L’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Syrie

Impact de COVID-19 sur la pauvreté en Syrie
L’impact de COVID-19 sur la pauvreté en Syrie et dans d’autres pays déchirés par la guerre a été sévère. Certains pays ont réduit l’aide étrangère à la Syrie au milieu de la pandémie, ce qui affectera grandement les Syriens vivant déjà dans des circonstances dangereuses. D’autres pays et organisations ont augmenté leur aide, reconnaissant qu’aujourd’hui plus que jamais, l’aide étrangère est un besoin urgent en Syrie.

Augmentation de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire

Pendant la pandémie, de nombreux Syriens ont perdu des sources de revenus. Une hausse drastique des prix des denrées alimentaires et une baisse de la valeur de la livre syrienne aggravent encore la crise humanitaire du pays. En 2020 :

  • Environ 4,5 millions de personnes sont entrées dans l’insécurité alimentaire (le chiffre total est désormais de 12,4 millions de personnes, soit près de 60 % de la population).
  • Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 236%.
  • Le taux de pauvreté est passé à 90 %.
  • Ceux qui dépendent de l’aide pour survivre ont atteint 24 millions.

Diminution de l’aide étrangère

Les luttes économiques mondiales ont conduit à des coupes dans les budgets de l’aide étrangère à travers le monde. Lors d’une conférence à Bruxelles, l’ONU a demandé aux pays de promettre 10 milliards de dollars pour atténuer les effets de la guerre civile syrienne, que la pandémie a encore aggravé. Le Programme alimentaire mondial prévient que si l’aide n’atteint pas l’objectif de 10 milliards de dollars, les rations alimentaires en Syrie devront être réduites jusqu’à 30 %, ce qui signifie que davantage de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire souffriront de la faim. Cependant, les promesses des dirigeants mondiaux n’ont atteint que 6,4 milliards de dollars.

L’avertissement intervient alors que le Royaume-Uni, normalement un leader mondial de l’aide étrangère, prévoit de donner près de 50 % de moins en 2021 qu’en 2020. La réduction a suscité de nombreuses réactions nationales et internationales. Cependant, d’autres pays ont considérablement augmenté leur aide. L’engagement de l’Allemagne en 2021 est son plus important en quatre ans, promettant plus de 2 milliards de dollars.

Organisations fournissant et coordonnant l’aide

Financées par les gouvernements nationaux et des donateurs privés, diverses organisations s’efforcent d’atténuer les effets du COVID-19 sur la pauvreté en Syrie. Le Programme alimentaire mondial (PAM), qui fournit chaque mois de la nourriture à près de 5 millions de personnes parmi les plus vulnérables de Syrie, a remporté le prix Nobel de la paix pour ses efforts en 2020.

D’autres organisations telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’UNICEF ont également commencé à coordonner et à planifier les vaccins que l’initiative de distribution COVAX a promis à la priorité de 20% de la population syrienne. L’augmentation du taux de vaccination actuellement très faible contribuera sans aucun doute à atténuer l’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Syrie.

Le Fonds humanitaire transfrontalier syrien (SCHF) est également essentiel dans la coordination de l’aide. Depuis sa création par l’ONU en 2014, le SCHF s’efforce d’améliorer la qualité de l’aide humanitaire dans le pays. Il attribue des fonds aux ONG et aux agences d’aide les mieux adaptées pour répondre aux besoins changeants afin que l’argent soit utilisé efficacement et atteigne autant de personnes que possible.

Le SCHF a déjà défini sa première stratégie d’« allocation standard » pour 2021, en répartissant l’argent entre les efforts qui permettront d’améliorer les conditions de vie, de fournir une aide humanitaire vitale et de favoriser la résilience à long terme en créant des opportunités de subsistance. Son « allocation de réserve » met de côté des fonds pour faire face aux défis imprévus au fur et à mesure qu’ils se présentent.

Efforts pour atténuer l’impact du COVID-19 sur la pauvreté en Syrie

La pauvreté et l’insécurité alimentaire ont augmenté en Syrie au cours de la pandémie, et il y aura probablement des lacunes dans le financement des secours en raison de la crise économique mondiale. Cependant, le travail d’aide gouvernemental et organisationnel se poursuit, tout comme la prise en charge des Syriens qui en ont le plus besoin.

J’espère que Browne
Photo : Flickr

*

★★★★★