 17,8 % au cours du premier trimestre 2021, selon Carnegie Endowment for International Peace. Les régions rurales, en particulier les parties nord-ouest et sud de la Tunisie, ont connu la plus forte augmentation de la pauvreté et du chômage par rapport aux zones urbaines.

La région du nord-ouest a un 26% de chômage et la région du sud a un 21% de chômage. Les diplômés universitaires représentent 56 % des chômeurs et des pauvres. D’autre part, les grandes villes et les zones côtières de Tunisie ont des taux de pauvreté et de chômage plus faibles. Par exemple, Tunis a un taux de pauvreté de 4,6% et Ben Arous un taux de 5,6%, rapporte Carnegie Endowment for International Peace.

Ménages

La montée du chômage et de la pauvreté en Tunisie a contribué à une baisse du revenu du Tunisien moyen. Le niveau de baisse des revenus varie d’un milieu rural à un milieu urbain et d’un pays pauvre à un autre. Voici une ventilation des niveaux de revenu national, urbain et rural en Tunisie :

  • Niveau national: En raison d’une baisse de la production et de la production à la suite du confinement, les revenus au niveau national ont chuté de 8,6 % en trois mois. C’est une augmentation par rapport à la baisse de 5,7% en deux mois. Les Tunisiens travaillant dans l’industrie manufacturière et la vente au détail ont connu la plus forte baisse de revenus à 1,7%, selon le rapport de l’IFPRI.

  • Niveau urbain: En moyenne, les ménages urbains connaîtront une baisse de revenus de 8,9 %. Le revenu des ménages urbains pauvres, en particulier, baissera de 176 dinars tunisiens. Cependant, le revenu urbain non pauvre a connu une baisse plus importante de 439 dinars tunisiens.

  • Niveau rural: Selon le rapport de l’IFPRI, le revenu des ménages ruraux a baissé de 7,8 %. Le revenu des pauvres ruraux a diminué de 201 dinars tunisiens. En revanche, le revenu rural non pauvre a baissé de 354 dinars tunisiens.

Politiques gouvernementales

En réponse à ces défis nationaux, le gouvernement tunisien a promis de mettre en œuvre plusieurs politiques visant à résoudre ces problèmes. En mars 2021, le gouvernement a annoncé qu’il assouplirait les ratios prêts/dépôts bancaires en fournissant 500 millions de dinars tunisiens à un taux d’intérêt de 2 % aux hôtels en difficulté. Fin juin, le gouvernement a accordé des subventions à 460 000 travailleurs les plus susceptibles de perdre leur emploi. Fin juin également, le gouvernement a distribué 300 000 kits de soutien aux groupes vulnérables.

Cependant, l’impact du COVID-19 sur la Tunisie a mis en évidence les problèmes bureaucratiques de son gouvernement. En fait, certaines des politiques proposées par le gouvernement pour atténuer l’impact de la COVID-19 n’ont pas été mises en œuvre en raison d’obstacles administratifs. Par conséquent, l’impact du COVID-19 sur la Tunisie se poursuivra probablement pendant des années tant que les problèmes de mise en œuvre persisteront.

– Abdullah Dowaihy
Photo : Flickr

*

★★★★★