L’impact du COVID-19 sur la Roumanie – Le projet Borgen

L'impact du COVID-19 sur la Roumanie

La Roumanie est l’un des pays les plus pauvres de l’Union européenne. En 2018, le pays avait le taux de pauvreté le plus élevé de l’Union, avec plus d’un quart de la population vivant avec moins de 5,50 dollars par jour. La pauvreté a une forte concentration dans les zones rurales de la Roumanie, qui abritent la majeure partie de la population touchée par la pauvreté. La pandémie de COVID-19 a atteint la Roumanie relativement tard par rapport au reste de l’Union européenne. Le pays a identifié son premier cas le 26 février 2020. L’impact du COVID-19 sur la Roumanie a été principalement négatif, réduisant l’espérance de vie et mettant en évidence les disparités en matière de soins de santé et d’approvisionnement médical. Une campagne de vaccination contre le COVID-19 a commencé rapidement en Roumanie, mais la dynamique n’a pas été constante. Le manque d’infrastructures pour une distribution adéquate des vaccins et la désinformation généralisée sur les vaccins ont ralenti les taux de vaccination. En mai 2022, environ 43% du pays était entièrement vacciné, le deuxième taux le plus bas parmi les pays de l’UE.

Réponse du gouvernement

Au début de la pandémie, le gouvernement roumain a rapidement pris des mesures pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Le 16 mars 2020, le président roumain Klaus Iohannis a déclaré l’état d’urgence et le 25 mars, le gouvernement a annoncé un confinement. Près d’un mois plus tard, le 14 avril, les autorités roumaines ont prolongé un confinement de 30 jours qui a duré jusqu’au 14 mai. Ces actions ne sont pas allées sans contrecoup – un citoyen roumain a même présenté une affaire pour protester contre le confinement de 30 jours devant la Cour européenne. des droits de l’homme.

Le gouvernement roumain a rapidement mis en place la stratégie roumaine de vaccination contre le COVID-19. Selon l’OCDE, la campagne a donné la priorité aux travailleurs médicaux, plaçant les membres à haut risque de la population au deuxième rang. L’armée et certains services de renseignement, dont le Service spécial de transmission, sont intervenus pour aider à distribuer le vaccin.

Les taux de vaccination ont commencé fort. Selon Euronews, la Roumanie figurait parmi les trois premiers pays européens avec les taux les plus élevés au début de 2021, mais est tombée en disgrâce alors que les chiffres ont commencé à baisser en mars de la même année. La désinformation sur les vaccins s’est répandue et a découragé les citoyens de recevoir des doses, rapporte Euronews. Les zones rurales de Roumanie manquent d’infrastructures ; les services sociaux, les possibilités d’emploi et les soins de santé sont difficiles à trouver. Pour cette raison, la majorité des pauvres de Roumanie ne sont pas vaccinés. En réponse, la Commission européenne s’est jointe à la Roumanie dans la communication de la campagne de vaccination : des vidéos de 40 secondes et des publicités radio de 20 secondes faisant la promotion du vaccin ont été diffusées respectivement sur les stations de télévision et de radio.

Impact sur le système de santé

La lutte contre la pandémie de COVID-19 a révélé les failles du système de santé roumain et conduit à l’innovation. Le ministère de la Santé et la Caisse nationale d’assurance maladie paient entièrement la couverture inconditionnelle pour le COVID-19, selon l’OCDE. Pourtant, tous les citoyens roumains n’ont pas un accès égal aux soins COVID-19. Les zones rurales manquent non seulement de santé mais aussi d’infrastructures générales et ont du mal à bénéficier des actions du Ministère de la Santé.

Un aspect positif de l’impact du COVID-19 sur la Roumanie est la création de plusieurs systèmes en ligne pour gérer les informations sur la santé, ce qui permet à davantage de personnes d’accéder à leurs données de santé, a rapporté l’OCDE. De plus, le gouvernement roumain a utilisé le certificat COVID numérique de l’Union européenne, qui est utilisé dans tout le pays pour certifier si une personne a été vaccinée, testée négative ou récupérée du COVID-19.

Encore une fois, ces avantages de l’impact de COVID-19 sont plus présents dans les zones urbaines de Roumanie, car environ 73 % des zones rurales de Roumanie ont accès à Internet, tandis que le taux est de 87 % dans les zones urbaines.

Entreprises et travailleurs

À l’instar du ministère de la Santé, le gouvernement roumain a été proactif en adoptant des politiques de soutien aux petites entreprises et aux travailleurs pendant la pandémie. Il a veillé à ce que la situation financière de l’employeur n’affecte pas le salaire des employés, y compris de multiples mesures de santé et de sécurité au travail. Le gouvernement a également débloqué 1 milliard d’euros de subventions de l’UE au profit des entreprises roumaines touchées par la pandémie et a prolongé la période de chômage technique de 30 jours à 90 jours minimum.

Indépendamment des mesures que le gouvernement a édictées, la pandémie a provoqué une augmentation du chômage. Les familles d’entreprises et de travailleurs des zones rurales de Roumanie ont beaucoup souffert. Dans le comté de Galați, le chômage enregistré est passé de 10 414 en 2020 à 11 856 en 2021.

Bien que l’impact du COVID-19 sur la Roumanie ait considérablement affecté le pays, en particulier ses pauvres, il a conduit à plusieurs cas d’innovation et à une réponse rapide et bénéfique du gouvernement.

– Sophie Buibas
Photo : Wikimédia Commons

*

★★★★★