L’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Turquie

Impact du COVID-19 sur la pauvreté en TurquieAprès que la crise monétaire de 2018 a entravé la tendance à la baisse de la pauvreté en Turquie, la pandémie de COVID-19 a présenté un autre revers majeur pour les objectifs de réduction de la pauvreté du pays. Lorsque la Turquie a subi sa première vague de pandémie, la destruction d’emplois a été immense en quelques semaines : le pays a perdu 2,6 millions d’emplois, ce qui représente 9,2 % de l’emploi total. Les classes inférieures, en particulier celles au-dessus du seuil de pauvreté mais avec des niveaux élevés d’insécurité économique, ont subi le plus gros de ces pertes d’emplois, représentant six sur 10 des pertes d’emplois alors qu’elles ne représentent que 40% de la population. L’impact de COVID-19 sur la pauvreté en Turquie a été sévère, car COVID-19 a eu un impact disproportionné sur les pauvres.

Impact de COVID-19 sur les perspectives d’emploi et la stabilité des ménages

L’effet à court terme de la pandémie sur la limitation des perspectives d’emploi et pour les familles à faible revenu a été immense. Dans une enquête menée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), plus de sept personnes interrogées sur dix en Turquie se sont déclarées « préoccupées » ou « très préoccupées » par leur capacité à joindre les deux bouts à court terme.

De plus, la peur de la précarité de l’emploi a atteint un niveau élevé dans le pays. En septembre 2020, un nombre record de 1,4 million de personnes étaient trop découragées pour chercher du travail, soit près de trois fois plus que l’année précédente. Un sondage d’Istanbul Economics Research a révélé que près de la moitié des personnes ayant un emploi avaient « très peur » de le perdre d’ici l’hiver.

Une hausse notable des prix des biens et services de base a également ajouté à l’inquiétude des familles à faible revenu. Les articles tels que le pain et les céréales, les aliments non transformés et les transports ont augmenté respectivement de 16,3 %, 19,8 % et 14,7 %.

Accroissement de la pauvreté

La véritable ampleur de l’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Turquie pourrait être bien plus importante que prévu. Le taux de chômage officiel de la Turquie a oscillé entre 12% et 13% pendant la pandémie. Cependant, des méthodes de calcul alternatives, qui prennent en compte ceux qui ont cessé de chercher activement un emploi par désespoir ou en raison des restrictions liées au COVID-19, font état d’un taux de chômage de 40 %.

Comment COVID-19 a affecté les travailleurs informels et les femmes qui travaillent

Un autre impact de COVID-19 sur la pauvreté en Turquie est l’impact disproportionné sur certains segments de la classe à faible revenu par rapport à d’autres segments. La pandémie a entraîné une grande partie des pertes d’emplois pour les travailleurs informels et peu qualifiés. Au plus fort de la pandémie, les travailleurs informels ont subi une variation de -0,25% de l’emploi en glissement annuel, plus de cinq fois ce que les travailleurs formels ont enduré.

De plus, les travailleuses étaient trois fois plus susceptibles de se retrouver au chômage pendant cette pandémie que leurs homologues masculins. Cela est notamment dû à la concentration plus élevée des travailleuses turques dans des emplois qui ont un impact considérable sur les mesures de verrouillage, comme l’hôtellerie, la restauration et le tourisme.

Stratégies de rétablissement et résultats

Le gouvernement turc a rapidement et résolument mis en œuvre des politiques d’atténuation notables pour faire face à la crise, qui consistaient en une augmentation des prestations d’assurance-chômage, des transferts sociaux et des allocations de congés non payés représentant un bouclier social d’environ 6,2 milliards de dollars.

Sans ces politiques d’atténuation, les projections ont déterminé que l’augmentation de la pauvreté aurait pu être trois fois plus élevée. Ces politiques d’atténuation ont favorisé une reprise significative de l’emploi dans le pays. En septembre 2020, le pays a récupéré 72% des emplois perdus avec l’aide du Fonds d’assurance-chômage, qui a versé des allocations mensuelles à environ 5 millions d’employés licenciés.

Marge d’amélioration

Malgré ce que le gouvernement a contribué à minimiser l’expansion de la pauvreté résultant de la pandémie, il est possible que le gouvernement fasse plus pour surmonter l’impact disproportionné du COVID-19 sur la pauvreté en Turquie. Alors que les plans d’aide de pays similaires ont atteint jusqu’à 9 % de leur PIB, le total des plans d’aide de la Turquie a représenté moins de 1 % de son PIB estimé en 2020.

Une intervention gouvernementale globale accrue pour faire face à l’augmentation de la pauvreté est une idée qui semble bien trouver un écho auprès du public. Environ 80 % des citoyens turcs pensent que le gouvernement devrait faire « plus » ou « beaucoup plus » pour assurer leur « sécurité économique et sociale et leur bien-être ».

Des investissements plus importants de la part du gouvernement turc, ainsi que le développement à court et à long terme de filets de sécurité sociale plus complets, atténueraient l’impact de COVID-19 sur la pauvreté en Turquie. De plus, l’amélioration des compétences, la formation et d’autres interventions actives de l’Agence turque pour l’emploi (ISKUR) pourraient être essentielles pour combler les écarts de travailleurs que la pandémie a creusés.

– Gabriel Sylvan
Photo : Flickr

*

★★★★★